Eurosport

Sur 3000m steeple, Beatrice Chepkoech stupéfie Monaco en battant le record du monde

Chepkoech stupéfie Monaco
Par AFP

Le 20/07/2018 à 22:51Mis à jour Le 21/07/2018 à 10:23

LIGUE DE DIAMANT - Le meeting de Monaco a été marqué par la performance grandiose de Beatrice Chepkoech, qui a eclipsé les nombreux autres exploits. La Kényane a pulvérisé le record du monde du 3000m steeple. Côté Français, Ninon Guillon-Romarin s'est offert un nouveau record national à la perche. Pierre-Ambroise Bosse s'est contenté de la 6e place sur 800m.

Le chrono est insensé, mais la performance est bien réelle. La Kényane Beatrice Chepkoech a stupéfait la planète athlétisme en pulvérisant le record du monde du 3000 m steeple, vendredi lors du meeting Ligue de diamant de Monaco.

Le stade Louis-II s'est totalement figé une fois la ligne franchie par l'athlète de 27 ans mais ce n'était pas un mirage, le tableau d'affichage a bien indiqué le temps hallucinant de 8'44"32. Un exploit irréel pour la Kényane, qui a ainsi amélioré sa marque personnelle de près de 15 secondes...

Chepkoech est entrée dans la légende de l'athlétisme dans la touffeur du Rocher mais ce record va forcément faire parler et pose question. Quelques heures plus tôt, l'Unité d'intégrité dans l'athlétisme (AIU) révélait en effet que celle qui était jusque-là en tête du bilan de tous les temps, la Bahreïnie Ruth Jebet (8'52"78 depuis le 27 août 2016 à Paris), était suspendue provisoirement après la découverte d'EPO dans ses urines. De quoi jeter le trouble.

Avant cette entrée en trombe dans l'histoire de sa discipline, Chepkoech était plus connue pour ses différentes mésaventures sur la piste. Au pied du podium aux Jeux de Rio en 2016, la Kényane avait de nouveau échoué en 2017 aux Mondiaux en raison d'une erreur rocambolesque de parcours. En tête du peloton de la finale après quelques 500 mètres, elle avait continué sur l'extérieur de la piste dans le dernier virage, "oubliant" la rivière placée à l'intérieur. Toutes ses avanies ont été effacées d'un trait vendredi à Monaco.

"C'est un sentiment incroyable"

"Je voulais battre ce record du monde, c'était mon plan depuis le début de la saison, a expliqué l'héroïne de la soirée. Je savais que ma meilleure chance serait à Monaco en raison de la météo et du public. Et le plan a marché. C'est un sentiment incroyable de ramener le record du monde du 3000 m steeple au Kenya et j'en suis très fière, surtout après six ans de carrière et trois ans sur le steeple."

La fusée Chepkoech a fatalement éclipsé les nombreuses autres grosses performances réussies à Monaco, qui restera sans doute comme la réunion la plus prolifique de ces dernières années.

Sur 200 m, le phénomène américain Noah Lyles (21 ans) a confirmé tout son potentiel et frappé fort en réussissant le meilleur temps de 2018 (19"65), tout comme la Bahaménne Shauna Miller-Uibo sur 400 m (48"97), le Kényan Timothy Cheruiyot sur 1500 m (3'28"41), le Marocain Soufiane El Bakkali sur 3000 m steeple (7'58"15), le Russe Danil Lysenko à la hauteur (2,40 m à égalité avec Mutaz Essa Barshim) et le Botswanien Nijel Amos sur 800 m (1'42"14).

Record de France pour Guillon-Romarin

Le meeting monégasque était l'occasion pour le champion du monde français Pierre-Ambroise Bosse d'effectuer sa dernière course avant les Championnats d'Europe (6-12 août à Berlin). "PAB", 6e en 1 min 44 sec 20, n'avait pas encore été aussi rapide cette année, ce qui a eu le don de le rassurer, même s'il ne se voit qu'en "outsider" en Allemagne après la belle prestation de l'Espagnol Saul Ordonez (3e en 1'43"65).

"Cela faisait longtemps que je n'avais pas fait une course en 1'42, peut-être même jamais, a déclaré le Français. Cela fait du bien de revenir au plus haut niveau et de faire partie du paquet de tête. J'aurais bien aimé faire 1'43 mais je l'ai laissé à Ordonez qui va arriver avec le statut de favori à Berlin."

Il faudra aussi compter aux Europe avec Ninon Guillon-Romarin, qui n'en finit pas de progresser. La perchiste de Cergy-Pontoise (23 ans) a battu pour la 3e fois de l'année le record de France (4,75 m) et peut nourrir de sérieux espoirs de médaille.

Il n'y a pas eu d'étincelles sur 110 m haies avec le succès sans surprise de l'intouchable Russe Sergey Shubenkov (13"07) mais le Français Pascal Martinot-Lagarde, 3e, y a amélioré son chrono de 2018 (13"20). Là aussi une bonne nouvelle dans l'optique de l'Euro.

0
0