ATP - La Masters Cup : comment ça marche ?

La Masters Cup : comment ça marche ?
Par Eurosport

Le 04/11/2013 à 08:53

Vous êtes perdus parmi les différents tournois ATP de la saison et notamment la Masters Cup? Voici ce qu'il faut savoir sur cette compétition.

. Les qualifiés

C'est la première et principale particularité de ce tournoi : à l'issue du Masters de Paris-Bercy, dernier tournoi ATP de la saison régulière, les huit joueurs ayant totalisé le plus de points à l'ATP depuis le mois de janvier de l'année en cours, se qualifient pour la Masters Cup. En 2013, Nadal, Djokovic, Murray, Ferrer, Federer, Berdych, Del Potro et Wawrinka ont accumulé le plus de points, mais le forfait de l'Ecossais a permis au neuvième joueur de l'année, en l'occurrence Gasquet, de se qualifier. Jo-Wilfried Tsonga et Milos Raonic, respectivement dixième et onzième du classement Race, sont les deux remplaçants pour pallier l'éventuel forfait d'un des joueurs durant la phase de poules. Si l'un des deux venaient à faire défaut, l'ordre du classement déterminerait les "remplaçants" des remplaçants, soit Tommy Haas et Nicolas Almagro.

rg

rgPanoramic

. Le lieu

C'est la deuxième particularité de cette compétition : celle-ci ne se joue pas au même endroit depuis sa création en 1970. Le Masters est passé par quatre continents et dix pays : en Asie (Tokyo en 1970 et Shanghai entre 2002 et 2008), en Océanie (Melbourne en 1974 et Sydney en 2001), en Amérique du Nord (Boston en 1973, Houston en 1976, 2003 et 2004 et New York qui l'a organisé sur la plus longue période entre 1977 et 1989) et en Europe (Paris en 1971, Barcelone en 1972, Stockholm en 1975, Francfort entre 1990 et 1995, Hanovre entre 1996 et 1999, Lisbonne en 2000 et enfin Londres depuis 2009).

Londres accueillera la compétition jusqu'en 2015 dans l'O2 Arena. En 2012, les rumeurs du circuit voulaient que Rio de Janeiro soit la prochaine étape, mais Londres a finalement su convaincre les dirigeants de l'ATP, ainsi que les sponsors, de rester encore le lieu de clôture de la saison masculine. La ville anglaise est ainsi devenue celle qui a obtenu le plus long bail pour organiser cet événement depuis New York et treize années au Madison Square Garden.

O2

O2Eurosport

. La surface

Se disputant en fin d'année, ce tournoi des Maîtres se dispute sur court couvert. Deux exceptions à cela : Melbourne en 1974 qui a accueilli la compétition sur gazon extérieur et Houston en 2003 et 2004 qui s'est déroulé sur ciment extérieur. La surface utilisée a été de la moquette de 1970 jusqu'en 1996. Depuis, c'est sur dur que se joue le Masters, même si Shanghai a tenté la moquette une année en 2005.

dur

durPA Photos

. La phase de poules ou Round Robin

Troisième particularité et pas des moindres, ce tournoi est une sorte de mini-championnat. Celui-ci n'a rien à voir avec les Masters 1000 qui sont une catégorie de tournois classiques situés devant les tournois ATP 250 et 500 et derrière les levées du Grand Chelem. En Masters Cup, les joueurs sont répartis en deux groupes de quatre, établis en fonction de leur classement afin d'éviter un groupe avec les quatre premiers joueurs mondiaux. Ici, pas de premier ni de deuxième tour, mais trois matches de poule par joueur lors de "Round Robin" .Les matches se jouent en deux sets gagnants. Les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les demi-finales où le premier du groupe A affronte le deuxième du groupe B et le premier du groupe B affronte le deuxième du groupe A.

Groupe A : Nadal, Ferrer, Berdych, Wawrinka

Groupe B : Djokovic, Federer, Del Potro, Gasquet

En cas d'égalité, les joueurs sont départagés, dans cet ordre, par le nombre de matchs gagnés, le nombre de sets joués, puis par la confrontation directe si cela ne concerne que deux joueurs. Si trois joueurs ne parvenaient pas à se départager, il faudrait d'abord prendre en compte la différence de sets gagnés et perdus, puis par le nombre de jeux gagnés et perdus. Ce fut le cas en 2009, lorsque Murray, Federer et Del Potro se retrouvèrent à égalité dans le groupe A (2 matches gagnés chacun, 5 sets remportés et 4 perdus). Ils furent départagés grâce à leur différentiel de jeux et c'est finalement l'Ecossais qui passa à la trappe.

. Dotations et prize money

Le système d'attribution de points est le suivant : 200 points par match gagné en Round Robin. 400 points de plus si vous jouez la finale et 500 points si vous gagnez le titre, soit 1500 points en jeu en tout pour le joueur qui remporte le titre sans perdre un match.

Le système est en plus très juteux pour ceux qui y participent. La simple présence du joueur qualifié lui rapporte 120 000 dollars. Et celui qui patiente en coulisses dans la peau du remplaçant touche 70 000 dollars. Ensuite, une victoire en Round Robin rapporte 120 000 dollars chacune. Une victoire en demi-finale 380 000 de plus et encore 770 000 en finale. Le champion invaincu pourra ainsi repartir de Londres avec un prize money de 1 630 000 dollars (avant impôts et autres retenues).

. Le palmarès

Roger Federer est le recordman de titres dans cette compétition. Le Suisse en a glané six depuis 2003 en huit finales. Seuls Nalbandian (en 2005), Djokovic (en 2008 et 2012) et Davydenko (en 2009) ont réussi à contrarier cette hégémonie. Derrière le Suisse, on retrouve notamment Ivan Lendl (5 titres en 9 finales), Pete Sampras (5 titres en 6 finales), Ilie Nastase (4 titres en 5 finales), Boris Becker (3 titres en 8 finales) et John McEnroe (3 titres en 4 finales). Au total, 20 joueurs sont au palmarès de ce tournoi dans lequel deux Français ont atteint la finale : Sébastien Grosjean en 2001 et Jo-Wilfried Tsonga en 2011.

rf

rf

0
0