Panoramic

La vitesse en juge de paix du duel entre Sébastien Ogier (Ford) et Thierry Neuville (Hyundai)

La vitesse en juge de paix du duel entre Ogier et Neuville
Par AFP

Le 29/06/2017 à 15:05Mis à jour Le 29/06/2017 à 15:14

RALLYE DE POLOGNE - La terre rapide est l'exercice proposé à Sébastien Ogier (Ford) et Thierry Neuville (Hyundai) de jeudi à dimanche. Mais le Français va encore balayer.

Le duel qui oppose le Français Sébastien Ogier au Belge Thierry Neuville pour la couronne de champion du monde des rallyes se poursuit de jeudi à dimanche sur les routes sablonneuses et ultra rapides du Rallye de Pologne. La saison 2017, restée longtemps parmi les plus ouvertes de l'histoire du WRC, voit désormais deux pilotes sortir du lot des favoris : le quadruple champion du monde sortant et son dauphin l'an dernier, ainsi qu'en 2013.

A Ogier l'avantage de la constance : ses sept top 5 en autant de manches cette saison le placent en tête du classement des pilotes, avec 18 points d'avance sur Neuville, qui monte en puissance après un début d'année compliqué. Si le pilote Ford M-Sport veut conserver son bien, il devra toutefois veiller à ne pas manquer le podium en Pologne, comme cela a été le cas en Argentine et en Italie, pour les 5e et 6e manches de la saison. Son rival de chez Hyundai, lui, est monté sur la boîte à chaque course, passées ses mésaventures au Monte-Carlo et en Suède.

Neuville : "Attaquer autant que possible"

Inconvénient de mener au championnat du monde, même si c'est "exactement là où (il voulait) être à ce moment dans la saison", le Français souffre souvent d'ouvrir la piste le vendredi et devrait encore être pénalisé en début de week-end. "J'ai de bons souvenirs en Pologne, où j'ai gagné à deux reprises (2014 et 2015, ndlr), mais l'année dernière était probablement la pire course pour moi en termes d'ouverture de route", se souvient Ogier, qui disait en 2016 s'être parfois senti "passager" tant les ornières étaient profondes. "Il est très dur de reprendre du temps ici, constate-t-il. Mais nous verrons ce que nous pouvons faire".

Thierry Neuville (Hyundai MST) au Rallye d'Italie 2016

Neuville, lui, est résolument tourné vers l'offensive: "Nous devons continuer d'attaquer autant que possible pour rester dans la course au titre. Nous entrons dans la dernière ligne droite du championnat. Désormais, toutes les décisions comptent".

Du côté de chez Citroën, le Britannique Kris Meeke, décevant lors des quatre derniers rallyes, bénéficie de vacances forcées, remplacé par le Norvégien Andreas Mikkelsen, grand perdant du retrait de Volkswagen fin 2016. Celui qui n'avait pas retrouvé de volant pour entamer la saison poursuit son come-back, après une timide huitième place en Sardaigne, déjà dans une Citroën C3.

Tänak libéré par sa première victoire

Deuxième en 2014 et 2015 avant de s'imposer en 2016 dans son rallye favori, Mikkelsen peut espérer mieux figurer pour son deuxième essai. "Après un rallye d'apprentissage en Sardaigne, j'espère pouvoir me battre dans le groupe de tête", dit-il. "J'espère viser le podium si tout se passe bien", prévoit le troisième du Championnat 2016.

On aura un oeil également sur Ott Tänak, coéquipier d'Ogier, qu'une crevaison dans la 20e et avant-dernière spéciale, après un écart sur la piste rendue boueuse et glissante par la pluie, avait privé de victoire l'an dernier. D'autant que l'Estonien de 29 ans s'avance décomplexé par le premier succès de sa carrière en WRC, en Italie début juin. La pluie, d'ailleurs, s'annonce encore de la partie une grande partie du week-end.

326,64 kilomètres chronométrés et 23 spéciales sont au programme de cette 74e édition du Rallye de Pologne, dans la région de Mazurie, et plus d'un tiers du parcours n'a pas été utilisé lors des trois dernières éditions. La journée la plus difficile devrait être celle du samedi, qui cumule à elle seule près de la moitié du chronométrage, avec qui plus est deux nouvelles spéciales, parcourues deux fois chacune.

0
0