Ce jeudi, le Tribunal arbitral du sport (TAS) a confirmé la suspension pour quatre ans d'Alberto Salazar, accusé notamment de trafic de testostérone, ainsi que de l'endocrinologue Jeffrey Brown. L'ancien entraîneur du quadruple champion olympique britannique Mo Farah avait été sanctionné en octobre 2019, un énorme scandale qui avait entraîné la fermeture de l'Oregon Project, un groupe d'entraînement de très haut niveau créé en 2001 dans le nord-ouest des Etats-Unis et financé par Nike.
Salazar, 63 ans, était accusé de trafic de testostérone, d'avoir injecté à ses athlètes de l'acide aminé L-carnitine au-delà des doses autorisées, et d'avoir tenté de s'opposer à la collecte d'informations par l'Agence américaine antidopage Usada. Le technicien avait contesté ces charges et réclamé au TAS l'annulation de sa suspension, tout comme le Dr Brown, tandis qu'Usada avait demandé une mise à l'écart encore plus longue.
Disproportionnée
Athlétisme
Le marathon de Pékin reporté sine die
HIER À 05:20
La juridiction sportive basée à Lausanne a rejeté les deux demandes, estimant que compte tenu des infractions établies par l'enquête, les sanctions étaient conformes au Code mondial antidopage. Néanmoins, le panel arbitral a critiqué "la manière dont l'affaire a été menée par Usada", de la durée des audiences aux charges soulevées puis abandonnées, la jugeant "disproportionnée" par rapport à "la gravité et aux conséquences" des entorses à la législation antidopage.
Aucune des infractions reprochées aux deux hommes "n'a directement affecté la compétition sportive", et "aucune preuve n'a été présentée au TAS d'un quelconque effet sur les athlètes concourant à haut niveau au sein du Nike Oregon Project", affirme la juridiction dans un communiqué.
Athlétisme
Gidey pulvérise le record du monde du semi-marathon
HIER À 12:17
Athlétisme
Nouveau record d'Europe pour Bashir Abdi à Rotterdam
HIER À 12:12