Usain, réalisez-vous la portée de votre exploit ?
Usain Bolt. C'est dingue ! Je dédie ce titre à tout mon pays car c'est la première fois qu'un Jamaïcain ramène le titre olympique du 100 m à la maison.
Pourquoi vous êtes-vous relevé alors que vous auriez pu établir un record du monde plus stratosphérique encore ?
Pékin 2008
Powell déchante encore
16/08/2008 À 18:45
U.B. Je ne me suis pas soucié du record du monde. Comme il était déjà en ma possession, je n'y pensais pas. Asafa (Powell) m'avait lui aussi dit que je n'avais pas à me mettre la pression par rapport au temps car j'étais déjà détenteur du record du monde. Mon but était simplement de venir ici et d'être sacré champion olympique. Je l'ai fait et ça suffit à mon bonheur.
Si vous ne vous étiez pas relevé, quel temps auriez-vous pu réaliser ?
U.B. Je ne peux vraiment pas le dire. Certains disent que j'aurais pu courir en 9''60 (Burns, 7e de cette finale, a affirmé que Bolt aurait pu courir en 9''55). Comme je n'ai pas fait ce chrono, je préfère ne pas faire de pronostiques.
Et quelles sont vos limites ?
U.B. Je ne les connais pas.
Pensez-vous que votre émergence cette saison a fini par ruiner le moral d'Asafa Powell qui n'a été que l'ombre de lui-même en finale (seulement 5e en 9'95) ?
U.B. Je ne peux pas répondre à sa place. Je connais Asafa le sportif et Asafa l'ami. Il a connu une saison difficile avec plusieurs blessures. Je suis convaincu qu'il sera de retour l'an prochain, comme Tyson Gay. Je suis d'ailleurs impatient à l'idée de les rencontrer. Mais vous savez, quand je m'aligne sur une course, j'essaye de donner le meilleur de moi-même. Après, qu'importe l'identité de mes adversaires. Je veux juste gagner.
Et Tyson Gay, avez-vous regretté son absence au cours de cette finale ?
U.B. Je m'attendais à le rencontrer. Toute la saison, j'ai fait en sorte d'être le meilleur car si tu veux être le meilleur, tu te dois d'être le meilleur. Tout le temps. Je voulais vraiment l'affronter. Ca n'a pas été possible. J'espère que ça pourra se faire la saison prochaine.
Comment avez-vous préparé cette journée si particulière ?
U.B. Je me suis levé vers 11 heures. Je n'ai pas pris de petit déjeuner, car je n'en prends jamais. Je suis resté tranquille, j'ai regardé la télé. Ensuite, je suis allé manger quelques nuggets ! Je suis retourné dans ma chambre, et j'ai de nouveau dormi trois heures ! Puis, quand je me suis réveillé, j'ai repris des nuggets ! Et je suis parti au stade préparer mes courses.
Comment faites-vous pour être tellement décontracté avant une course comme cette finale olympique ?
U.B. Je ne sais pas. J'écoute beaucoup mon coach. Je m'entraîne dur. Je soigne mes départs, j'essaye de bien me relever et de réaliser des courses correctes. Mais avant et après, je me lâche. Juste pour le fun. Ca, c'est tout moi ! J'aime prendre du plaisir. C'est un moyen de rester relax et de ne pas me prendre la tête avant mes courses. Vous savez, il m'arrive aussi de danser parfois avant le départ bien que mon coach n'aime pas que j'écoute de la musique. Mais dès que je me place dans les starting-blocks, je suis complètement focalisé sur ma course.
Peut-on s'attendre de votre part à un nouveau record du monde du 200 m (19''32, détenu par Michael Johnson depuis 1996) ?
U.B. Je vous l'ai déjà dit : je ne me soucie pas des records du monde. Mon but est juste de gagner. C'est mon seul objectif. Je ne veux pas perdre de temps à penser au chronomètre. En tout cas, j'ai travaillé dur pour doubler le 100 et le 200 m. Alors, allons-y !
Comment allez-vous fêter ce titre ?
U.B. Peut-être par un barbecue ! La bouffe, ce n'est vraiment pas un problème pour moi (il a dévoré plusieurs barres de céréales tout au long de l'interview).
Pékin 2008
Bolt est un titan !
16/08/2008 À 17:00
Pékin 2008
Gay a manqué à l'appel
16/08/2008 À 08:58