Reuters

Bolt:"Je ne changerai pas"

Bolt: "Je ne changerai pas"
Par Eurosport

Le 05/09/2009 à 10:30Mis à jour

Le Jamaïcain Usain Bolt qui, comme à son habitude, a fait le spectacle avant et après sa victoire sur 200 m (19"57) vendredi à Bruxelles a affirmé qu'il n'avait "nullement l'intention de changer cet aspect de (sa) personnalité". Ce que veut le Caribéen ? Devenir une légende.

USAIN BOLT, 19"57 dans le froid (15 degrés): vous attendiez-vous à signer le 4e chrono de l'histoire ce vendredi ?

U.B. : "Je me sentais bien et je m'attendais à courir vite. J'avais été rassuré à l'entraînement par cette nouvelle piste (identique à celle de Pékin) qui est vraiment très rapide. J'ai simplement été un peu "refroidi" par la météo. Et dans les 30 derniers mètres, j'ai vraiment senti la fatigue. Mais je suis évidemment très satisfait de mon temps."

Quel rôle joue le public dans vos performances ?

U.B. : "Un rôle énorme. Ce (vendredi) soir, le public belge a vraiment été fabuleux. Et je pèse mes mots... Ils m'ont donné tellement d'énergie, notamment en déployant tous ces drapeaux jamaïcains. Quel frisson. C'est pour eux que j'aime faire le spectacle. C'est ma personnalité. Je ne la changerai pas."

Ne redoutez-vous pas de déranger les autres athlètes, de les frustrer avec cette forme d'arrogance ?

U.B. : (Il s'adresse au journaliste qui a posé la question) Mais pourquoi êtes-vous si agressif en posant cette question ? (Puis à la salle) J'ai toujours été comme cela. Personne ne s'est jamais plaint. J'aime chauffer le public. Les spectateurs viennent pour cela aussi."

Que ressentez-vous en courant ?

U.B. : "Je n'éprouve pas de sensation particulière. Je tente simplement de rester concentré sur ce que je fais. Sur mes gestes, ma technique. Quand je suis dans ma course, je n'ai pas d'autres pensées."

Vous avez tout gagné (JO, Mondiaux) sur 100 et 200 mètres. Que pouvez-vous vous fixer comme nouveaux objectifs ?

U.B. : "Je veux devenir une légende (il éclate de rire). Donc je dois continuer à gagner beaucoup de courses. Durer au plus haut niveau."

Ne devriez-vous pas monter sur 400 mètres pour devenir une légende ?

U.B. : "Non. Je n'ai pas besoin de cela même si Michaël Johnson était mon exemple. Continuer à gagner sur 100 et 200, c'est très bien aussi."

Et que pensez de cette idée de vous faire courir un 700 mètres contre Kenenisa Bekele, le roi des courses de fond ?

U.B. : "700 mètres, c'est trop long pour moi. 600 peut-être" (il rit).

Votre saison est longue. A quoi aspirez-vous encore ?

U.B. : "J'aimerais évidemment retrouver la Jamaïque. Mais j'ai encore quelques objectifs sportifs. C'est une longue et belle saison, un peu folle aussi. A cet égard, 2010, sans JO, sans Mondiaux, cela va me faire un bien fou. Mon corps a vraiment besoin que je ralentisse un peu le rythme."

Reuters

0
0