Panoramic

Rallye de Catalogne: deuxième balle de match pour Sébastien Ogier (VW)

Ogier a raté le coche en France, à lui de conclure en Espagne
Par AFP

Le 23/10/2014 à 08:29Mis à jour Le 25/10/2014 à 09:19

Alors qu'il aurait pu être titré lors du Rallye de France, Sébastien Ogier a une deuxième chance de remporter le titre, ce week-end, en Espagne. Sa dernière, celle qu'il ne doit pas louper, selon le pilote Volkswagen.

Le Français Sébastien Ogier (Volkswagen Polo-R), malchanceux au Rallye de France, aura une nouvelle occasion de devenir champion du monde WRC pour la deuxième fois consécutive lors du Rallye d'Espagne qui sa dispute de jeudi à dimanche. Pour ce faire, il devra "simplement" devancer son coéquipier et principal adversaire pour le titre, le Finlandais Jari-Matti Latvala, victorieux en Alsace et seulement distancé de 27 points. "50 points de marge, c'est intéressant mais mon abandon en Allemagne me rappelle que je peux rapidement voir fondre mon avance," avait analysé Ogier avant de se rendre à Strasbourg. "Il faudra éviter un résultat blanc qui pourrait voir Jari-Matti revenir à 22 points".

Avec une 13e place et la victoire de Latvala en France, Ogier n'a rapporté que les 3 points de la Power Stage, contre 26 à son rival, donnant bien involontairement corps à ses inquiètudes. Le Français avait perdu le rallye dès les premiers tours de roues. Des ennuis de moteur (un capteur défaillant) lors de la deuxième spéciale, puis une pénalité et un bris d'amortisseur l'avaient rapidement rejeté en fond de classement, à près de neuf minutes de la tête.

Sébastien Ogier (VW) au Rallye de Finlande 2014

Sébastien Ogier (VW) au Rallye de Finlande 2014Red Bull Racing

" Je viens de griller un joker (...) il ne m'en reste plus qu'un seul"

"Je n'avais jamais connu une telle succession d'ennuis en si peu de temps, avait pesté le Français. Je n'avais plus qu'à me concentrer sur les points de la power stage pour limiter la casse. Je viens de griller un joker en vue du titre, il ne m'en reste plus qu'un seul".

Victorieux l'an passé, mettant fin à huit succès consécutifs de Sébastien Loeb au volant des Citroën, Ogier semble posséder quelques arguments à faire valoir pour s'illustrer sur ce rallye de Catalogne, le seul de la saison à se disputer sur terre et sur asphalte. En effet, après un petit tour (ES1, 3,2 km) jeudi soir dans les rues de Barcelone, les pilotes reviendront à Salou, à une centaine de km au sud, pour attaquer les six spéciales de vendredi disputées sur terre. L'une d'elles, Terra Alta (ES4/ES7) proposera même un mélange des deux surfaces au fil de ses 35 km.

Une fois de retour à Salou, les voitures seront laissées aux mains expertes des mécaniciens qui auront 75 minutes pour les configurer en mode asphalte pour les deux journées suivantes. "Pour schématiser, nous ne conservons que la coque et le moteur", résume Didier Clément, le responsable de l'exploitation des Citroën DS3. Ogier, en raison de sa position de leader au Championnat, balaiera les routes en terre vendredi, ce qui devrait favoriser Latvala. "Ici le sol est assez dur dans les spéciales sur terre, mais il est recouvert d'une fine pellicule de sable. Cela devrait me donner un léger avantage", concède le Finlandais qui devra néanmoins composer avec la poussière.

Ogier, à une victoire du titre

Ogier, à une victoire du titreAFP

Andreas Mikkelsen en outsider

Samedi et dimanche, les deux pilotes s'affronteront ensuite sur asphalte, un revêtement sur lequel Latvala a fait de gros progrès comme le prouve sa récente victoire en France. La longue spéciale d'Escaladei (ES9/ES11), disputée samedi sur 50 km, est susceptible de créer de gros écarts, les pilotes devant rapidement retrouver leurs réflexes sur des routes lisses à fortes adhérences.

Parmi les plus habiles, chez Volkswagen, le Norvégien Andreas Mikkelsen, après cinq podiums d'affilée songe à une première victoire en WRC. Intercalé entre Latvala et Ogier, il servirait alors les intérêts du Finlandais pour un titre qui devrait être disputé lors de la dernière épreuve, au Pays de Galles, à la mi-novembre. Au volant d'une DS3, le Britannique Meeke pourrait confirmer qu'il est en pleine progression tandis que chez Ford, le Finlandais Mikko Hirvonen, devrait faire parler toute son expérience, lui qui disputera ce rallye pour la douzième fois consécutive.

Chez Hyundai, l'ambition sera de terminer et d'engranger des informations sur des routes en asphalte qui ne ressemblent en rien à celles rencontrées en France ou en Allemagne.

0
0