Le Top 10 des chercheurs d'or

Le Top 10 des chercheurs d'or
le 17/04/2012 à 23:25

A  J-100 des Jeux Olympiques de Londres, voici notre Top 10 des plus belles chances de médailles d'or  pour la délégation française. Pour beaucoup, un podium constituerait déjà une réussite magnifique. Mais pour ceux qui figurent ci-dessous, tout autre résultat qu'un titre olympique marquerait une déception. La France compte sur eux.

1. TEDDY RINER
Sport: Judo
Catégorie: + 100 kg
Date de naissance: 07/04/1989


- Pourquoi l'or lui est promis: Tout simplement, parce qu'il est invincible. Ou presque. Le judoka français est hors-normes. Son physique et son intelligence sur le tatami restent son atout majeur (2,03m pour 130 kilos). Mais sa palette technique, son dynamisme et sa vitesse de déplacement sont également uniques dans sa catégorie. Depuis son arrivée chez les séniors, il n'a connu que deux défaites majeures : la première date des JO de Pékin, où il avait été pénalisé pour non-combativité et éliminé par l'Ouzbek Tangriev au 3e tour et la seconde remonte aux Mondiaux 2010, en finale des toutes catégories, à l'issue de laquelle il avait été donné perdant par décision face au Japonais Kamikawa. Pour l'anecdote, il n'a plus été envoyé au tapis depuis le tournoi de Paris 2006.

-  Ce qui pourrait le faire coincer: Comme ça, à première vue, pas grand-chose. Mais si on devait chercher la petite bête le concernant, on pointerait du doigt le fameux "effet JO". A-t-il gardé dans un coin de sa tête ce qui lui est arrivé en Chine il y a quatre ans ? Possible. On lui conseillera aussi de faire attention à ce qui lui a joué quelques tours dans le passé : un relatif manque de combativité (mais il n'a toujours pas digéré Pékin alors...) ou le fait de sous-estimer certains adversaires. Mais sur ce dernier point, depuis une défaite (en 20 secondes !) contre son grand frère Moïse, il y a quelques années, Riner n'arrive plus sur un tatami la fleur au fusil. Pas trop d'inquiétude à avoir de ce côté-là.



____________________________________________________________________________

2. GREGORY BAUGE
Sport: Cyclisme sur piste
Discipline: Vitesse individuelle
Date de naissance: 31/01/1985


- Pourquoi l'or lui est promis: Depuis les Jeux de Pékin, Grégory Baugé a fait main basse sur la vitesse. Sur la piste, il a dominé les quatre Championnats du monde séparant les Jeux de 2008 de ceux de Londres. Même s'il ne lui reste que trois de ces quatre couronnes mondiales après la perte du titre 2011 sur tapis vert pour manquement à la législation antidopage, sportivement, personne n'a réussi à le battre dans le plus grand rendez-vous de la saison. Baugé semble posséder une marge énorme sur la concurrence. C'est ce qui est ressorti des récents Mondiaux de Melbourne, où le Cristolien a surclassé tous ses adversaires. Avec Riner, il est le sportif français le plus dominateur de la dernière olympiade.

-  Ce qui pourrait le faire coincer: On aurait pu l'imaginer perturbé par sa suspension rétroactive. Manifestement, il n'en est rien. Sur ce point, il a pleinement rassuré à Melbourne. Seul un pépin physique semble de nature à le priver d'un titre olympique. Cet hiver, il a été gêné par une tendinite qui a perturbé sa préparation. Pour le reste, on voit mal comment la concurrence pourrait réduire un tel écart en quatre mois. Mais attention à Jason Kenny: il est le plus proche de lui et, devant son public, il sera transcendé.



____________________________________________________________________________

3. CAMILLE LACOURT
Sport: Natation
Catégorie: 100m dos
Date de naissance: 22/04/1985


- Pourquoi l'or lui est promis: Parce que, depuis sa révélation au plus haut niveau voilà deux ans,, Camille Lacourt est l'incontestable numéro un mondial sur 100m dos. Champion d'Europe et meilleur performeur mondial de l'année en 2010, il a confirmé l'an passé en décrochant le titre de champion du monde sur la distance (à égalité avec son compatriote Jérémy Stravius qui, lui, ne sera pas à Londres). Le premier titre mondial de l'histoire de la natation française chez les hommes. Sa préparation se passe bien, il a franchi l'écueil des Championnats de France sans difficulté et se dit plus concentré qu'il y a douze mois. Auteur de la meilleure performance mondiale de l'année lors des Championnats de France (52"75), il relègue ses principaux concurrents à quatre dixièmes au moins sur l'année 2012...

- Ce qui pourrait le faire coincer: Lacourt est dans le même cas que Baugé ou Riner. S'il est à son niveau, l'or sera pour lui à Londres. Il est donc son principal adversaire. Ce qui pourrait jouer contre lui? Son inexpérience du rendez-vous olympique. Absent en 2008 à Pékin, Lacourt va découvrir cet évènement unique, où il faut être capable de gérer la pression et le stress, mais aussi de rester concentré sur son objectif, sans se disperser. Mais nous ne sommes pas trop inquiets pour lui à ce niveau. Lacourt sait ce qu'il veut et où il va.



____________________________________________________________________________

4. RENAUD LAVILLENIE
Sport: Athlétisme
Discipline: Saut à la perche
Date de naissance: 18/09/1986


- Pourquoi l'or lui est promis: Jusqu'à preuve du contraire, et même s'il n'a pas encore sauté en plein air en 2012, Renaud Lavillenie est en pleine possession de ses moyens. Et en pleine confiance, détail déterminant quand on pratique la perche. Victime d'une fracture à la main gauche fin 2011, à l'entraînement, le Français a retrouvé la grande forme. Pour preuve, sa performance en finale des derniers Mondiaux en salle. Le 10 mars dernier, le Charentais a signé, à Istanbul, la meilleure performance mondiale en indoor de l'hiver (5,95m). Un mois plus tôt, il avait effacé 5,93m à Nevers. A Londres, seize ans après le sacre de Jean Galfione, vingt-huit après celui du regretté Pierre Quinon, Lavillenie sera clairement LE favori au titre olympique. D'autant plus que son principal rival, l'Australien Steven Hooker, tarde à retrouver les sommets.

-  Ce qui pourrait le faire coincer: Lavillenie est humain. Et par conséquent, n'est pas imbattable. Lors des derniers Mondiaux en plein air, à Daegu, le Français visait l'or mais avait dû se contenter du bronze, comme à Berlin, deux ans plus tôt. Lavillenie n'est pas non plus à l'abri d'une déconvenue en qualification. Dans le passé, cela lui est déjà arrivé (Mondiaux indoor de Doha en 2010) mais l'homme a heureusement gagné en expérience. Dernier facteur, et pas des moindres, qui pourrait le faire cogiter : il va découvrir ce que sont les Jeux olympiques. Une compétition à part qu'on ne gère comme aucune autre.



____________________________________________________________________________

5. LUCIE DECOSSE
Sport: Judo
Catégorie: -70 kg
Date de naissance: 06/08/1981


- Pourquoi l'or lui est promis: Parce quePékin lui est resté, encore aujourd'hui, en travers de la gorge. Contrée sur ippon en finale des -63 kg, la Française n'a toujours pas digéré sa défaite contre la Japonaise Ayumi Tinamoto. Une autre époque. Depuis, Décosse est montée de catégorie, a glané ses deuxième et troisième titres mondiaux (2010 et 2011) et a complété sa collection au Tournoi de Paris (sept en tout, un record). Cette année, Décosse a décidé de cibler ses compétitions pour ne pas trop se dévoiler. L'entraînement a été privilégié. Impatiente mais sereine, la judokate le dit : elle n'a jamais été aussi forte. Dans son judo, comme dans sa tête. Londres sera le climax de sa carrière mais probablement aussi le lieu de sa dernière compétition majeure. Deux raisons supplémentaires pour aller chercher la seule médaille qui manque à son formidable palmarès.

-  Ce qui pourrait la faire coincer: A priori, rien. Pourquoi ? C'est simple : Lucie Décosse a l'habitude de dire qu'elle ne perd qu'un combat par an. En 2012, cette défaite a déjà eu lieu. Dominée en finale du dernier Tournoi de Paris, par la Japonaise Haruka Tachimoto, la Française peut donc partir à Londres l'esprit tranquille.



____________________________________________________________________________

6. SEBASTIEN JOUVE ET ARNAUD HYBOIS (Canoë)

Le K2 est discipline olympique pour la première fois en canoë. Une bien bonne nouvelle pour la délégation française et particulièrement pour Sébastien Jouve et Aranud Hybois. Le couple français a été sacré champion du monde en 2010 et 2011. Autant dire qu'il fait figure de favori pour aller chercher l'or olympique à Londres. Entre Hybois le Breton et Jouve le Normand, l'osmose a été aussi parfaite qu'immédiate. Dès leur première course en commun, à Vichy, en Coupe du monde, ils avaient décroché la victoire. Après une grosse préparation hivernale au soleil, en Afrique du Sud et au Maroc, ils sont prêts pour leur rendez-vous avec l'histoire.

7. CAMILLE MUFFAT (Natation)

Dans le centre nautique de Londres, Camille Muffat plongera avec une énorme pancarte au-dessus du bonnet : celle de favorite à l'or olympique. Meilleure performeuse mondiale sur 200m (1'54"87) et sur 400m (4'01"13) en 2012, la Niçoise est en mesure de réaliser des choses extraordinaires en août prochain. Plus mâture, moins crispée dans les grandes compétitions, l'élève de Fabrice Pellerin a probablement conscience d'être à un tournant de sa carrière. C'est l'heure de le montrer.

8. VITESSE PAR EQUIPES (Cyclisme sur piste)

Voilà encore une discipline où les Français n'entendent pas se contenter d'un simple podium. Une médaille parait presque assurée. Depuis 2006, qu'il s'agisse des Mondiaux ou des Jeux, les Bleus ont toujours figuré parmi les trois premiers. Dans sa formule actuelle, avec Grégory Baugé, Kevin Sireau et Michael D'Almeida, le trio tricolore a terminé deuxième des mondiaux 2010 et 2012 et a été sacré en 2011, avant d'être déclassé suite à la suspension rétroactive infligée à Baugé. Les Bleus ne sont pas invincibles, et la défaite en finale des Mondiaux de Melbourne le mois dernier face à l'Australie pour un tout petit millième est restée en travers des gosiers français. Une source de motivation supplémentaire.

9. JULIEN ABSALON (Cyclisme - VTT)

On pourrait presque dire que, quand on est double tenant du titre, on ne vise forcément rien d'autre que la médaille d'or. Sauf que tout n'est pas aussi simple. Depuis son sacre à Pékin, le Français a certes terminé à deux reprises sur le podium des Championnats du monde, en 2009 et 2011, mais en se contenant de l'argent puis du bronze. Et il n'a plus remporté la Coupe du monde depuis trois ans. Absalon reste une référence mais plus forcément LA référence numéro un. Le Tchèque Kuhravy, champion du monde et lauréat de la Coupe du monde en 2011, a bien l'intention de confirmer à Londres sa suprématie naissante. Reste qu'en s'imposant en Belgique le week-end dernier lors d'une manche de Coupe du monde, et en y ajoutant la manière, le vététiste tricolore a rappelé qu'il pouvait toujours botter la roue arrière de la concurrence. Alors, pas de doute, à Londres, lui aussi voudra l'or.

10. GEVRISE EMANE (Judo)

2011 a été la plus belle année de sa carrière. Championne du monde à Bercy, après avoir décroché l'or européen à Istanbul et dominé une deuxième fois (après 2010) le Tournoi de Paris, Gévrise Emane a tout raflé chez les moins de 63 kg l'an dernier. A Londres, ce format de poche (1,62m) briguera l'or dans une catégorie qu'elle a rejoint en 2009. A Pékin, chez les -70 kg, la native de Yaoundé avait connu une première expérience olympique désastreuse : éliminée dès le premier tour. L'heure est à la revanche pour cette judokate technique et explosive.

L. VERGNE ET F.X RALLET

 
Top class
Top class

Dés que ça nous semble nécessaire, un classement très subjectif de sportifs, d'événements et des sucreries qui nous régalent dans l'actu sportive.