Getty Images

Finale Flushing Meadows Nadal - Anderson, l'immense face au géant

Nadal - Anderson, l'immense face au géant
Par Eurosport

Le 10/09/2017 à 12:28Mis à jour Le 10/09/2017 à 21:41

US OPEN 2017 - Ce dimanche, Rafael Nadal et Kevin Anderson ont rendez-vous avec l'histoire. Le premier, numéro un mondial, vise un 3e titre à New York mais aussi un 16e trophée majeur. Le second, serveur de plus deux mètres, le plus beau titre de sa carrière et la plus grosse surprise d'un tournoi où les pronostics n'ont cessé d'être déjoués.

Eurosport Player : Regardez jusqu'à 12 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Le contexte

Rafael Nadal et Kevin Anderson se connaissent depuis longtemps. Nés tous les deux en 1986, ils se sont tirés la bourre dans les catégories de jeunes dès l'âge de 12 ans. Avaient-ils imaginé un jour se retrouver en finale d'un tournoi du Grand Chelem ? Anderson avait sans doute fini par ne plus y croire, lui qui n'avait encore jamais franchi le seuil des quarts de finale dans un des quatre plus grands tournois du monde. Mais cette affiche est celle de la résilience, entre ces deux joueurs qui avaient bouclé l'année 2016 à l'infirmerie.

Dans ce tournoi cul par-dessus tête, Rafael Nadal a tenu debout tout au long de la quinzaine. S'il n'était pas le favori numéro un du tournoi, et s'il n'avait plus dépassé les huitièmes de finale à Flushing depuis quatre ans, il n'y a toutefois pas de quoi tomber de l'armoire à le voir parmi les deux derniers candidats au titre. On n'en dira pas autant de son adversaire. Kevin Anderson, éphémère membre du Top 10 il y a deux ans (une toute petite semaine), avait donc disparu des radars pendant des mois à cause d'une multitude de blessures.

Mais le Sud-Africain, de retour à un très bon niveau depuis le début de l'été, a su profiter à merveille d'un bas de tableau décapité par les absences et les éliminations précoces. Une réflexion un peu simpliste inciterait, à penser que Nadal a tout à perdre et Anderson tout à gagner et que la pression est sur le Majorquin. Mais au fond, c'est tout le contraire. Ce match peut changer à jamais la carrière de Kevin Anderson. Ce n'est pas le cas de celle de Nadal, dont l'œuvre est déjà immense et, même sur un champ temporel plus étroit, la saison déjà amplement réussie. Passer de 0 à un titre est plus impactant que de passer de 15 à 16.

Archi-favori de cette finale sur laquelle pas grand monde n'aurait misé, Rafael Nadal arrive lancé à pleine vitesse. Après une première semaine assez peu convaincante, il est monté en puissance à partir des huitièmes de finale. Voire un peu avant car, pour lui, le tournant de sa quinzaine remonte à son troisième tour contre Leonardo Mayer, et à ce gros coup d'accélérateur poussé à partir du milieu du deuxième set. Depuis, il a joué de mieux en mieux. Après la decima parisienne, la reconquête du Nouveau monde donnerait à sa campagne 2017 une envergure inespérée.

Face-à-face

Jusqu'ici, il n'y a pas photo : Nadal mène leurs confrontations par 4 victoires à rien. Trois sur dur, dont une en Grand Chelem à l'Open d'Australie en 2015, et une dernière sur terre battue à Barcelone cette saison. En 4 matches, Anderson n'a pris qu'un seul set, lors de leur match au Masters 1000 de Bercy il y a deux ans.

Nadal Anderson - Melbourne 2015

Nadal Anderson - Melbourne 2015Getty Images

Leur parcours

  • KEVIN ANDERSON
    Sets gagnés/perdus: 18/3, Temps de jeu: 15h09

1er tour: bat JC Aragone (USA) 6-3, 6-3, 6-1
2e tour: bat Ernests Gulbis (LAT) 6-3, 7-5, 6-4
3e tour: bat Borna Coric (CRO) 6-4, 6-3, 6-2
8e de finale: bat Paolo Lorenzi (ITA) 6-4, 6-3, 6-7 (4/7), 6-4
Quart de finale: bat Sam Querrey (USA/N.17) 7-6 (7/5), 6-7 (9/11), 6-3, 7-6 (9/7)
Demi-finale: bat Pablo Carreno Busta (ESP/N.12) 4-6, 7-5, 6-3, 6-2

Vidéo - Anderson, grande première : sa qualification pour la finale en vidéo

02:09
  • RAFAEL NADAL
    Sets gagnés/perdus: 18/3, Temps de jeu: 14h12

1er tour: bat Dusan Lajovic (SRB) 7-6 (8/6), 6-2, 6-2
2e tour: bat Taro Daniel (JPN) 4-6, 6-3, 6-2, 6-2
3e tour: bat Leonoardo Mayer (ARG) 6-7 (3/7), 6-3, 6-1, 6-4
8e de finale: bat Alexandr Dolgopolov (UKR) 6-2, 6-4, 6-1
Quart de finale: bat Andrey Rublev (RUS) 6-1, 6-2, 6-2
Demi-finale: bat Juan Martin del Potro (ARG/N.24) 4-6, 6-0, 6-3, 6-2

Vidéo - Nadal a laissé passer l'orage avant de déferler sur Del Potro : Les temps forts de sa victoire

02:27

3 stats à avoir en tête

  • 1. Pour la première fois de l'ère Open, les deux finalistes de l'US Open n'ont rencontré aucun membre du top 10 pour parvenir en finale. Kevin Anderson a croisé son meilleur joueur en demi-finale : Pablo Carreno Busta, 19e mondial. Pour Nadal, c'était aussi en demi-finale : Juan Martin Del Potro, 28e mondial. L'Espagnol n'a donc pas croisé aucun membre du Top 25 mondial pour aller en finale de l'US Open : c'est le troisième joueur de l'ère Open à qui cela arrive après Andre Agassi et Lleyton Hewitt.
  • 2. Kevin Anderson est le premier joueur de plus de 2 mètres (2,03m) à jouer une finale de Grand Chelem. Premier Sud-Africain en finale majeure depuis Kevin Curren à Wimbledon en 1985, il rêve d'offrir à son pays un 2e titre du Grand Chelem après le sacre de Johan Kriek à l'Open d'Australie en 1981.
  • 31. C'est la deuxième fois de l'histoire de l'US Open dans l'ère Open qu'une finale se jouera entre trentenaires, 15 ans après Agassi-Sampras. Mais c'est la troisième fois de la saison.

Ils ont dit

  • Kevin Anderson
" Nadal est un des plus grands compétiteurs tous sports confondus. C'est un combattant hors-norme. Quand on s'est affrontés, il a toujours pris le contrôle du court. e devrai dominer l'échange et contrôler le rythme au maximum, parce que si vous le laissez faire, ça devient très difficile."
  • Rafael Nadal
" Gagner ou perdre la finale fera une grande différence, mais je suis déjà très content de tout ce qui m'est arrivé cette année. Je vais me battre pour gagner un nouveau titre ici. Mais ma saison est déjà réussie."

Notre avis

Sur le papier, c'est de loin la finale la plus déséquilibrée de cette cuvée 2017 en Grand Chelem. Et sur le terrain ? Tout dépend de Kevin Anderson. Rafael Nadal, lui, fera du Nadal, ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour le Sud-Africain. Novice à ce niveau, Anderson est, lui, un gigantesque point d'interrogation. Pour qu'il y ait un véritable match, il faudra qu'il coche beaucoup de cases, notamment dans sa façon d'appréhender cet évènement hors normes pour lui.

Souvent sujet à une certaine nervosité, Big Ando va-t-il se lâcher ? Il lui faudra servir le plomb, prendre des risques en permanence, réussir son entame de match et saisir la moindre opportunité. Cela fait beaucoup. Une victoire d'Anderson constituerait une des plus extraordinaires surprises de l'histoire des finales de Grand Chelem. Pour être honnête, nous n'y croyons qu'à moitié et c'est un euphémisme. On signerait déjà pour avoir une finale plus intéressante que les deux plus récentes, à Roland-Garros et Wimbledon.

0
0