AFP

Sébastien Ogier (Ford M-Sport) : "J'ai toujours du mal avec la voiture"

Ogier : "J'ai toujours du mal avec la voiture"

Le 12/02/2017 à 23:52

RALLYE DE SUEDE - Battu par son coéquipier de Ford M-Sport, Ott Tanak, pour la deuxième place, Sébastien Ogier a avoué dimanche qu'il n'avait pas encore trouvé la meilleure façon d'exploiter sa Fiesta.

C'est rare de voir Sébastien Ogier repartir d'un rallye sans le moindre temps scratch. C'est pourtant ce qui lui est arrivé ce week-end en Suède, aux antipodes de ses six victoires en spéciales en 2016 et de ses 9 en 2015.

Une question d'ordre de passage défavorable dans les spéciales vendredi, d'accord entre sa Ford Fiesta et son style de pilotage et de faute évitable dimanche (27 secondes perdues dans l'ES16) alors qu'il pouvait encore viser une deuxième place.

"Je n'ai pas eu l'occasion de tenter quoi que ce soit parce que j'ai commis l'une des erreurs les plus stupides de ma carrière : premier virage, 50 mètres de course, je me suis fait prendre par la neige à l'intérieur, j'ai fait un tête-à-queue et ensuite j'ai calé. Je savais que ma chance était passée. C'est comme ça", a pesté le quadruple champion du monde à l'arrivée, dimanche.

"En fin de compte je pense que je peux résumer mon week-end comme difficile, mais quand je regarde, 19 points, je suis vraiment content. C'est un bon pas de fait dans ce championnat", a-t-il repris.

Une suite favorable au Mexique et en France

Leader du Mondial depuis sa victoire au Monte-Carlo, il a laissé la première place du championnat à Jari-Matti Latvala pour quatre points (48 contre 44) mais c'est sûrement les huit petits points collectés en deux rallyes et autant de fautes par Thierry Neuville (Hyundai MST) qui lui donne aujourd'hui de l'espoir pour la suite.

"C'est sûr que je savais que ce serait dur cette saison, j'allais démarrer derrière les autres en termes de préparation. Bien sûr je sens que j'ai toujours du mal avec la voiture, je lutte encore pour trouver le réglage parfait qui me conviendra", a-t-il avoué. "Mais pour être vraiment honnête, je n'étais pas si malheureux de voir Jari pousser dans la power stage. Parce que j'ai eu peur qu'il lève le pied et me laisse ouvrir la course au Mexique".

Incapable de gagner pendant six épreuves l'an dernier à cause d'un ordre de passage handicapant les deux premiers jours, il peut songer à une suite moins pénible cette saison puisqu'il ne mène pas le Mondial, que le balayage a été réduit à la première journée et que l'asphalte du Rallye de France va casser l'habituelle séquence des épreuves "terre" après le Rallye du Mexique.

Sébastien Ogier (Ford M-Sport) au Rallye de Suède 2017

Sébastien Ogier (Ford M-Sport) au Rallye de Suède 2017AFP

0
0