Getty Images

Euro 2017 : La France réagit en s'imposant face aux Pays-Bas en cinq sets

La France a réagi après avoir frôlé la catastrophe

Le 27/08/2017 à 23:40Mis à jour Le 28/08/2017 à 08:10

EURO 2017 - Les Bleus ont réagi. Après leur défaite lors du premier match contre la Belgique, les Français ont battu dimanche soir les Pays-Bas (25-22, 23-25, 21-25, 30-28, 15-12). Mais pour y parvenir, ils ont dû effacer trois balles de match et attendre le cinquième set. Résultat, les coéquipiers d'Earvin Ngapeth comptent trois points. La qualification se jouera contre la Turquie.

Après une entrée en matière très compliquée avec une défaite contre la Belgique (2-3), l'équipe de France s'est encore fait des frayeurs. Contre la belle adversité proposée par les Pays-Bas, les Bleus sont passés tout proche de concéder une seconde défaite. A trois balles de match exactement. Mais l'entrée d'Earvin Ngapeth, remis de sa blessure au dos, a tout changé. Avec son leader, les champions d'Europe ont fait honneur à leur statut pour renverser une situation bien mal embarquée en étant menés deux manches à une. Ils ont finalement fait la différence dans le tie-break pour s'imposer et continuer à croire en leurs chances de qualification pour les quarts de finale (25-22, 23-25, 21-25, 30-28, 15-12) avant de boucler la phase de poules face à la Turquie, demain.

Ngapeth a tout changé

Le souvenir de la déception des Jeux Olympiques de Rio, l'été dernier, a forcément ressurgi à un moment ou un autre dans l'esprit des joueurs de Laurent Tillie. Au Brésil, l'équipe de France avait pris la porte prématurément dès la phase de poules. Quand elle était menée deux sets à un, les doutes ont germé mais les Bleus avaient une pièce maîtresse sur leur banc de touche : Earvin Ngapeth.

Préservé lors du premier match face à la Belgique en raison de problèmes de dos, la star a fait son entrée à l'entame du quatrième set. Une entrée incisive grâce à des points (8) - en déséquilibre - dont il a le secret. Sans lui, la France a trouvé un second souffle car, avant, elle a éprouvé beaucoup de difficultés à contenir Nimir Abdel-Aziz, l'atout numéro 1 des Pays-Bas. L'ancien passeur devenu pointu a diffusé une menace constante sur les derniers vainqueurs de la Ligue Mondiale.

Une marge de progression importante

Si les Bleus ont remporté la première manche avec une certaine maîtrise (25-22), Abdel-Aziz a été prépondérant dans le gain des deux suivantes par les Pays-Bas (25-23, 25-21). Mais progressivement, l'ancien joueur de Poitiers a perdu en influence même s'il a terminé meilleur marqueur de la rencontre avec 24 points. Le quatrième set a atteint un pic de tension, l'équipe de France écartant trois balles de match avant de sauver sa peau grâce à…. l'inévitable Ngapeth (30-28).

Après deux heures et vingt minutes de combat, l'équipe de France a porté l'estocade dans la dernière manche en faisant rapidement un petit trou, en maintenant une avance minimum de deux points (15-12). Avant de défier la Turquie pour son dernier match de poules, la marge de progression des Bleus reste encore conséquente, notamment dans le domaine des blocks, où ils se sont montrés défaillants (seulement 5). La quête d'un second titre européen passe par là.

0
0