AFP

Matches truqués : Novak Djokovic dit avoir été "approché indirectement" en 2007

Matches truqués : Djokovic dit avoir été "approché indirectement" en 2007

Mis à jourLe 18/01/2016 à 13:38

Publiéle 18/01/2016 à 10:23

Mis à jourLe 18/01/2016 à 13:38

Publiéle 18/01/2016 à 10:23

Article de Laurent Vergne

OPEN D'AUSTRALIE - Le premier Grand Chelem de l'année a débuté quelques minutes à peine après les révélations des médias britanniques sur de possibles matches truqués en tennis ces dernières années. Interrogé à ce sujet, Novak Djokovic a révélé avoir été approché en 2007 à Saint-Petersbourg. Mais selon lui, les choses ont bien changé depuis.

Ils ne peuvent y couper. Vainqueurs ou vaincus, tous les joueurs qui passent en conférence de presse ce lundi à Melbourne ont eu droit à leur petite question sur les révélations des médias britanniques concernant des soupçons de matches truqués dans le tennis. La BBC et BuzzFeed affirment avoir eu accès à des documents apportant la preuve de ces trucages. On parle de 16 joueurs classés parmi les 50 meilleurs joueurs du monde, mais aucun nom n'a été révélé. Novak Djokovic, après son premier tour expédié à l'Open d'Australie, a confié avoir été approché il y a quelques années.

C'était en 2007, lors du tournoi de Saint-Pétersbourg. "J'ai été approché indirectement, par l'intermédiaire de gens qui travaillaient avec moi à l'époque, a expliqué le numéro un mondial. Évidemment, nous avons immédiatement dit non. La personne qui essayait de me contacter n'est même pas arrivée jusqu'à moi." Djokovic ne dit pas si, à l'époque, il en avait référé aux instances dirigeantes du tennis, alors que la BBC accuse l'ATP d'avoir cherché à étouffer plusieurs affaires.

Roger Federer, lui, a assuré en revanche ne jamais avoir été confronté à ce type de situations. "Je n'ai jamais été approché. Je n'en avais même jamais entendu parlé jusqu'à ce qu'un joueur aborde le sujet lors d'une réunion. Je ne savais pas que ça existait", a-t-il déclaré. Federer a affirmé que le problème devrait être pris très au sérieux. "Il faut être très agressif, comme avec le dopage. (Le tennis) est intéressant pour les fans si on ne connaît pas le résultat. Dans le cas contraire, pas la peine de venir au stade", a-t-il dit. Alors que la BBC évoque des "vainqueurs de Grand Chelem" parmi les joueurs impliqués, le Suisse a haussé le ton : "Qui? Quoi? C'est jeté comme ça. C'est facile de faire ça. J'aimerais entendre des noms. Au moins ce serait concret et on pourrait en débattre. Cela n'a aucun sens de donner une réponse qui serait pure spéculation".

Gilles Simon : "S'il y a des noms, qu'on les donne"

Dans leur grande majorité, les joueurs regrettent d'ailleurs la publication de ces révélations à l'heure où débute l'Open d'Australie. Gilles Simon s'est lui aussi légèrement agacé. "C'est surtout pour faire le buzz", a-t-il pesté, précisant qu'il n'avait jamais fait l'objet lui-même d'une tentative de corruption. "S'il y a des noms, qu'on les donne, nous serons ravis de les mettre dehors, a-t-il ajouté. Nous avons créé le comité d'éthique du tennis pour cela. On a l'impression que quelqu'un veut faire du mal à notre sport, sans raison. Je trouve ça choquant".

A Melbourne, la rumeur a rapidement enflé dès dimanche soir et joueurs et joueuses ont été prévenus qu'ils auraient probablement à répondre sur ce sujet. "On m'a averti que je risquais d'être questionné là-dessus mais je n'ai pas grand-chose à dire, je n'ai jamais été confrontée à ça", a soufflé Serena Williams. Et si chacun est focalisé sur son tournoi, l'atmosphère est tout de même quelque peu curieuse, comme le relève Novak Djokovic : "les gens essaient de deviner de qui il s'agit. Mais il n'y a pas de preuve concernant des joueurs en activité. Tant que cela reste comme ça, ce ne sont que des spéculations".

Le Serbe refuse en revanche de considérer que l'image du tennis se trouve affectée par ces soupçons de corruption, qui appartiennent pour lui à un passé révolu."Je ne pense pas que cela jette une ombre sur notre sport, juge-t-il. Il n'y a évidemment pas de place pour le trucage ou la corruption dans notre sport. Nous essayons de le garder aussi propre que possible". Et selon lui, les autorités du tennis ont fait en sorte d'améliorer les choses en la matière ces dernières années. Circulez, il n'y a donc plus rien à voir.

0 commentaire
Vous lisez :