Getty Images

Pas de wild card pour Maria Sharapova pour les Internationaux de France

Sharapova, c'est niet

Le 16/05/2017 à 20:46

ROLAND GARROS - Le président de la FFT Bernard Giudicelli n'a pas accordé de wild card à Maria Sharapova, privée du tableau final mais aussi des qualifications Porte d'Auteuil. Il l'a annoncé mardi durant un live Facebook. La Russe revient d'une suspension de 15 mois pour dopage et n'a pas le classement suffisant pour intégrer les qualifications de la deuxième levée du Grand Chelem.

Eurosport Player : Regardez jusqu'à 15 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

C'est la fin d'un feuilleton qui a agité le monde du tennis durant de longues semaines. Maria Sharapova ne participera pas à Roland-Garros cette année (28 mai-11 juin). Par la voix de son président, Bernard Giudicelli, la Fédération française de tennis (FFT) a expliqué mardi soir, via un Live Facebook, que la Russe ne faisait pas partie des joueuses invitées à prendre part au tournoi. Y compris via les qualifications, que la Russe ne peut pas disputer en raison de son classement insuffisant à la WTA.

L'ancienne numéro un mondiale, 211e au classement lundi (avant le début du tournoi de Rome), avait repris la compétition fin avril, à Stuttgart, après avoir purgé quinze mois de suspension pour dopage au meldonium. Plusieurs voix s'étaient élevées depuis pour défendre ou critiquer celle qui a conquis deux titres sur la terre battue parisienne, en 2012 et 2014.

"Il ne peut pas y avoir de wild-card pour retour de dopage"

"Je ne peux pas lui attribuer la wild card qu'elle a demandée", a avancé Giudicelli. Avant d'étayer son propos : "Même si le Tribunal arbitral du sport a réduit sa sanction, Il a quand même conclu à une violation du code anti-dopage. S'il peut y avoir une wild card pour retour de blessure, il ne peut pas y avoir de wild card pour retour de dopage."

La popularité de la joueuse russe jouait pourtant pour elle. Mais cela n'a pas suffi, comme l'a précisé Giudicelli : "Je connais la dimension médiatique de Maria. Je connais les attentes des fans, des diffuseurs mais en toute conscience, j'ai pris cette décision."

Un débat sans fin

Un peu plus tôt dans la journée, le directeur de Roland-Garros, Guy Forget, avait estimé au micro de la BBC que le débat n'était pas près de prendre fin, "quelle que soit la décision" prise. "Il y aura encore beaucoup de questions concernant cette wild card. Quand vous en parlez avec les joueurs et joueuses, c'est très controversé. Certains estiment qu'elle ne devrait pas en obtenir, d'autres insistent sur le fait qu'elle a déjà purgé sa peine", a-t-il ajouté.

"Rien n’est décevant quand on a été éloignée du sport pendant 15 mois", avait pour sa part annoncé Maria Sharapova lundi, en marge du tournoi de Rome. Pas certain que la joueuse de 30 ans n'ait pas ressenti un pincement au cœur au moment de l'annonce, alors qu'elle a d'ores et déjà assuré le coup pour Wimbledon lundi en battant Christina McHale (6-4, 6-2). Une victoire qui lui permettra d'intégrer le Top 200 mondial la semaine prochaine, la barre nécessaire pour participer aux qualifications en Grand Chelem.

0
0