Getty Images

Enorme claque : Jimmy Vicaut déclare forfait pour la finale du 100m

Vicaut, une petite pointe et une énorme claque...
Par Eurosport

Le 07/08/2018 à 21:34Mis à jour Le 07/08/2018 à 23:48

CHAMPIONNATS D'EUROPE - Jimmy Vicaut n'a pas pris part à la finale du 100m ce mardi soir à Berlin. Le Français, impressionnant meilleur temps des demies en début de soirée, "a ressenti une douleur aux ischio-jambiers" lors de l'échauffement... Une galère de plus pour le sprinteur francilien, décidément maudit sur la compétition européenne.

Enorme coup de tonnerre à quelques minutes de la finale du 100m. Jimmy Vicaut, meilleur temps de demies en début de soirée et grand favori pour le titre européen, a été contraint de déclarer forfait avant la course reine des championnats d'Europe, mardi soir à Berlin. Le sprinteur français s'est blessé lors de l'échauffement.

"Il a ressenti une douleur aux ischio-jambiers et préfère ne pas prendre le départ de la finale", a expliqué l'encadrement de l'équipe de France à une demi-heure du coup de feu de la finale. Une pointe qui a donc mis fin aux espoirs de Vicaut de décrocher enfin un premier titre individuel dans un grand championnat, après ses deux podiums sur la ligne droite européennée en 2012 (2e) et 2016 (3e).

Pourtant, le co-détenteur du record d'Europe (9''86), avait impressionné en demi-finale quelques heures plus tôt. Facile, relâché, il avait été le seul homme à passer sous la barre des dix secondes (9''97). De quoi renforcer sa position de co-favori pour la finale, prévue à 21h50, avec Zharnel Hughes, vainqueur de sa série en 10''01.

Vidéo - 9'97'' : Vicaut impressionnant meilleur temps des demies du 100m

00:33

"Et puis au dernier départ, le drame..."

Et puis, la catastrophe s'est produite quelques minutes plus tard, lors de l'ultime échauffement. "J'ai fait deux, trois accélérations, a-t-il expliqué au micro de France Télevisions. Je devais faire deux départs puis aller en chambre d'appel. Et puis au dernier départ, le drame, voilà." Il se ressent alors d'une gêne à l'ischio-jambier droit. Le même qui avait grincé en séries des championnats de France, il y a un mois, et l'avait incité à ne plus courir jusqu'aux championnats d'Europe, par souci de prudence. C'est aussi sur cette cuisse qu'il avait connu une déchirure l'an dernier, dans sa préparation pour les Mondiaux de Londres, où il devra se contenter de la 6e place en finale.

Alors, après le nouveau réveil de cette douleur, il n'y avait selon lui pas d'autre issue qu'un forfait. C'était la seule issue envisageable, raisonnable. Sans doute a-t-il déjà trop connu la blessure pour tenter le diable : "J'aurais pu tenter, mais après ça aurait été pire. Ça n'aurait servi à rien." Son entraîneur Dimitri Demonière a lui évoqué "un coup de bambou" : "Il a immédiatement été pris en charge par l'équipe médicale. Mais la tension était trop importante, ce n'était pas possible. Il était prêt mais son corps a dit stop."

"C'est mon histoire"

Pour Vicaut, 26 ans, c'est une galère de plus. Les championnats d'Europe, il y avait déjà connu son lot de blessures. En 2012, après sa 2e place derrière Lemaitre en finale du 100m, il avait dû déclarer forfait pour la finale du relais après avoir participé aux séries. Deux ans plus tard, à Zurich, il avait remporté sa série du 100m. Avant de renoncer à prendre le départ des demies... la faute à sa maudite cuisse droite, déjà. Sa carrière est constamment plombée par les blessures. "C'est mon histoire, il ne faut pas lacher. Il y aura les Mondiaux à Doha l'an prochain, puis Tokyo en 2020." Soit deux échéances où il cherchera à décrocher sa première médaille individuelle après quatre finales infructueuses. En espérant que son corps le laisse enfin tranquille.

VICAUT

VICAUTEurosport

0
0