AFP

Nouvel abandon de Neuville, qui laisse le champ libre à Latvala, Tänak et Ogier

Nouvel abandon de Neuville, qui laisse le champ libre à Latvala, Tänak et Ogier
Par AFP

Le 11/02/2017 à 19:25Mis à jour Le 11/02/2017 à 23:40

RALLYE DE SUEDE - Comme au Monte-Carlo, Thierry Neuville (Hyundai MST) a commis une erreur alors qu'il était en tête, samedi. Du coup, Jari-Matti Latvala (Toyota WRC), Ott Tänak et Sébastien Ogier (Ford M-Sport) se retrouvent en lice pour la victoire.

Thierry Neuville (Hyundai MST) a tout perdu samedi soir dans le Rallye de Suède, 2e manche du championnat du monde des rallyes, victime d'un accident qui laisse trois prétendants en course, dont le Français Sébastien Ogier (Ford M-Sport). Le vice-champion de monde de 28 ans était à quelque 60 km de sa quatrième victoire en WRC, et peut-être à l'aube d'une grande saison. Mais, comme lors du premier rallye de 2017, celui de Monte-Carlo en janvier, une erreur de pilotage lui a coûté la victoire.

Sur l'hippodrome de Karlstad, où il n'y avait que 1,9 km à courir, il a heurté le béton au bord de la piste, perdu une roue et endommagé sa direction. Il se retrouve relégué en 13e position au général et repartira dimanche en Rallye2.

Sur les routes des environs de Torsby et Hagfors (ouest de la Suède) samedi, il avait semblé très sûr dans sa conduite, lui qui disait : "J'essaie de contrôler". Ajoutant tout de même: "Tout peut arriver". Son avarie profite au Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota WRC), qui prend la première place dans un mouchoir, devant deux pilotes de Ford, l'Estonien Ott Tänak, à 3 sec 8, et le champion du monde, le Français Sébastien Ogier, à 16 sec 6.

Dimanche, ces trois-là se disputeront la victoire lors d'un final alléchant. Il reste 58,8 km pour les départager, avec trois spéciales : ES16 et ES17 le matin et la power stage (ES18) à la mi-journée.

La journée a aussi été marquée par l'annulation d'une spéciale, l'ES12, qui était programmée en début d'après-midi. La FIA, constatant le matin une vitesse moyenne trop élevée sur ce tracé, a appliqué le règlement qui interdit de courir dans ce cas-là. A Monte-Carlo, un spectateur était mort, heurté par la voiture du Néo-Zélandais Hayden Paddon après une sortie de route.

Plus satisfaisant pour Ogier

Les pilotes n'étaient pas surpris de l'annulation. Mais eux qui avaient commencé la journée sur ce parcours, lors de l'ES9, n'avaient pas perçu de risque particulier à l'occasion de leur premier passage. "Ce n'est jamais une bonne nouvelle d'avoir une spéciale annulée mais je peux comprendre", constatait Ogier. "Ça ne paraît pas une spéciale hyper dangereuse non plus. Plutôt ennuyeuse sur certaines parties, parce que c'est tout droit".

Ogier s'était senti pénalisé vendredi en s'élançant chaque fois le premier (ES2-ES8) et en ne bénéficiant pas des traces laissées dans la neige par d'autres pilotes de sa catégorie. Samedi, il a connu une journée plus satisfaisante. "C'est quand même un meilleur rythme aujourd'hui qu'hier, et ça fait plaisir de pouvoir concourir un peu plus à conditions égales", remarquait-il.

Dans la matinée, seul son coéquipier de M-Sport, Tänak, l'a devancé en remportant trois spéciales consécutives (ES9-ES11). "Sur ce rallye, il faut être parfait et, jusque-là, on a fait une course vraiment propre et fait le boulot", commentait l'Estonien à la mi-journée.

L'après-midi a été fatale aux espoirs de Kris Meeke (Citroën WRT). Cinquième au général avant l'ES14, le Britannique a perdu le contrôle de sa C3 pour finir dans la forêt boréale. Des spectateurs l'ont aidé à retrouver la piste, mais il a cédé plus de 8 minutes.

Avec le retrait de Volkswagen de la compétition cette saison, "entre les voitures, c'est beaucoup plus équilibré, quand on voit les chronos. On a beaucoup plus d'opportunités", avait fait remarquer Neuville dans la journée.

0
0