AFP

Rallye Monte Carlo : un spectateur gravement blessé, la première spéciale annulée

Un grave accident annule la première spéciale
Par AFP

Le 20/01/2017 à 07:05

MONTE-CARLO - L'entame de la 85e édition du Rallye Monte-Carlo a été marquée jeudi soir par un grave accident impliquant un spectateur, blessé lors de la sortie de route de la Hyundai du pilote néo-zélandais Hayden Paddon, dès la première spéciale de l'épreuve.

Ce spectateur, un Espagnol de 50 ans qui prenait des photos, a été grièvement blessé lors de cet accident, ont indiqué à l'AFP des sources concordantes. En arrêt cardio-respiratoire, il a été évacué par un hélicoptère de la sécurité civile vers l'hôpital Pasteur de Nice. Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade de recherche de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence).

Troisième concurrent à s'élancer, Paddon a perdu le contrôle de sa voiture à l'entrée d'une courbe dans le dernier tiers de la spéciale reliant Entrevaux et Ubraye, sur 21,25 km. L'accident a eu lieu vers 20h30 sur la route départementale 10, à environ 3km de la ligne d'arrivée, dans une zone où la glace et la neige étaient plus présentes que sur la première moitié de la spéciale.

Après un tête à queue sans doute provoqué par le verglas, le Néo-Zélandais a violemment heurté la falaise avec son côté droit, sa voiture partant presque en tonneau avant de retomber violemment sur son côté gauche. Sur les images TV diffusées en direct, le pilote Hyundai et son copilote John Kennard sont ensuite sortis apparemment indemnes de leur véhicule, ce qui a été confirmé par leur écurie dans un tweet.

D'après des témoins oculaires, la victime s'était installée dans une zone non prévue pour accueillir du public. D'après ces mêmes témoins, il a fallu très longtemps avant que les secours n'interviennent et ce sont des spectateurs qui dans un premier temps ont tenté de ranimer le spectateur en pratiquant massage cardiaque et bouche à bouche.

Des voitures plus performantes

Indication de la gravité de la situation, les pilotes ayant entamé la spéciale et qui sont donc passés au ralenti près du lieu de l'accident de Paddon ont rejoint l'arrivée le visage fermé. Les autres pilotes qui n'étaient pas encore partis ont été détournés par la nationale 202 sans passer par l'itinéraire de la spéciale.

Cet accident intervient alors que la Fédération internationale automobile (FIA) avait décidé de renforcer les mesures de sécurité pour les zones de spectateurs, à la suite de la mise en place du nouveau règlement voulu par le président de la FIA, Jean Todt, pour rendre la discipline plus spectaculaire en augmentant les performances des WRC (la catégorie des véhicules du championnat du monde de rallye).

Celles-ci ont entre autres gagné 80 chevaux à l'intersaison, tout en devenant plus légères, et ont été élargies, dotées d'appendices divers, dont un aileron arrière pour améliorer leur aérodynamisme. Ces évolutions ont fait dire à certains observateurs qu'il s'agissait d'un retour du monde des rallyes à la grande époque du groupe B, des bolides très spectaculaires qui furent interdits en 1987 après plusieurs accidents mortels. Lors du rallye du Portugal en mars 1986, le pilote portugais Joaquim Santos avait ainsi percuté la foule avec sa Ford RS200, provoquant la mort de trois spectateurs et des dizaines de blessés.

Ogier et Neuville étaient déjà passés

Avant l'accident de Paddon, seuls le quadruple champion du monde en titre, Sébastien Ogier, qui avait ouvert la route, et le pilote belge Thierry Neuville avaient rallié l'arrivée de la première spéciale. Leurs deux temps respectifs, inférieurs de dix secondes aux meilleurs réalisés l'an passé sur la même spéciale courue en 12 minutes, illustrent le gain de puissance des bolides du WRC cette saison.

Paddon, âgé de 29 ans, n'est pas un pilote novice puisqu'il compte une victoire en WRC, au rallye d'Argentine 2016, et a disputé 60 rallyes en championnat du monde avant ce Monte-Carlo. Chez Hyundai depuis 2015, il a terminé à la quatrième place du championnat l'an passé.

0
0