AFP

24 HEURES DU MANS 2016 - La vraie surprise, c'est la (mauvaise) performance d'Audi

La vraie surprise, c'est la (mauvaise) performance d'Audi

Le 19/06/2016 à 18:51

24 HEURES DU MANS - Si le succès arraché par Porsche n'est, finalement, pas une surprise, les performances d'Audi ont globalement ébahi -voire déçu- les observateurs. Le constructeur allemand a manqué son pari.

La 84ème édition de la plus grande course au monde promettait d'être exceptionnelle. Elle l'a été. Mais pas forcément pour les raisons attendues. En terres sarthoises, le monde du sport auto s'attendait (et espérait) une bagarre à trois entre les mastodontes de l'Endurance : Audi, Porsche, Toyota. Mais très vite, trop vite, le constructeur d'Ingolstadt a disparu des avant-postes.

Les 24 Heures du Mans sont, chaque année, révélatrices des mauvais choix. Toyota et Nissan ont pu le constater l'année dernière. Ce week-end, Audi a complètement perdu la bataille technologique. La marque n'avait plus connu pareille déconvenue depuis l'épopée Peugeot en 2009.

Vidéo - 24h Le Mans : Audi n8 slowly

00:48

Un renouvellement manqué

A l'intersaison, la firme allemande a effectué de profondes modifications sur sa R18. D'abord pour se renouveler, après l'année victorieuse de l'ennemi Porsche. Ensuite pour s'adapter aux nouvelles exigences du règlement WEC. L'équipe de Wolfgang Ullrich a opté pour une refonte complète du modèle aérodynamique. Elle a aussi mis au point un nouveau bloc propulseur censé diminuer sa consommation de 10%, tout en délivrant un millier de chevaux.

Visiblement, les deux prototypes n'ont pas accepté la greffe. A aucun moment cette semaine, Audi n'a semblé en mesure de titiller ses adversaires. La seule vraie séance de qualification -la première, les autres ayant été perturbées par la pluie- a été un échec, puisque les R18 ont dû se contenter de la troisième ligne. La course, elle, a été désastreuse.

Vidéo - Le Mans 2016 : Dr Ullrich itw

02:50

Le rival, lui, est au sommet...

Pire, la marque, qui était jusque-là la référence du 21ème siècle avec 13 succès sur 18 possibles, a été piégée par des pièces qu'elle utilise depuis une quinzaine d'années : turbo et système de refroidissement. Pour régler ces problèmes, les R18 ont multiplié les interminables passages aux stands. A l'entame de la deuxième heure de course, la n°7 s'est retrouvée 52ème…

A l'arrivée, le podium obtenu fait illusion. Le prototype n°8 a passé le drapeau à damier avec 12 tours de retard sur Porsche. Son rival historique, lui, a décroché son deuxième succès consécutif. La "référence de la fiabilité" se trouvait à Ingolstadt. Mais elle a bel et bien migré vers Stuttgart.

0
0