Getty Images

Faire une pause pour mieux repartir ? "On verra", lance Djokovic

Faire une pause pour mieux repartir ? "On verra", lance Djokovic

Le 07/06/2017 à 15:58Mis à jour Le 08/06/2017 à 00:05

ROLAND-GARROS 2017 – Sévèrement battu par Dominic Thiem en quarts de finale mercredi, Novak Djokovic a rendu sa dernière couronne du Grand Chelem. Même s'il se dit toujours passionné par son métier et son sport, le Serbe peine à retrouver une dynamique favorable. Il envisage toutes les options, y compris de prendre un peu de recul...

Depuis bientôt un an, Novak Djokovic se cherche. Il cherche surtout à retrouver le feu sacré, celui qui porte vers les sommets. A force de ne pas trouver la véritable solution, le Serbe envisage tout. Il l'a confié sans détours mercredi après sa cinglante défaite contre Dominic Thiem (7-6, 6-3, 6-0) en quarts de finale de Roland-Garros. "Croyez-moi, j'ai réfléchi à beaucoup de choses, surtout ces deux derniers mois, a-t-il admis. J'essaie seulement de sentir ce qui est le mieux pour moi."

Parmi ces hypothèses, l'ancien numéro un mondial se dit même prêt à faire un break, à s'éloigner des courts pendant un certain temps. Il ne l'a en tout cas pas écarté lorsque la question lui a été posée. "Si vous le pouviez, feriez-vous une pause dès maintenant?", lui a-t-on demandé. "On verra. Ce n'est pas une décision facile à prendre. Je verrai comment je me sens après Roland-Garros. Je déciderai de quoi faire à ce moment-là", a-t-il répondu, laissant ouvertes toutes les options.

Vidéo - Un set acharné, puis une raclée : Comment Thiem a marché sur Djokovic

03:30
" C'est dur, je dois trouver un moyen de repartir de l'avant "

Monstrueux sur le plan mental pendant des mois et des mois, Djokovic paraissait investi à 200% sur chaque tournoi, chaque match, chaque point. Un ressort s'est clairement cassé depuis son titre à Roland-Garros l'an dernier. "Cette victoire m'a apporté des émotions énormes et très variées. J'ai vécu sur une forme de vague d'excitation pendant l'été, mais lors de l'US Open, j'étais complètement à plat au niveau émotionnel et c'était une situation inédite pour moi dans ma carrière", a avoué le champion de Belgrade. Même s'il avait atteint la finale à New York, on l'avait effectivement senti au bout du rouleau.

Depuis, quelques hauts (finale au Masters, titre à Doha, finale à Rome), mais surtout beaucoup de bas (à commencer par son élimination précoce à l'Open d'Australie au mois de janvier) et, plus problématique encore, une difficulté persistante à se remobiliser durablement. "C'est dur, je dois trouver un moyen de repartir de l'avant. Au moins, j'essaie", dit-il. Il lui arrive aussi de lâcher prise quand ça ne va pas. Comme face à Thiem. "Après le premier set, le match était terminé", a-t-il soufflé lors de sa conférence de presse. Voilà qui ne lui ressemble pas. Qui ne lui ressemblait pas, en tout cas.

Une permanente inconstance

Ce qui lui fait le plus défaut aujourd'hui ? "De la continuité dans la performance", estime-t-il. "Je manque complètement de constance dans mon jeu, constate le Serbe. C'est décevant mais je dois faire avec pour le moment. Je vais faire un très bon match, ou deux bons matches à la suite, et la partie d'après, c'est tout le contraire. Ça va, ça vient... C'est exactement ce qui s'est produit aujourd'hui." Mais si le mal est identifié, les solutions, elles, sont complexes à trouver : "C'est dur de sortir une chose en particulier. Il y a des détails techniques, et certaines parties de mon jeu m'échappent parfois."

S'ouvre devant lui ce qu'il a appelé mercredi "un nouveau chapitre". Comme si la perte de son titre parisien, le dernier qu'il détenait encore en Grand Chelem, venait fermer la page de ces douze mois compliqués. Nole assure toujours autant "aimer ce sport". Ce qui lui pèse, aujourd'hui, ce n'est pas tant l'acceptation de la fin de sa suprématie que le flou dans lequel il se trouve. Prendre du recul ou replonger tout de suite dans le bain, Djokovic n'écarte donc rien. Parce qu'il ne comprend pas tout.

Novak Djokovic

Novak DjokovicGetty Images

0
0