Les avocats de Nasser Al-Khelaïfi, patron du fonds souverain Qatar Sports Investments (QSI), et de Yousif Al-Obaidli, directeur commercial de la chaîne Al Jazeera, avaient déposé un pourvoi contre le refus de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris en mai de constater l'incompétence des juridictions française pour enquêter sur ces faits.
Les magistrats avaient reconnu que "les faits reprochés auraient été commis au Qatar, au Sénégal ou à Monaco", que "les sociétés qui auraient été utilisées pour verser ou recevoir des fonds ont leur siège au Qatar ou au Sénégal, de même que la banque qui a reçu les fonds". Par ailleurs, les deux mis en cause sont de nationalité qatarie et les victimes présumées, l'IAAF et le CIO ont leur siège à l'étranger, respectivement à Monaco et en Suisse, avaient-ils relevé. Cependant, ils s'étaient appuyés sur une rencontre à l'hôtel Negresco à Nice, donc sur le territoire français, et un virement de deux millions de dollars réalisé sur un compte en France, pour justifier la compétence des juridictions françaises.
Mais la Cour de cassation a estimé dans son arrêt que le lien entre les infractions, tel que décrit par la chambre de l'instruction, ne suffisait pas pour fonder cette compétence. La requête de MM. Al-Khelaïfi et Al-Obaidli sera donc à nouveau examinée lors d'une nouvelle audience à la chambre de l'instruction. Le patron du PSG a été mis en examen le 23 mai 2019 pour "corruption active".
Athlétisme
Le meeting en salle de Paris-Bercy reporté au 6 mars à cause du Covid-19
13/01/2022 À 14:49
Les soupçons portent sur deux versements d'un total de 3,5 millions de dollars, réalisés à l'automne 2011 par la société Oryx Qatar Sports Investment (QSI) - dirigée par Khalid Al-Khelaïfi, le frère de Nasser - au profit d'une société de marketing sportif dirigée par Papa Massata Diack, fils de l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack. Surnommé "PMD" dans les médias, il a longtemps géré le dossier des droits marketing de l'IAAF. Le Qatar aurait reçu en contrepartie le soutien de l'ex-grand patron de l'athlétisme Lamine Diack pour accueillir les Mondiaux d'athlétisme 2017, organisés par l'IAAF, et les JO-2020. Le décès de M. Diack début décembre a éteint les poursuites pénales à son encontre.
Athlétisme
Pas de meeting en salle à Paris le 22 janvier, à cause de la jauge Covid-19
11/01/2022 À 14:26
Athlétisme
Une (triple) légende s'est éteinte : Viktor Saneiev est mort à 77 ans
04/01/2022 À 08:07