Volkswagen Communication

Rallye d'Espagne : Ogier (VW), un leader surveillé de près par Latvala

Ogier, un leader surveillé de près par Latvala
Par AFP

Le 23/10/2015 à 21:58Mis à jour Le 23/10/2015 à 22:06

WRC - Encore pénalisé par le règlement, Sébastien Ogier (VW) a pourtant pris les commandes du Rallye d'Espagne, vendredi. Mais de peu.

Le triple champion du monde Sébastien Ogier (Volkswagen MST) était en tête du Rallye d'Espagne, vendredi soir, après avoir parfaitement géré la première étape de 128 km chronométrés.

Le Français menait avec 4"0 d'avance sur son coéquipier Jari-Matti Latvala, récent vainqueur du Rallye de France, et 11"3 d'avance sur le surprenant Estonien Ott Tänak (Ford M Sport), auteur de trois temps scratch en profitant au maximum de sa bonne position sur la route.

"C'était une super journée, encore plus difficile que les années précédentes ici. J'ai eu du mal à trouver assez d'adhérence, mais j'aurais signé pour un tel résultat", a résumé Ogier en fin d'étape, à son retour au parc d'assistance de Salou.

Malgré sa position d'ouvreur et le balayage qui lui est automatiquement associé, à cause du règlement destiné à le ralentir, le Gapençais a bien limité les dégâts. Il s'est même offert le luxe de signer le meilleur temps dans la dernière spéciale du jour, la longue et mixte Terra Alta (ES9, 35 km), seule du rallye à alterner des portions de terre et d'asphalte.

"Quelque part, il y a une façon de piloter qui va avec le fait d'être le premier sur la route, j'essaie de l'optimiser, et quand le grip est très faible, on a vraiment l'impression d'être sur un fil", a ajouté le fer de lance d eVW. Le seul avantage de sa position, c'est qu'il ne souffrait pas de la poussière en suspension dans l'air, et derrière lui ses rivaux sont partis toutes les trois minutes, pour laisser le temps à la poussière de retomber.

Kubica fait "pschitt"

Les huit spéciales de cette première journée étaient tracées sur les hauteurs de Salou, dans la région du Priorat. Ogier, en privilégiant des trajectoires tendues, a su préserver ses pneus dans les spéciales plus courtes, puis il a pu hausser le rythme dans Terra Alta, le plus long chrono du rallye.

Cette première journée a été très animée et très disputée, à tous les étages du classement. Leader à l'issue de l'ES3, le Polonais Robert Kubica (Ford RK) a perdu le bénéfice de son beau début de course en crevant deux fois lors du premier passage dans Terra Alta (ES5).

Les trois autres temps scratch du jour ont été signés par un pilote officiel Hyundai, le Néo-Zélandais Hayden Paddon (ES2), reconduit pour trois ans par la marque coréenne, un pilote Citroën WRT, le Norvégien Mads Ostberg (ES7), et par Latvala (ES5).

Les deux prochaines journées se dérouleront exclusivement sur asphalte, une spécificité de ce Rallye d'Espagne, qui ont obligé les mécaniciens, vendredi soir, à changer des centaines de pièces sur les voitures, en 75 minutes maximum : plus de 1.300 pièces sur chaque VW Polo-R, par exemple, en commençant par les suspensions.

Un autre rallye commencera donc samedi matin, une sorte de Grand Prix d'Espagne sur des routes parfaites pour ce genre d'exercice, sans traces et sans poussière. Ogier et Latvala n'auront plus le handicap de balayer, ils seront donc durs à suivre. Quant au héros local, l'Espagnol Dani Sordo (Hyundai), spécialiste de l'asphalte, il a bien préparé son week-end : 4e du classement général, à 26 secondes d'Ogier.

0
0