Getty Images

Dans la boue, seuls Neuville, Tänak et Latvala ont surnagé

Dans la boue, seuls Neuville, Tänak et Latvala ont surnagé
Par AFP

Le 30/06/2017 à 22:23

WRC POLOGNE - Thierry Neuville a pris la tête du classement après une première journée cataclysmique vendredi. La boue a largement contrarié les pilotes. Peu nombreux sont ceux qui ont pu tirer leur épingle du jeu.

"Inconduisible", "horrible", "affreux", "une loterie", ... Les concurrents ne manquaient pas de superlatifs au moment de décrire la première journée pleine du Rallye de Pologne, vendredi, au cours de laquelle seuls trois hommes, Thierry Neuville, Ott Tänak et Jari-Matti Latvala, ont surnagé. "Nous sommes sur la montagne de l'enfer", osait même un pilote de WRC2 visiblement découragé par les torrents de pluie qui s'abattent sur la région de Mazurie (nord-est) depuis jeudi, transformant les routes d'habitude sablonneuses et ultra-rapides en étendues de boue jonchées de piégeuses ornières.

Et c'est peut-être le Finlandais de Toyota Esapekka Lappi qui résumait le mieux ce pilotage périlleux: "la voiture est comme un bateau. Je me contente de naviguer et d'espérer." Trois pilotes sont tout de même parvenus à dompter les conditions. En tête vendredi soir, le Belge Thierry Neuville (Hyundai), l'Estonien Ott Tänak (M-Sport/Ford) et le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota) se tenaient en moins de 7 secondes, après s'être succédé sur le fauteuil de leader provisoire.

Derrière eux, le Français Sébastien Ogier, leader au Championnat du monde mais sous la menace de Neuville, faisait une fois de plus les frais de son rôle d'ouvreur et en terminait à la quatrième place, avec un retard de 35 secondes. Pas abattu pour autant passée la ligne d'arrivée de la dernière spéciale, celui-ci préférait retenir "la fin d'une journée difficile!"

Au bilan d'un vendredi que beaucoup veulent déjà oublier, on gardera les quatre temps scratch de Neuville en spéciales (ES2, ES5, ES8, ES9), lui qui disait le matin : "il y a des endroits où je pourrais être plus rapide mais pour le moment je n'en ai pas besoin. Je ne veux pas faire d'erreur stupide". Le vice-champion du monde 2013 et 2016 était manifestement l'un des seuls à avoir su trouver le bon dosage entre contrôle et attaque.

"Samedi sera la clé du rallye"

A noter également l'annulation de l'ES6 en début d'après-midi vendredi pour des raisons de sécurité, alors que la cérémonie de départ avait déjà été zappée jeudi pour cause de météo récalcitrante. Samedi, les pilotes repartiront pour deux boucles de 74,16 km chacune (soit près de la moitié du chronométrage de cette 74e édition du Rallye de Pologne), dont deux spéciales inédites, avant un nouveau rendez-vous sur le tracé de la super spéciale, près du parc d'assistance de Mikolajki. "Demain sera la clé du rallye", prophétisait Tänak vendredi soir. "La plupart des spéciales sont nouvelles, assez longues et piégeuses. Si la météo ne change pas, ça sera encore une sacrée journée!"

Et en effet, la pluie s'annonce de nouveau de la partie. On peut donc encore s'attendre à de nouveaux rebondissements, les pilotes s'élançant le samedi dans l'ordre inverse du classement établi le vendredi soir. "La bataille pour la tête est serrée et je ne m'attends pas à ce que cela change au cours des deux prochains jours, annonçait pour sa part Neuville. Nous sommes en bonne position mais les autres ont encore beaucoup à montrer et il y aura des surprises, j'en suis sûr."

Tänak, qui a remporté le premier succès de sa carrière en WRC en Sardaigne début juin, en sait quelque chose. L'an dernier, une crevaison dans la 20e et avant-dernière spéciale, après un écart sur la piste rendue boueuse et glissante par la pluie, l'avait privé de victoire.

0
0