Eurosport

Non, Roger Federer n'a pas embauché Ljubicic en pensant à Novak Djokovic

Non, Federer n'a pas embauché Ljubicic en pensant à Djokovic

Le 17/01/2016 à 08:50

OPEN D'AUSTRALIE 2016 - Pour remplacer Stefan Edberg, qui l'a quitté après deux ans de collaboration, Roger Federer a opté pour Ivan Ljubicic. Un choix qui a pu étonner jusqu'au numéro un mondial, Novak Djokovic. mais le choix du Suisse n'a rien à avoir avec lui, a rappelé Federer samedi.

C'était en arrivant à Doha, le 3 janvier dernier. Interrogé sur le recrutement de son ami Ivan Ljubicic par Roger Federer, Novak Djokovic s'était publiquement étonné de ce choix. "Oui, honnêtement je trouve ça étrange, avait soufflé le Serbe. Mais vous savez, encore une fois, nous sommes des professionnels. Il connaît mon jeu, il connaît le jeu de tous les adversaires de Roger, et je pense que c'est une des raisons pour lesquelles Roger l'a engagé dans son équipe. C'est un type super, très calme, très posé et je suis sûr que Roger sait pourquoi il l'a pris", a analysé Djokovic.

Etrange ou pas, Federer a bien pris soin depuis de souligner que le choix d'Ivan Ljubicic n'avait pas été opéré en rapport avec une quelconque fixette du Bâlois sur le numéro un mondial. "J'ai vu ça dans la presse, a relevé Federer samedi à Melbourne. Je suis toujours à l'affût de la façon de jouer de certains joueurs. Donc Novak peut être une petite pièce du puzzle. Mais il n'est pas le puzzle à lui tout seul. Puis je suis plus focalisé sur mon propre jeu que sur celui de n'importe quel autre joueur."

" La saison dernière, j'ai l'impression de m'être plutôt bien débrouillé contre Novak"

Voilà qui a le mérite de la clarté. Federer estime d'ailleurs ne pas avoir besoin de se penche spécifiquement sur le cas Djokovic. Après tout, sur les deux dernières saisons, le rapport de forces entre les deux hommes est presque équilibré : 8-6 en faveur de Djokovic. Et l'an dernier, à lui seul, le Suisse a infligé au Serbe la moitié de ses défaites de l'année (3 sur 6). "La saison dernière, j'ai l'impression de m'être plutôt bien débrouillé contre Novak", rappelle-t-il.

Seul problème, Djokovic l'a battu dans les quatre finales majeures qu'ils ont eu à jouer depuis 2014 (trois en Grand Chelem, une au Masters). Federer admet ainsi que Ljubicic peut lui apporter un petit quelque chose supplémentaire. Notamment par rapport à Djokovic. "Il y a toujours quelque chose à apprendre sur tel ou tel joueur. Il faut aussi trouver de nouvelles façons d'être motivé, d'avoir faim. Ivan peut certainement aider en la matière, juge Federer. Je peux faire beaucoup par moi-même, mais j'ai besoin du soutien de mon équipe, de mon staff pour me pousser à gagner, je ne sais pas, 1%, 5%, 10%."

Vidéo - Federer : "J'espère avoir bientôt la chance de croiser Novak !"

01:53
0
0