Après les JO de Tokyo, certains sportifs français avaient répondu à Jean-Michel Blanquer après son tweet sur le rôle clé de l'école dans les médailles tricolores remportées en sports collectifs. Ce mardi dans Le Figaro, le vice-champion olympique de décathlon à Tokyo, Kevin Mayer, s'est exprimé sur la place du sport dans le système éducatif français... et n'a pas fait le voyage pour rien. "En France, c’est limite dégradant d’être fort en sport", a d'abord lâché l'athlète de 29 ans.

Mayer : "Cette médaille d’argent a vraiment un goût d’or"

"Tout ce qui est fait en France pour encourager les gens à faire du sport l’est pour la santé, ce qui est très bien, mais rien ne nous encourage à nous mettre en avant par le sport", a-t-il ajouté, avant de réagir aux propos d'Emmanuel Macron qui avait déclaré, il y a une semaine lors de la réception des médaillés de Tokyo à l'Elysée, que "l'école ne forme pas des champions mais peut faire naître des vocations".
Athlétisme
Le marathon de Pékin reporté sine die
IL Y A UN JOUR
A l’école, tout est fait pour faire comprendre aux enfants qu’il vaut mieux avoir une bonne note en mathématiques qu’en sport
"A l’école, tout est fait pour faire comprendre aux enfants qu’il vaut mieux avoir une bonne note en mathématiques qu’en sport. Et encore, quand on est nul en sport, on obtient quand même des notes correctes alors qu’en maths, les professeurs n’hésitent pas à mettre des 2 ou des 3 sur 20. En sport, pour avoir 2 sur 20, il faut courir le 100m en dix minutes. A l’école, la culture de la gagne en sport est tout simplement inexistante. L’opinion publique critique certains sportifs français qui ne donnent pas tout aux Jeux, mais on ne leur a jamais appris à le faire. Le problème est dans l’éducation sportive. Il faut faire comprendre aux enfants qu’ils peuvent exister par le sport", a-t-il expliqué, sans langue de bois.

Maracineanu a répondu à Mayer

Des propos qui ont fait réagir Roxana Maracineanu ce mardi sur BFM TV. "Ça fait un an que nous échangeons avec Kevin Mayer sur ces sujets puisque nous l’avons associé au comité de pilotage du sport à l’école qu’on a lancé avec Jean-Michel Blanquer... Beaucoup de choses ont changé. Nous avons un ministre de l’éducation nationale avec qui j’ai décidé de faire équipe il y a un an pour changer la place du sport à l’école et la renforcer dès le plus jeune âge. On ne peut pas donner à l’école le rôle qu’a un club qui dirige les jeunes vers la haute performance. On doit travailler beaucoup plus main dans la main", a-t-elle conclu.
Athlétisme
Gidey pulvérise le record du monde du semi-marathon
HIER À 12:17
Athlétisme
Nouveau record d'Europe pour Bashir Abdi à Rotterdam
HIER À 12:12