Le Top 10 des quarterbacks

Le Top 10 des quarterbacks
le 05/02/2012 à 10:51

Dimanche, le Super Bowl entre les Patriots et les Giants sera aussi un duel entre Tom Brady et Eli Manning, les deux quarterbacks. Avant la grand messe annuelle de la NFL, petit coup d'oeil sur ceux qui ont fait la légende de ce poste pas comme les autres. Un voyage dans le temps où se côtoient de véritables mythes.

1. JOHNNY UNITAS

Pourquoi lui? Johnny Unitas est celui qui  a fait entrer le poste de quarterback dans la modernité. Sa carrière, d'abord chaotique, a basculé en 1956 avec la blessure de George Shaw, numéro de la draft l'année précédente. Dès lors, la porte s'est ouverte pour Unitas à Baltimore. La suite appartient à la légende. Du milieu des années 50 au début des années 70, Johnny U. a redéfini le jeu et son poste. Dès ses premières saisons, il se taille une réputation de clutch player qui ne le quittera plus. Même s'ils ont été battus depuis, Unitas a détenu de son vivant la quasi-totalité des records dans le jeu de passe.Deux fois champion NFL (son premier titre a été acquis face aux Giants en 1958 pour ce qui est considéré comme le plus grand match de l'histoire) avant l'ère Super Bowl, il a également remporté celui-ci, à 37 ans passés, mais il n'était plus tout à fait le joueur génial qu'il fut dans la première partie de sa carrière.

La stat qui tue: 47 matches de suite avec au moins un touchdown. Un record qui tient toujours aujourd'hui.



____________________________________________________________________________________

2. JOE MONTANA

Pourquoi lui? Le clutch player par excellence. Il n'était pas le plus grand, le plus puissant, le plus rapide ni le plus athlétique. Mais par sa vision du jeu, sa précision, son sang-froid invraisemblable (son surnom, Joe Cool, n'était pas usurpé) et sa faculté à délivrer LA passe parfaite au moment décisif, Joe Montana s'est hissé au sommet. Oui, il affiche seulement 211 yards par match en carrière. Mais s'il n'était pas une machine à stats, Montana  était une machine à gagner. En dix saisons avec San Francisco, il a remporté quatre Super Bowls, s'adjugeant trois titres de MVP dans la grande finale.

La stat qui tue: 127.8 de rating en moyenne lors de ses quatre Super Bowls.



____________________________________________________________________________________

3. OTTO GRAHAM

Pourquoi lui? Palmarès, talent, statistiques, Otto Graham a tout pour lui. En dix saisons avec les Cleveland Browns, le légendaire numéro 14 a disputé... dix finales pour le titre (dont six en NFL), pour un total de sept sacres. Gagner, c'est ce que Graham savait faire de mieux, à l'image d'un Montana quatre décennies plus tard. Mais il a aussi compilé des statistiques hors normes tout au long de sa carrière. Passeur d'exception, il était tout aussi dangereux avec ses jambes.  Puis Graham était un dur au mal. En 1953, lors d'une rencontre, il se fait fracturer la mâchoire en première période. Malgré ça et 15 points de suture autour de la bouche, il reste en jeu et mène les Browns à la victoire.

La stat qui tue: En dix ans de carrière, Otto Graham n'a jamais manqué un seul match.



____________________________________________________________________________________

4. JOHN ELWAY

Pourquoi lui? Un athlète fantastique qui ajoutait à ses qualités physiques une remarquable précision. John Elway a porté les Broncos pendant 16 années. Sa carrière exceptionnelle a longtemps possédé un petit goût d'inachevé à cause de son incapacité à remporter le titre avec Denver (il a perdu trois Super Bowls en quatre ans entre 1987 et 1990). Un peu comme Marino. Mais Elway a fini par décrocher le Graal. Pas une fois, mais deux, pour ses deux dernières saisons, en 1998 et 1999. A partir de là, plus rien ne pouvait empêcher le numéro 7 du Colorado d'être considéré comme un des plus grands joueurs de l'histoire à son poste. Captain Comeback avait une panoplie complète, y compris son jeu de course, toujours menaçant.

La stat qui tue: Elway a participé à cinq Super Bowls en tant que titulaire. Un record... qu'il va partager avec Tom Brady dimanche soir.



____________________________________________________________________________________

5. PEYTON MANNING

Pourquoi lui? Reverra-t-on Peyton Manning sur un terrain de football? Après une saison blanche due à une blessure au cou, la star des Colts a mis sa carrière en suspens. Et à bientôt 36 ans, il lui sera difficile de revenir à son meilleur niveau. Mais quoi qu'il arrive, Manning a gagné sa place parmi les géants. Oui, il n'a gagné qu'un Super Bowl. Autant que Trent Dilfer... Il n'est pas le QB le plus titré de ces 15 dernières années, mais, intrinsèquement, il est le meilleur, même si le débat pour savoir qui de lui ou de Brady est le numéro un de sa génération ne s'éteindra jamais. Quadruple MVP de la NFL, il affiche une moyenne de plus de 4000 yards par saison depuis le début de sa carrière. Aucun quarterback n'a été plus redouté par les défenses depuis la retraite de Montana.

La stat qui tue: 10 saisons à plus de 4000 yards dans sa carrière. A titre de comparaison, Elway en compte une, Brady et Marino quatre, et Favre six.



____________________________________________________________________________________

6. SAMMY BAUGH: Si Johnny Unitas a révolutionné le jeu du quarterback, Sammy Baugh l'a presque inventé. D'une certaine manière, il peut être considéré comme le premier véritable quarterback, celui qui a banalisé le jeu de passe vers l'avant. A la fois defensive back, punter et quarterback, Baugh appartient à une époque révolue, mais il en fut l'incarnation la plus remarquable. Pendant 15 ans (de 1937 à 1952), il a porté les Redskins à bout de bras, remportant deux titres de champion. Ses 335 yards face à Chicago lors de la finale 1937 restent un record pour un rookie. Cinq ans plus tard, toujours face à Chicago, il mène Washington à la victoire et au titre, causant une des plus grosses sensations de l'histoire, les Bears étant alors invaincus et considérés comme invincibles.

7. TOM BRADY: Dire qu'il a été sélectionné en 199e position lors de la draft en 2000... Il a fallu une blessure de Drew Bledsoe pour que Tom Brady puisse s'affirmer comme un maitre absolu du jeu. Un destin à la Unitas. De 2002 à 2012, il a pris part à cinq Super Bowls et mené les Patriots vers une saison régulière parfaite  en 2007 (16-0). Il n'a pas les stats de certains autres, mais son intelligence et son palmarès parlent pour lui. S'il remporte un quatrième Super Bowl dimanche, il rejoindra Montana et Bradshaw.

8. BART STARR: Des Packers des années 60, l'histoire a d'abord retenu le nom d'un entraineur mythique, Vince Lombardi, qui a donné son nom au trophée du Super Bowl. Oui, Lombardi était un immense coach. Oui, Green Bay possédait alors une équipe garnie de vedettes. Mais Bart Starr en était l'incontournable leader, une sorte de deuxième coach sur le terrain. La grandeur de Starr, qui a mené à cinq reprises la NFL en rating (seule Steve Young a fait mieux) résidait avant tout dans sa faculté à être au sommet de son art dans les grands matches. Résultat, cinq titres de champions, dont les deux premiers Super Bowls. 

9. DAN MARINO: Sans doute le plus grand quarterback à ne jamais avoir remporté le Super Bowl. C'est un manque dans sa carrière, sans aucun doute. Marino n'en a d'ailleurs disputé qu'un seul, dès sa deuxième saison. Il l'a perdu et, par la suite, n'y est plus jamais revenu ! Il n'empêche, Marino est peut-être le meilleur pur passeur de ces 30 dernières années. Lors de son année de sophomore, il a accompli une des plus fantastiques saisons de l'histoire avec plus de 5000 yards à la passe et 48 touchdowns.

10. BRETT FAVRE: Difficile d'imaginer que ses 285 matches consécutifs sans la moindre absence puissent être battus un jour. C'est un des très nombreux records que Brett Favre a conquis au cours de sa fabuleuse et (très) longue carrière. Pendant trois saisons, de 1996 à 1998, où il a été sacré trois fois de suite MVP, Favre a atteint un niveau de jeu ahurissant. C'est là qu'il a conquis son unique titre de champion avec Green Bay, disputant un autre Super Bowl, perdu celui-là. La suite fut plus inégale, mais il laisse  une image de père courage attachant et celle d'un compétiteur hors pair.

ET AUSSI:Beaucoup d'autres joueurs auraient leur place dans ce Top 10 sans qu'il n'y ait rien à redire. Chacun avec ses arguments. Terry Bradshaw reste, avec Montana, le quarterback le plus titré dans l'ère Super Bowl avec quatre sacres. Mais il a aussi bénéficié d'une équipe extraordinaire autour de lui à Pittsburgh dans les années 70. Steve Young a longtemps attendu son heure dans l'ombre de Montana à San Francisco. Sa gloire a été tardive, mais sa carrière n'en a pas moins été riche avec les 49ers: un Super Bowl gagné et, surtout, sept Pro Bowls en sept saisons comme titulaire. Idem pour Roger Staubach, qui a débuté à 27 ans seulement en NFL avant de remporter deux Super Bowls avec Dallas et de disputer six Pro Bowls. Dans les années 60-70, on n'oubliera pas non plus Fran Tarkenton, un QB d'une incroyable régularité, qui tournait à 60% de passes complétées à une époque où la moyenne était généralement bien en-deça. Il a mené les Vikings par trois fois au Super Bowl et a joué au plus haut niveau pendant 18 ans. Et cette liste n'est évidemment pas exhaustive.

A vous de nous donner votre propre hiérarchie.

LAURENT VERGNE
twitter.com/LaurentVergne

 
Top class
Top class

Dés que ça nous semble nécessaire, un classement très subjectif de sportifs, d'événements et des sucreries qui nous régalent dans l'actu sportive.