Frustration à Lausanne. Alors qu'il devait être le moment fort de la soirée, le 100 m féminin a été accueilli à l'arrivée par un silence gênant dans le stade de la Pontaise, pourtant à guichet fermé (environ 13.000 spectateurs). Déçu par la contre-performance de sa chouchoute Mujinga Kambundji (6e en 11"15), le public n'a pas salué la victoire surprise de l'Américaine Aleia Hobbs (10"87).
La foule attendait plutôt une bataille homérique entre fusées jamaïcaines avec un chrono de feu : mais en quelques minutes, la course a perdu la championne du monde puis la championne olympique. Shelly-Ann Fraser-Pryce, la meilleure sprinteuse de la saison, sacrée pour la 5e fois sur le 100 m aux Mondiaux de Eugene en juillet, s'est retirée peu de temps avant le départ en raison d'un problème musculaire à l'échauffement.
Les Grands Récits
Jones - Montgomery, le faux couple le plus rapide du monde
27/09/2022 À 22:25
"Je dois composer avec des problèmes à un ischio-jambier depuis quelques jours, et malheureusement ça ne semble pas s'améliorer. Par précaution, nous avons décidé avec mon entraîneur de ne prendre aucun risque. J'ai quelques jours pour me soigner avant Bruxelles (le 2 septembre, NDLR)", a expliqué Fraser-Pryce, légende du sprint aux huit médailles olympiques. "Je savais que je pouvais réussir quelque chose de spécial ici, je suis très déçue", a commenté l'athlète de 35 ans au micro du stade. La triple championne olympique de Tokyo en 2021 (100, 200 et 4x100 m), Elaine Thompson-Herah s'est elle éliminée toute seule avec un faux départ grossier, repartant tête basse sans courir.

"Un peu endormi"

En fin de programme, l'Américain Noah Lyles, double champion du monde, a tout de même montré qu'il était toujours en jambes avec une victoire de prestige sur le 200 m en 19"56 devant son compatriote champion du monde du 400 m Michael Norman (19"76). Après un départ moyen, Lyles a réussi un joli chrono, mais pouvait s'attendre à mieux. Il avait couru le quatrième 200 m le plus rapide de l'histoire en juillet à Eugene (19"31), puis gagné en 19 sec 46 à Monaco le 10 août.
"Je ne serai jamais déçu d'un chrono en 19 sec 5. Je pense que j'ai eu quelques foulées un peu trop amples, on va y travailler avec mon coach", a analysé l'Américain en zone mixte. "Pour être honnête je n'étais pas dans une superbe journée. J'étais un peu endormi, on a couru à 22h, c'est tard. Mais je sais que j'ai encore de l'énergie pour mes deux dernières courses (Bruxelles et Zurich, NDLR). Je vais continuer à chasser le record du monde (19.19 d'Usain Bolt en 2009) mais ce n'est pas simple, ce n'est pas le record du monde pour rien!"
Les champions d'autres disciplines ont proposé quelques performances de choix: le Norvégien Jakob Ingebrigtsen, champion olympique et champion d'Europe, a réussi la meilleure performance de la saison sur 1.500 m en 3'29"05. Au triple saut, la recordwoman du monde vénézuélienne Yulimar Rojas a validé 15,31 m, alors que la championne olympique porto-Ricaine Jasmine Camacho-Quinn a battu la nouvelle recordwoman du monde du 100 m haies Tobi Amusan (12"34 contre 12"45).

Lamote brille, Happio deuxième

La vice-championne d'Europe du 800 m Rénelle Lamote a profité de ce rendez-vous pour battre son record personnel en 1'57"84 vendredi. Sur une course hors du programme principal de la Ligue de diamant, Lamote s'est facilement imposée et a pu retrancher 14 centièmes de seconde à son ancien record établi à Monaco en 2021 (1'57"98).
"J'ai eu du mal à me mettre dans la course, j'étais à l'ouest à l'échauffement, mais ça m'a réussi", a apprécié l'athlète, qui ne s'est pourtant "pas privée" à Munich la semaine dernière pour fêter sa troisième médaille d'argent. "J'aimerais m'approcher des 1 min 56, mon objectif de la saison c'est vraiment de faire moins de 1 min 57 sec 5, ce serait la cerise sur le gâteau", a continué Lamote (28 ans), qui est qualifiée pour la finale de la Ligue de diamant à Zurich le 8 septembre.
Dans une autre course hors du programme de la Ligue de diamant à Lausanne, le vice-champion d'Europe du 400 m haies Wilfried Happio a terminé 2e en 48"66, derrière l'Américain Rosser Khallifah, auteur d'un gros chrono (47"68). Margot Chevrier n'a pas réussi à franchir une barre au saut à la perche.
Athlétisme
Christine Arron sur sa grossesse : "Tout le monde m'a dit que j'allais gâcher ma carrière"
23/09/2022 À 12:28
Athlétisme
Mayer : "Pour être honnête, je n'aurais pas misé sur moi"
21/09/2022 À 13:21