Volkswagen Communication

La centième de Sébastien Ogier (Volkswagen) s'annonce compliquée

Chaleur, balayage, altitude, maxi spéciale de 80km : la centième d'Ogier s'annonce compliquée
Par AFP

Mis à jourLe 03/03/2016 à 13:14

Publiéle 03/03/2016 à 13:14

Mis à jourLe 03/03/2016 à 13:14

Publiéle 03/03/2016 à 13:14

Article de AFP

RALLYE DU MEXIQUE - De nombreux obstacles séparent Sébastien Ogier (Volkswagen) de la victoire pour son 100e départ en rallye, ce week-end.

Sébastien Ogier (Vokswagen MST), invaincu en 2016, aimerait bien fêter par une nouvelle victoire son 100e départ dans un rallye du championnat du monde, ce week-end au Mexique.

Après une victoire relativement facile au Monte-Carlo, puis un succès logique dans un Rallye de Suède tronqué par une météo trop clémente, Le triple champion du monde en titre va devoir affronter des conditions autrement plus délicates autour de Guanajuato : la chaleur, la poussière, l'altitude (2.750 m maximum), la distance (une spéciale effrayante, longue de 80 km, le dimanche matin) et toujours des rivaux très motivés, notamment chez Hyundai.

Avec son copilote Julien Ingrassia, le Français aura un autre handicap, celui d'ouvrir la route, et donc de balayer la couche de terre en passant le premier. Son équipier Jari-Matti Latvala aura une position bien plus favorable, car il sera le huitième sur la route, suite à ses deux ratages au Monte-Carlo et en Suède. Et VW a aussi un objectif précis quelque soit le pilote victorieux : un 4e succès d'affilée au Mexique, un 12e d'affilée en WRC, dans la foulée d'une saison 2015 bien pleine.

Le parcours sera "extrême", avec 21 spéciales pour 400 km chronométrés au total, souligne le patron de VW Motorsport, Jost Capito, en partance pour McLaren F1. C'est aussi le "premier rallye sur terre de la saison" et "la concurrence sera très forte", ajoute-t-il.

Le départ sera donné jeudi soir dans la ville minière de Guanajuato, inscrite au patrimoine mondial de l'Humanité. Un décor spécial, un peu exceptionnel, fait de tunnels souterrains et de jolies maisons colorées, pour le 100e départ d'Ogier en WRC.

Hyundai très motivé

C'est justement au Mexique que le tandem Ogier-Ingrassia a entamé sa carrière mondiale en 2008, par une victoire dans la catégorie Junior-WRC. Depuis, il y a eu 34 victoires en WRC, chez les adultes, de 2010 à 2016, dont les trois dernières éditions de ce Rallye du Mexique. Et trois titres mondiaux raflés depuis 2013. De quoi inspirer le respect, mais Ogier garde les pieds sur terre.

"Gagner ici serait une belle manière de célébrer notre 100e départ" en Mondial des rallyes, "mais cela ne sera pas facile. Ma carrière a débuté ici il y a huit ans. C'était pour moi comme un rêve qui devenait réalité. Nous nous garderons bien d'être trop confiants et nous serons plus concentrés que jamais quand le rallye commencera", résume le pilote de pointe de l'armada VW.

Dans la troisième Polo-R officielle, le Norvégien Andreas Mikkelsen (Vokswagen MST II) sera aussi candidat à la victoire. Mais chez Hyundai aussi le Mexique est attendu avec impatience car la nouvelle i20 est bien-née et reste sur deux podiums consécutifs : la 3e place du Belge Thierry Neuville à Monaco, puis la 2e place du Néo-Zélandais Hayden Paddon en Suède. "Notre nouvelle i20 est plus compétitive que la précédente", souligne Michel Nandan, le patron français de la marque coréenne en rallye, "mais nous avons encore à apprendre sur le difficile parcours mexicain. Il n'y aura pas de place pour la moindre erreur et cela ajoutera encore de la difficulté à une épreuve qui fait déjà partie des plus compliquées".

Quand c'est compliqué, il faut souvent compter avec Dani Sordo, l'Espagnol souriant qui est venu renforcer Hyundai en 2014 mais n'a encore jamais réussi à faire gagner la marque (deux podiums en deux saisons). La grosse cote, au moins pour un podium, c'est Sordo.

0 commentaire
Vous lisez :