Le Top 10 des coups de gueule

Le Top 10 des coups de gueule
le 26/12/2012 à 12:18

Premier volet de notre best of des petites phrases de l'année, avec, pour commencer, les plus jolis coups de gueule. Ils n'étaient pas contents et ils l'ont fait savoir. Dans différents registres.

_______________________________________________________

1. ONESTA ET L'AMITIE VIRTUELLE 

Les nouvelles technologies et Claude Onesta, ça fait deux. Le sélectionneur de l'équipe de France de handball l'avait expliqué au début de l'année lors de l'Euro. Pour un peu, ça l'inquiéterait franchement. En tout cas, une magnifique tirade, qui valait bien la première place.

"Les Facebook, les Twitter, Je n’y comprends rien. Ma fille me dit qu’elle a plein d’amis mais je n’en vois jamais aucun à la maison, ils sont tous dans l’ordinateur ! (...) Quand je vois les kilomètres de conneries qu’on peut écrire en bas de vos articles, je me dis que vous êtes en train de faire naître une nouvelle race de gens. Tout le monde a un avis sur tout, vous affirme tout ce qu’il faudrait faire. Quand on voit le flux de conneries, de méchancetés, de certitudes qu’il peut y avoir là-dedans, on se dit que l’humanité n’est pas près d’être sauvée." 

_______________________________________________________

2. JOVIAL, CLAIR, NET ET PRECIS

Avant d'être relégué au printemps, Dijon a vécu quelques soirées douloureuses en Ligue 1. Au point que Brice Jovial a parfois franchi la ligne jaune quand il s'est agi d'évoquer la façon dont son équipe était arbitrée.

"Certains arbitres sont cons, ils ne sont ouverts à aucun dialogue. Des cons comme monsieur Kalt, ça ne devrait pas exister."

_______________________________________________________

3. LA PISTE ANGLAISE VUE PAR FRANCOIS PERVIS

Les pistards anglais, Hoy et Kenny en tête, ont trusté les médailles d'or à Londres. Du coup, pour les autres, dont les Français, il n'est resté que des miettes. Sur son compte Twitter, François Pervis, le pistard tricolore, avait eu du mal à digérer cette razzia. Le sous-entendu est clair:

"Comment dire?...... Écoeuré. La sodomie continue..."

_______________________________________________________

 4. NADAL EN PETARD APRES LES GUIGNOLS

Rafael Nadal l'assure: il a beaucoup d'humour. Mais quand les "Guignols" de Canal ont sous-entendu au printemps qu'il était accro à la seringue, le Taureau de Manacor a vu rouge dans L'Equipe:

"Je n’accepte pas qu’on m’étiquette ‘dopé’ alors que, depuis que j’ai sept ans, j’ai travaillé des milliers d’heures chaque putain de jour !"


_______________________________________________________

5. QUAND BOUDJELLAL A HONTE DE MAYOL

Mourad Boudjellal est si prolifique en petites phrases que nous aurions pu faire un Top 10. Rien qu'avec lui. Lorsque Youssoupha est venu, sur son invitation, interpréter une chanson, et s'est fait huer par une partie du public, le président du RC Toulon n'a pas apprécié. Mais alors pas du tout.La preuve:

"Je ne suis pas fier d'une partie du public de Mayol, de ces crétins qui ont cru bon de siffler quelqu'un qui était venu leur dire son amour (le chanteur Youssoupha, venu interpréter une chanson en lieu et place de la traditionnelle Coupo Santo, NDLR). Quand on siffle quelqu'un qui vient vous dire qu'il vous aime, on est un crétin voire un salaud. Que ceux qui ont sifflé aujourd'hui n'oublient pas que la Coupo Santo, c'est moi qui l'ait instaurée à Mayol et qu'il n'y a rien d'acquis dans ce club. Que ces gens-là lisent des livres, qu'ils voyagent, qu'ils s'ouvrent à d'autres cultures. J'ai honte d'être le président du RCT !"

_______________________________________________________

6. MENES N'AIME PAS (TROP) DHORASOO

"Dhorasoo, c’est quand même le mec qui a été unanimement détesté par tous ses coéquipiers, dans tous les clubs où il est passé. C’est un mec prétentieux, méprisant, d’une radinerie sans nom, le mec  qui ne payait jamais un café à ses potes. Il a  joué au Milan AC de Berlusconi, il roule en Aston Martin et il joue l’humaniste."

Signé Pierre Ménès, dans Bakchich

_______________________________________________________

7. LE PECHOUX L'AVAIT MAUVAISE

L'escrime française a fait un bide historique aux Jeux de Londres en n'obtenant pas la moindre médaille. Ambiance morose, forcément, et même franchement délétère au sein de l'équipe de fleuret masculin. Après l'élimination face aux Etats-Unis, Erwan Le Péchoux se lâche contre son coéquipier Victor Sintès, passé au travers.

"Je n'ai pas envie de parler de lui. Ca fait plusieurs fois. Ca arrive de passer à côté d'un match, d'une compét' mais dans tous les matches importants quand ça arrive tout le temps et que personne ne se pose des questions, ça m'agace."

_______________________________________________________

8. LJUBICIC NE COMPREND PAS SES PAIRS

Avant de se plaindre du calendrier surchargé, les joueurs devraient-ils faire preuve de bon sens? C'était l'avis d'Ivan Ljubicic en début d'année.

"Ce qui me hérisse le poil, c’est d’entendre des joueurs pleurnicher sur le calendrier alors qu’ils vont jouer six ou sept exhibitions par an. Je leur dis : ‘Le problème, ce n'est pas le calendrier, c’est toi ! Tu as du temps pour te reposer, tu ne l’utilises pas et tu voudrais empêcher les autres de jouer toute l’année.’ Certains joueurs n’ont aucun sens des responsabilités. Quand je vois comment Isner gère sa saison, le nombre de matches qu’il joue, je n’y comprends rien."
 _______________________________________________________

9. MOURINHO, FAUT PAS L'ENERVER, FAUT PAS LE CRITIQUER

José Mourinho n'était pas d'humeur badine après l'élimination du Real face au Bayern en demi-finale de la Ligue des champions. Alors, du coup, les journalistes en ont pris pour leur grade.

"Les gens critiquent, questionnent, mais ce sont des gens paresseux, qui vivent au deuxième étage, ne prennent jamais les escaliers, toujours l'ascenseur, car ça les tuerait... Mes joueurs, eux, ont travaillé et couru comme des bêtes pendant deux heures, avec une tension incroyable."

_______________________________________________________

10. SIMON SE FAIT DES AMIES

Gilles Simon n'est pas d'accord pour que les joueuses gagnent autant que les joueurs et il l'a fait savoir au début de l'été, peu après Roland-Garros. Un coup de gueule qui ressemble à Simon: sans hausser le ton, mais le fond se veut plus percutant que la forme en l'occurrence.

"Les joueurs ont certainement encore passé deux fois plus de temps sur le terrain à Roland-Garros que les femmes. On parle souvent de l’égalité dans les salaires, je trouve que ce n'est pas un truc qui marche dans le sport. On est le seul sport aujourd'hui où il y a la parité hommes-femmes au niveau des prize-money, alors que le tennis masculin reste plus attrayant que le tennis féminin".

 
Top class
Top class

Dés que ça nous semble nécessaire, un classement très subjectif de sportifs, d'événements et des sucreries qui nous régalent dans l'actu sportive.