Les perchistes suédois Armand "Mondo" Duplantis (6,06 m), proche du record du monde, et russe Anzhelika Sidorova (5,01 m) ont trôné sur un gigantesque festival d'athlétisme lors des finales de la Ligue de diamant de Zurich jeudi. Des drôles de boudins blancs sont dépêchés sur la pelouse du magnifique stade du Letzigrund, arrachant un sourire au Suédois sur le point de s'élancer pour son saut vainqueur à 6,06 m. Au milieu de ces nuages factices, Armand Duplantis avait les plus de 20.000 spectateurs pour lui tout seul en clôture du meeting, point d'orgue du circuit majeur des compétitions d'athlétisme.

Record du monde à la perche effleuré : Armand Duplantis manque d'un rien les 6,19m

Dans le vacarme, il a échoué de peu à passer 6,19 m pour battre son propre record du monde (6,18 m en 2020). Ce prodige de la perche, âgé de seulement 21 ans, a tout de même montré pourquoi il avait écrasé la saison avec 10 victoires (2 défaites), huit concours à plus de 6 mètres et un premier titre olympique acquis à Tokyo il y a un peu plus d'un mois. Ses adversaires ont été solides (Sam Kendricks et Timur Morgunov ont passé 5,93 m), mais un ton en dessous du nouveau roi de la perche, appelé à régner de longues années.
Athlétisme
Deux fusées à Nairobi : Bromell s'impose en 9"76, Omanyala 2e en 9"77
18/09/2021 À 17:17
Au coeur d'une orgie d'athlétisme (25 épreuves en un peu moins de quatre heures), et dans une ambiance irréelle par rapport au huis clos de Tokyo un mois plus tôt, la perche féminine avait commencé un peu plus tôt à faire des étincelles. La Russe Anzhelika Sidorova est devenue la 4e perchiste à faire mieux que la hauteur symbolique des 5 m en franchissant 5,01 m.
C'est fou
Avant elle, seules sa compatriote Yelena Isinbayeva (record du monde à 5,06 m en 2009) et les Américaines Sandi Morris (5 m en 2016) et Jennifer Suhr (5,03 m en salle en 2016) avaient déjà dépassé 5 m. "Je ne peux pas y croire, c'est fou ! Je ne peux pas l'expliquer parce que quand j'étais à l'échauffement, je ne me sentais pas si bien. J'ai une bonne forme aujourd'hui, parce que je me sentais fatiguée, c'était dur. Je ne sais pas ce qui s'est passé! Je pense que c'est le public, il est formidable", a-t-elle apprécié.
Sur la ligne droite, la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah a continué de banaliser l'exceptionnel avec un quatrième chrono sous les 10"70 cet été, un exploit jamais réalisé, après avoir couru en 10"61 à Tokyo aux JO, 10"54 à Eugene (2e performance de l'histoire) le 21 août et 10"64 à Lausanne le 26 août. En 10"65 (+0,6 m/s de vent), 10e meilleur temps de l'histoire, la double championne olympique en titre du 100 m a largement devancé jeudi la Britannique Dina Asher-Smith (10"87), en l'absence de sa grande rivale Shelly-Ann Fraser-Pryce.
Seul le record du monde de la sulfureuse américaine Florence Griffith-Joyner (10"49 en 1988) lui résiste encore. Au triple saut la championne olympique vénézuélienne Yulimar Rojas l'a logiquement emporté avec un essai à 15,48 m, proche de son record du monde établi à Tokyo (15,67 m). Pour le premier regroupement des finales de Ligue de diamant sur un seul meeting, les organisateurs de Zurich ont assuré le show final avec un long tour d'honneur des vainqueurs puis un spectacle-concert-feu d'artifice avec notamment un étonnant morceau de rap en suisse-allemand.

Mboma toujours plus

De son côté, Namibienne Christine Mboma, spécialiste du 400 m passée au 200 m en raison du règlement sur les athlètes hyperandrogènes, a signé le meilleur chrono de sa carrière sur le demi-tour de piste en 21"78. Mboma (18 ans) détenait le record d'Afrique depuis la finale des Jeux Olympiques de Tokyo où elle a décroché la médaille d'argent en 21"81. Elle a devancé la Jamaïcaine Shericka Jackson (21"81), 3e du 100 m des JO, et la Britannique Dina Asher-Smith, championne du monde en 2019 (22"19).

Christine Mboma

Crédit: Getty Images

Complète inconnue avant le début de saison, Mboma a explosé au plus haut niveau cette année. Elle est d'abord devenue fin juin la 7e meilleure performeuse de tous les temps sur 400 m. Mais son comité olympique a annoncé quelques jours plus tard qu'elle ne pourrait pas s'aligner sur la distance aux JO, étant concernée par le règlement sur l'hyperandrogénie qui empêche depuis 2019 les athlètes présentant des "différences du développement sexuel" (DSD) et un taux de testostérone élevé à courir à l'international du 400 m au mile sauf à prendre un traitement.
Elle s'est alors reconvertie au 200 m, distance sur laquelle elle enchaîne les chronos de très haut niveau. Elle a ainsi abaissé son record personnel sur le demi-tour de piste de près d'une seconde depuis le mois de mai. Chez les hommes, l'Américain Kenny Bednarek l'a emporté en 19"70 devant le champion olympique Andre De Grasse (19"72) et l'Américain Fred Kerley (19"83), 2e du 100 m aux JO.
Athlétisme
9"76 : Bromell sixième homme le plus rapide de l'histoire sur 100m
18/09/2021 À 16:29
Athlétisme
Le marathon de Tokyo reporté en mars 2022 en raison de la pandémie
17/09/2021 À 13:01