Getty Images

Wimbledon : Finale messieurs - Nos pronos : Federer ou Cilic, la rédaction penche pour le Suisse

Nos pronos : Federer ou Cilic, la rédaction penche... pour un succès suisse
Par Eurosport

Le 16/07/2017 à 00:38Mis à jour Le 16/07/2017 à 01:18

WIMBLEDON - Qui dit finale de Grand Chelem, dit pronostics. Avant que Roger Federer et Marin Cilic ne croisent le fer sur le Centre Court, voici les avis de quatre journalistes de la rédaction d'Eurosport. Bilan : avantage pour Federer.

Laurent Vergne : Federer en 5 sets

Roger Federer a avoué être "content" d'éviter de jouer un autre membre du "Big Four" en finale. On peut le comprendre, mais pas sûr qu'il gagne au change avec Marin Cilic. Dans le contexte de ce Wimbledon, le Croate est sans doute la plus grande menace pour lui. Oui, peut-être plus encore que Djokovic ne l'aurait été en demi-finale ou un Murray version 2017 en finale. Cilic a les armes pour bousculer le Suisse. Il ne l'a certes battu qu'une fois en sept matches, mais quelle victoire ! Et il est passé tout, tout près l'année dernière ici-même en quarts de finale.

Federer va donc finir par le plus dur et c'est très bien ainsi. Maintenant, vu sa fraicheur physique et plus encore la tranquillité qui semble être la sienne, y compris dans les moments les plus chauds, il m'est extrêmement difficile de miser contre le Suisse. Tout dépend, une fois encore, de lui. S'il se maintient sur les hauteurs qui sont les siennes dans cette quinzaine, s'il conserve le même niveau d'excellence au service, le huitième titre sera au bout.

Mais il serait décevant que Cilic ne lui donne pas davantage de fil à retordre que les précédents adversaires de Federer. Son 5e sacre de rang pour égaler Borg en 2007, avait été mémorable. Celui face à Roddick en 2009, pour devenir seul recordman en Grand Chelem, tout autant. Alors, pourquoi pas un autre succès en cinq sets pour parachever la quête de ce huitième titre historique ?

Roger Federer à WImbledon 2017

Roger Federer à WImbledon 2017Getty Images

Maxime Dupuis : Marin Cilic en 5 sets

Roger Federer réussit un magnifique Wimbledon. Dans la lignée d'une saison non moins formidable de maîtrise. Frais comme un gardon après avoir zappé le plus intelligemment du monde le printemps de l'ocre, le Suisse n'a jamais semblé aussi proche de reconquérir son jardin anglais et de mettre Renshaw et Sampras dans son rétroviseur. Reste un caillou de taille dans la chaussure de l'homme aux 18 majeurs : Marin Cilic.

On en a moins parlé mais le Croate, seize ans après le lundi magique de Goran Ivanisevic, peut venir gâcher la fête attendue par le Centre Court. Parce qu'il réalise, sans faire autant de bruit, un tournoi d'une qualité rare. S'il a cédé ses trois premiers sets du tournoi en quart face à Gilles Müller (2) et en demie face à Sam Querrey (1), Cilic a fait preuve d'une force physique et mentale à toute épreuve.

Dimanche, il aura tout à gagner en agressant un Roger Federer qu'il était déjà passé à deux doigts de sortir en quart de finale de la dernière édition. Il comptait deux sets d'avance et s'était même procuré trois balles de match avant de rendre les armes. Ce n'était pas le Federer régénéré de cette année, certes. Mais ce n'était pas non plus le Marin Cilic de 2017. Le Croate aurait tort de ne pas y croire. D'autant que, sur la route de son triomphe à l'US Open, il avait terrassé Federer en Grand Chelem. Certes, ça fait trois ans. Mais psychologiquement, ce genre d'accomplissement n'est jamais superflu.

Marin Cilic lors de Wimbledon 2017

Marin Cilic lors de Wimbledon 2017Getty Images

Sébastien Petit : Federer en 3 sets

Après tout ce qu'il a accompli cette saison, je ne vois pas quelle autre issue pourrait avoir cette finale. Pourquoi ? Parce que Roger Federer est en mode danseuse étoile : virevoltant, précis, souple, aérien. Depuis le tournoi de Halle, tous ceux qui l'ont invité à danser se sont retrouvés les fesses par terre. Est-ce que Marin Cilic a l'étoffe d'un valseur à lui marcher sur les pieds ? Évidemment, sinon il ne serait pas là où il est. Il ne faut pas oublier que le Croate a déjà su déjouer les pronostics en le battant en demi-finale de l'US Open en 2014. Mais cela me parait tellement loin que je ne le vois pas refaire ce coup-là sur gazon, cette saison, face à ce Federer-là.

Dimanche, tout dépendra de sa condition physique. S'il a l'assurance que tout ira bien, Federer sera prêt pour une nouvelle démonstration, comme face à Grigor Dimitrov ou Milos Raonic, réduits à des coryphées, où son service s'est mué en une arme de fouettés massifs. Ce sera encore la clé principale de cette finale face à Cilic qui a maté d'autres adversaires bien plus puissants, mais pas aussi précis que peut l'être le Suisse. Lui qui a dompté Nadal trois fois cette saison, répondu à Raonic, qui l'avait battu l'an passé au même endroit, et fait de nouveau sourire Mirka après plusieurs saisons compliquées ne peut pas s'arrêter en si bon chemin. Le jardin est prêt, le ballet peut commencer.

Roger Federer à WImbledon 2017

Roger Federer à WImbledon 2017Getty Images

Alexandre Coiquil : Federer en 4 sets

Roger Federer n'a jamais semblé aussi fort qu'à Wimbledon lors de cette saison 2017. Depuis Halle, où il était encore en recherches de sensations, tout en évoluant à un très haut niveau, le Suisse est monté en régime au fur et à mesure. Il a montré un niveau conséquent à Londres, mais sans jamais verser dans l'euphorie. Il demeure cette impression qu'il contrôle tout ce qu'il fait. S'il faut baisser d'un cran dans un match il le fait, s'il faut prendre un risque en seconde dans un moment important, il le fait aussi. Une balle de break ? Je m'engage, je suis agressif, pas de retenue.

Le plus impressionnant chez Federer, c'est sa force mentale et sa faculté à gérer les moments très importants de ses rencontres. C'est grâce à cette faculté qu'il ira chercher ce huitième Wimbledon, il va serrer le jeu quand il faudra dimanche. C'est aussi grâce à elle qu'il a bien géré ses temps faibles en quart de finale face à Milos Raonic et en demie face à un Tomas Berdych que je n'avais plus vu à ce niveau depuis un moment. Le Tchèque aurait battu Federer si le match avait eu lieu en 2014 ou 2015. Le Federer de 2017, c'est un condensé de la grande époque (2004-2007), de 2012 et 2015, saupoudré du boost du 18e Grand Chelem. Pour lui, un jour moyen équivaut à battre un très bon Berdych en trois sets en demie de Wimbledon.

J'ai une immense admiration pour Marin Cilic, un joueur qui a découvert son énorme potentiel sur le tard à base de travail, en témoignent ses progrès sur gazon depuis cinq ans. Son service de plomb, ses prises de risque en coup droit, notamment quand il joue croisé, font très mal et ses progrès en revers sont phénoménaux. Il sait gagner des rallyes dans cette diagonale et sait changer de direction avec. Federer devra être très agressif pour le réduire à néant. C'est le pire joueur avec le Rafael Nadal post Roland-Garros qu'il pouvait affronter en finale en cette saison 2017.

Roger Federer à WImbledon 2017

Roger Federer à WImbledon 2017Getty Images

0
0