Getty Images

Les Bleus cueillis d'entrée par la Belgique (25-22, 23-25, 25-21, 23-25, 15-12)

Les Bleus cueillis d'entrée

Le 25/08/2017 à 23:06Mis à jour Le 26/08/2017 à 00:11

EURO VOLLEY - Ca démarre mal pour l'équipe de France de volley. Les Bleus ont été battus par la Belgique, vendredi soir à Katowice, pour leur entrée en lice à l'Euro 2017. Bousculés, imprécis, les champions d'Europe en titre ont cravaché pour recoller à deux sets partout, avant de s'incliner dans le tie-break du 5e set face à une très séduisante équipe belge (25-22, 23-25, 25-21, 23-25, 15-12).

Les Bleus ont manqué leurs retrouvailles avec l'Euro. Tenante du titre et grande favorite de la compétition, l'équipe de France s'est inclinée contre la Belgique pour son entrée en lice à Katowice, vendredi soir. Face à une très séduisante équipe belge, les hommes de Laurent Tillie se sont inclinés au tie-break du 5e set (25-22, 23-25, 25-21, 23-25, 15-12) et après plus de 2h30 de jeu. En l'absence de la star française Earvin Ngapeth, laissé sur le banc, ces Bleus-là, qui ont couru après le score pendant toute la rencontre, ont été bien trop timides et en manque d'inspiration pour parvenir à renverser complètement leurs adversaires.

La déception est de mise. Vainqueurs de la Ligue mondiale en juillet, les Bleus se savaient attendus face à l'adversaire le plus redoutable de leur poule, les Diables Rouges. "On savait que ça allait être difficile", a réagi à chaud le sélectionneur français, "on a joué avec le frein à main. Ils ont beaucoup défendu et on a manqué de patience", a analysé Laurent Tillie au micro de la chaîne L'Equipe. On pensait que la France avait fait le plus dur en recollant à deux sets partout mais il n'en a rien été. La Belgique, emmenée par un Sam Deroo des grands soirs, a joué à la française. Dans le money time, ce sont les hommes en rouge qui ont fait la différence avec classe et maîtrise.

Un bloc aux abonnés absents

Les Bleus ont manqué d'envie et ont été cueilli à froid par une séduisante équipe belge. Le pointu Stephen Boyer a été très irrégulier en attaque, tout comme Trevor Clevenot, en grande difficulté face au colosse Tomas Rousseaux, impérial en défense côté belge. "Ils nous a manqué de la constance, on a été surpris par cette équipe", a concédé Tillie, qui devra trouver les mots pour remobiliser ses hommes face au Pays-Bas. Dans les motifs de satisfaction, à noter la belle prestation de Julien Lyneel. Le réceptionneur-attaquant de Montpellier a été l'un des rares joueurs à la hauteur.

Le retour de Ngapeth devrait largement aider cette équipe à se remettre la tête à l'endroit. Il le faudra puisque la France n'a plus le droit à l'erreur. Dimanche, le duel face aux Bataves (20h30), battus par la Turquie un peu plus tôt (3-1), pourrait leur permettre de se lancer pleinement dans la compétition. Mais ils devront montrer un tout autre visage pour espérer réaliser le doublé. En s'inclinant d'entrée face à des Belges lancés vers la première place du groupe, les Bleus se sont peut-être déjà condamnés à un passage par les barrages pour accéder aux quarts.

0
0