Eurosport

En fusion puis en gestion, Djokovic a eu tout bon

En fusion puis en gestion, Djokovic a eu tout bon

Mis à jourLe 28/01/2016 à 17:59

Publiéle 28/01/2016 à 17:56

Mis à jourLe 28/01/2016 à 17:59

Publiéle 28/01/2016 à 17:56

Article de Laurent Vergne

OPEN D'AUSTRALIE – C'est en deux temps que Novak Djokovic a pris la mesure de Roger Federer jeudi. Absolument injouable pendant deux sets, le Serbe a ensuite su contrôler le regain de vie de son adversaire à compter de la troisième manche. Mais jamais le contrôle de cette demi-finale ne lui a échappé.

Ses deux premiers sets : "Les deux meilleurs que j'aie jamais joué contre Federer"

6-1, 6-2 en moins d'une heure. Trois petits jeux marqués après deux sets, ce n'était arrivé qu'une seule fois à Roger Federer en 351 matches en Grand Chelem. C'est dire. Si le Suisse a estimé après coup que Novak Djokovic avait déjà atteint un tel niveau face à lui, le Serbe n'a pas tout à fait partagé ce point de vue.

"Il y a eu des matches où j'ai joué du grand tennis. Et des moments, contre Roger, où j'ai pu jouer à un très haut niveau. Mais là, c'était encore au-dessus", a jugé le numéro un mondial, allant même jusqu'à dire avec conviction : "ce sont les deux meilleurs que j'aie jamais joué contre Federer."

Très franchement, il est difficile de le contredire, tant il n'a quasiment connu aucun déchet sur ces deux manches initiales. Son utilisation de la géométrie du court avec des angles exceptionnels, son emprise sur la ligne de fond et son contrôle absolu sur ses frappes de balles ont vraiment sidéré. "Pendant deux sets, j'ai joué un tennis sans faille", conclut Nole.

03:57
Pendant deux sets, Djokovic était sur une autre planète : les temps forts en vidéo - Eurosport

La réaction de Federer dans le troisième : "J'ai déjà vécu ça, j'ai utilisé cette expérience"

Malgré la promenade de santé des deux premiers sets, Djokovic est toujours resté sur ses gardes. Il connait trop bien son Federer illustré pour ne pas s'attendre à une forme de révolte dans pareil cas de figure. "Un joueur du calibre de Roger allait forcément commencer à jouer mieux, à changer certaines choses, explique-t-il. Je pense qu'il a monté son pourcentage de premières balles, il a utilisé son slice, son slice court, a pris possession du court aussi par moments. Il est devenu plus agressif."

S'il s'attendait donc à ce que Federer hausse le ton, l'essentiel pour lui était de ne pas s'affoler. "Il a réussi le break et il a gagné le troisième set, le public a poussé fort derrière lui à ce moment-là. Mais j'ai déjà connu ce genre de situations par le passé, j'ai déjà vécu ça, alors j'ai utilisé cette expérience, poursuit le Djoker. Je n'ai pas mal joué dans le troisième set. Mon tennis restait solide. Simplement, il en a fait plus que moi, il méritait ce set. Mais je savais que j'aurais des opportunités ensuite."

Novak Djokovic à l'Open d'Australie
Novak Djokovic à l'Open d'Australie - Panoramic

La fin de match : "Je ne voulais pas lui donner l'opportunité de jouer un 5e set"

Bien vu. Djokovic a eu une opportunité. Et ça a suffi. Jusqu'au milieu de ce 4e set, tout pouvait pourtant encore paraitre possible pour Roger Federer. Puis tout a définitivement basculé en une poignée de minutes. A 4-3, 15-30, Federer remporte le plus beau point du match. "Je me souviens très bien de ce point, confie Djokovic. Il a vraiment incroyablement bien défendu. Je pensais finir sur le smash mais je n'ai pas réussi." Mais après cela, Federer n'a plus gagné un point, le numéro un mondial plaçant un 6-0 en forme de mise à mort tennistique.

"Après un point comme ça, reprend le Serbe, il faut essayer de passer tout de suite à autre chose, de se reconcentrer, se remobiliser." Visiblement, il a réussi son coup. "Derrière, j'ai réussi deux très bons retours et à le passer quand il est monté. C'était un break crucial." Et comme ça, en moins de quatre minutes, Federer est passé du plus beau point de la partie à un retour définitif au vestiaire. Et Djokovic d'asséner : "Je ne voulais pas lui donner l'opportunité de jouer un 5e set".

01:53
Federer a réussi le point du match sur... son dernier coup de raquette victorieux - Eurosport

Sa constance d'un bout à l'autre : "Psychologiquement, je ne peux pas me permettre d'avoir de trop grandes oscillations"

Qu'est-ce qui rend l'équation Novak Djokovic si complexe à résoudre ? Au-delà de ses qualités tennistiques pures, c'est sans doute sa faculté à connaitre un minimum de variations dans son niveau de jeu au sein d'un même match. Il est d'une constance effrayante du premier au dernier point. Il n'est pas toujours à 100% de son expression, auquel cas il n'aurait plus rien d'humain, mais ne descend presque jamais en-dessous de 85% ou 90% de son meilleur niveau.

"Psychologiquement, je ne peux pas m'autoriser de trop grandes oscillations dans mon niveau de jeu, témoigne Djokovic. Roger attend la moindre baisse significative. C'est ce qui a toujours fait sa force. Il faut donc faire cet effort de rester le plus stable possible dans son niveau de jeu." A l'inverse, Federer a touché des points très bas et des points très haut dans cette demi-finale. Tant que Djokovic restait à un niveau élevé, il savait que Federer ne pourrait maintenir la cadence durablement. L'important, pour lui, était d'obliger le Suisse à jouer en surrégime.

Novak Djokovic
0 commentaire
Vous lisez :