AFP

Une Dibaba record, un Gatlin en 9''78 et un Lavillenie solide : les stars ont brillé à Monaco

Une Dibaba record, un Gatlin en 9''78 et un Lavillenie solide : les stars ont brillé à Monaco
Par AFP

Le 17/07/2015 à 22:05Mis à jour Le 17/07/2015 à 23:23

MEETING HERCULIS - Genzebe Dibaba a établi le nouveau record du monde du 1500 m en 3'50''07, à Monaco pour la 10e étape de la Ligue de diamant. Mais l'Ethiopienne n'a pas été la seule à briller. Si Justin Gatlin est encore descendu en dessous des 9"80 (9"78), Asbel Kiprop a signé la 5e performance de tous les temps sur 1500 m. Renaud Lavillenie a remporté le concours de saut à la perche (5m92).

Record du monde du 1500 m en poche grâce à une course impressionnante vendredi à Monaco, l'Ethiopienne Genzebe Dibaba fait à nouveau briller ce nom légendaire de l'athlétisme mondial, sur les traces de sa grande soeur Tirunesh. En 3'50''7, l'athlète de 24 ans a illuminé le Stade Louis II, qui retrouvait la joie d'un record du monde pour la première fois depuis 2008 et Isinbayeva à la perche féminine.

Surtout, elle efface des tablettes un record de triste mémoire: celui établi par la Chinoise Qu Yunxia (3'50''46), le 11 septembre 1993, qui n'était que le produit de la sombre armée de Ma Junren, technicien dont les décoctions à base de sang de tortues ont laissé pantois l'athlétisme. Ce qui signifie de facto que les suspicions autour de Dibaba peuvent débuter... "Je suis très heureuse de ce record. Mais je ne pense pas aux autres et dans les conditions dans lesquelles elles ont travaillé. Moi je travaille dur et je cours pour ça", a calmement répondu Dibaba, déjà interrogée sur le sujet.

Dans le sillage de Tirunesh

Le 8 juillet, à Barcelone, Genzebe Dibaba avait déjà annoncé sa grande forme en signant 3'54''11, le meilleur chrono mondial depuis 1997. La cadette avait déjà creusé son propre sillon dans le sillage d'une saison 2014 remarquable. La native de Bekoji, la ville également de Kenenisa Bekele, probablement le plus grand fondeur de l'histoire, s'était appropriée les records du monde en salle du 1500 m (le 1er février en 3'55''17) et du 3000 m (le 8 février en 8'16''60). Cette année, elle s'est emparée de la meilleure marque mondiale sur 5000 m, toujours en salle (le 19 février en 14'18''86).

Son coup de force, vendredi à Monaco, sur le 1500 m, n'est donc que l'avènement écrit d'une athlète qui, à 24 ans, grandit encore à chaque sortie. Par deux fois à Oslo puis Paris, elle avait failli effacer des tablettes son aînée Tirunesh, détentrice du record du monde du 5000 m. Sans succès. Mais bon sang ne saurait mentir et incontestablement, d'une Dibaba à l'autre, le talent continue de courir dans leurs veines.

La course à pied est une histoire de famille chez les Dibaba. L'aînée Eyegayehu avait récolté une médaille olympique et deux podiums aux Mondiaux sur piste. Et Tirunesh, également irrésistible en cross, a glané huit médailles d'or sur 5000 et 10.000 m entre jeux Olympiques (trois) et Mondiaux (cinq). Toutes ont grandi à bonne école. La cousine Derartu Tulu fut la première athlète africaine noire à remporter le titre olympique, en l'occurrence le 10.000 m aux JO de Barcelone, en 1992, qu'elle avait bissé huit ans plus tard à Sydney. Désormais, c'est Genzebe la grande, et Pékin promet d'être son chef d'oeuvre à l'occasion des Mondiaux (22-30 août).

Kiprop sur le podium de l'histoire

Elu meilleur meeting de l'année 2014 au regard des performances réussies, le meeting de Monaco a de nouveau émerveillé en 2015. Deux autres records du monde historiques de l'athlétisme ont en effet tremblé dans la Principauté, sur le 1500 m et le poids messieurs. L'autre performance du soir a été signé par le Kényan Asbel Kiprop, également sur le 1500 m donc, en 3 min 26 sec 69, 5e performance de tous les temps. Kiprop, 26 ans, a été champion olympique de la discipline en 2008 à Pékin. Ça tombe bien, le Kényan sera de retour au Nid d'Oiseau chinois pour les Mondiaux le mois prochain.

Le natif d'Eldoret, l'eldorado du fond et demi-fond kényan, a dominé une course hallucinante où, sur les 14 concurrents au départ, 11 ont battu leur record personnel. "Je suis très fier d'être sur le podium de l'histoire, avec El Gerrouj et Lagat", a confié Kiprop. Au poids, l'Américain Joe Kovacs a fait sauter le casino avec 22,56 m, meilleur lancer depuis 12 ans.

Renaud Lavillenie a lui remporté le concours de saut à la perche avec une barre à 5,92 mètres franchie au premier essai. Lavillenie n'a finalement eu besoin que de deux essais pour s'imposer et conforter sa place en tête du circuit majeur des meetings. Une première barre à 5,82 m, pour une entrée en concours impressionnante, puis une autre pour rester seul en course, et la victoire était acquise. Le recordman du monde a ensuite tenté et échoué de très peu à 6,02 m, par trois fois, pour ce qui aurait été son 11e concours au-dessus des 6 m de sa carrière.

A l'origine, le 100 m devait être le feu d'artifice de la soirée. L'Américain Gatlin, ancien dopé suspendu 4 ans, a de nouveau massacré la concurrence en 9''78, devant Tyson Gay 9''97, également pris par la patrouille il y a deux ans. D'où ces tweets incendiaires du Français Yohann Diniz, recordman du monde du 50 km marche: "#DiamondLeague, ce soir on assiste aux cirques de Monaco pour sa majesté! Beaucoup de doutes, du ménage SVP!".

0
0