Kenenisa Bekele a perdu son pari. L'Ethiopien, qui avait annoncé à 39 ans son intention de s'attaquer au record du monde d'Eliud Kipchoge (2h 01'39"), absent cette année, a été battu dimanche lors du marathon Berlin. Dans la capitale allemande, deux autres athlètes l'ont devancé : son compatriote Guye Adola l'a emporté en 2h05'45'' et le surprenant Kenyan Bethwel Yegon a fini deuxième devant Bekele.
Dans des conditions météo parfaites, le premier semi-marathon des messieurs a été couru sur des bases très élevées. Mais aucun coureur n'a pu tenir le rythme dans les 20 derniers kilomètres. "La course est partie très vite, on était au semi en soixante minutes (1h00'48", NDLR), et ensuite c'était très difficile de tenir ce rythme", a expliqué Adola, 30 ans, à l'arrivée, "mais je pensais avant la course que je pouvais battre Kenenisa".

Kenenisa Bekele battu et finalement 3e du marathon de Berlin en 2021

Crédit: Getty Images

Athlétisme
Le sprinteur Álex Quinonez retrouvé assassiné
IL Y A 4 HEURES

Un train d'enfer jusqu'au 25e kilomètre finalement intenable

Sur ce parcours ultra-rapide de la capitale allemande, où le record du monde a déjà été battu sept fois au XXIe siècle, Bekele, qui avait renoncé in extremis à s'aligner à Londres il y a un an et n'était pas aux Jeux de Tokyo, avait demandé à ses lièvres de mener un train d'enfer dès le départ. Il avait emporté l'épreuve en 2019, échouant à deux secondes du record établi au même endroit l'année précédente par Kipchoge.
Jusqu'au 25e kilomètre environ, un petit groupe de quatre hommes a couru avec plusieurs secondes d'avance sur les temps de passage de Kipchoge lors de son record en 2018. Mais le tempo s'est effondré lorsque le dernier lièvre a quitté la course, au point de permettre le retour de Yegon, passé au semi avec 1'26" de retard, finalement deuxième, mais qui a un instant flirté avec la première place à quelques kilomètres de l'arrivée.

Le podium du marathon messieurs de Berlin 2021

Crédit: Getty Images

Bekele a manqué d'entraînement à cause de la pandémie

Bekele, qui a compris dès le km 27 qu'il ne pourrait pas s'approcher du record, a tenté de mener une course tactique pour la victoire, mais Adola était le plus fort ce dimanche. "Le grand problème pour moi a été le manque d'entraînement à cause de la pandémie", a avoué l'Ethiopien, qui avait pourtant assuré vendredi qu'il était "bien préparé" pour s'attaquer au record du monde.
"Je voulais bien faire mais c'était juste impossible. Ca ne veut pas dire que ma carrière est terminée", a cependant ajouté l'ancien roi de la piste, âgé de 39 ans et passé sur le tard au marathon, qui compte bien courir encore "plusieurs années" en quête d'un record du monde. Pour Adola, Berlin restait un bon souvenir. Il y avait brillé en 2017, réussissant cette année-là une entrée fracassante sur la grande scène du marathon mondial. Ce spécialiste du semi-marathon (meilleur temps 59'06"), quasi-inconnu du grand public à l'époque, découvrait alors en compétition les 42,195 km, et avait menacé à la surprise générale le grand Eliud Kipchoge, qu'il devançait encore de quelques foulées au 40e kilomètre.
Adola avait finalement terminé en 2h03'46'', soit la meilleure performance de l'histoire pour un débutant sur la distance. Ce temps est resté depuis son record personnel. L'athlète, qui s'entraîne depuis 2014 à Addis Abeba dans le groupe du manager italien Gianni Demadonna, avait encore couru 2h04'42" à Valence-2019, après une performance médiocre à Londres. Berlin était cette année le quatrième marathon de sa carrière.
Chez les dames, c'est l'Éthiopienne Gotytom Gebreslase qui a remporté le marathon de Berlin, offrant un doublé à son pays. Gebreslase a terminé en 2h 20 minutes et 09 secondes, devançant deux autres Ethiopiennes, Hiwot Gebrekidan (2h 21:23) et Helen Tola (2h 23:05).
Marathon de Paris
Rotich efface Bekele, Memuye aussi à la fête
17/10/2021 À 09:22
Athlétisme
Agnes Tirop poignardée : son mari, principal suspect du meurtre, interrogé par la police
15/10/2021 À 17:03