Getty Images

Martinot-Lagarde et les Bleus tombent de haut

Martinot-Lagarde et les Bleus tombent de haut
Par AFP

Le 11/05/2019 à 16:35Mis à jour Le 11/05/2019 à 16:38

MONDIAUX DE RELAIS - Grande nouveauté et grosse déception: malgré la présence de Pascal Martinot-Lagarde, l'équipe de France a échoué samedi en séries du relais haies mixte, épreuve qui effectuait ses débuts au programme des Mondiaux de relais à Yokohama.

Et dire que Pascal Martinot-Lagarde se faisait une joie de découvrir le relais haies mixte ! Le champion d'Europe du 110 m haies s'attendait à vivre "une grande fête et un grand spectacle". Il a finalement assisté à l'élimination des Bleus dès leur première apparition dans la compétition.

Est-ce l'ambiance qui a refroidi l'ardeur des Tricolores? Devant des tribunes quasi vides, avec à peine 15.000 spectateurs environ dans un stade pouvant en contenir 75.000, le festival espéré n'a pas eu lieu et le quatuor bleu (Sacha Alessandrini, Wilhem Belocian, Laura Valette, Pascal Martinot-Lagarde) n'a fini que 2e de sa série dans un chrono insuffisant (56 sec 56) alors que seule la première nation de chacune des deux courses ainsi que les deux meilleurs temps pouvaient se qualifier pour la finale remportée par les Etats-Unis (54 sec 96). Les Français étaient tellement sûrs de leur potentiel, ou peut-être pas vraiment au courant du règlement de cette épreuve inédite, qu'ils n'ont pas réalisé tout de suite qu'ils étaient éliminés. C'est une fois sortis de la piste qu'ils ont compris leur défaite.

" On a tous kiffé"

"C'est super fun, super cool", a ainsi lâché Martinot-Lagarde alors que Wilhem Belocian promettait de "lâcher les chevaux" en finale et de "kiffer encore plus pour ramener la médaille à la maison" avant de se rendre compte de la contre-performance collective. Au-delà du résultat, l'attrait de la nouveauté l'a tout de même emporté à l'issue de cette course, lancée pour la première fois comme le 2x2x400 m mixte également gagnée par les Américains (3 min 36 sec 9).

Le principe? La première athlète s'élance pour un 100 m haies dans la ligne droite d'arrivée auquel sont ajoutés 10 m avant de passer le relais au premier coureur qui effectue un 110 m haies dans le sens opposé et le couloir d'à côté, et ainsi de suite. "Il faut rester focus sur son couloir parce qu'il y a beaucoup d'informations extérieures qui peuvent nous perturber, a déclaré Belocian. C'est une bonne gestion de course. De voir les haies à l'opposé, c'est plein de trucs à gérer, mais on a tous kiffé."

Scénario rocambolesque

"Quand tu prends le départ avec un starter, tu as le temps de te mettre dedans, de te concentrer, a expliqué de son côté Martinot-Lagarde, dernier partant côté français. Alors que quand tu es un relayeur sur les trois derniers parcours, tu ne pars pas avec un coup de feu. Tu as dix secondes pour mettre tes blocks, aller dans les starts et dix secondes après tu es en position prêt. Tu n'as pas l'impression de te concentrer comme d'habitude." Visuellement, cette nouvelle épreuve avait aussi un côté étrange, renforcé par le scénario rocambolesque de la finale. Alors que chaque course devait théoriquement compter quatre nations participantes, les Etats-Unis ont disputé la finale face aux seuls Japonais. La Jamaïque a en effet déclaré forfait après les séries en raison de la blessure d'un de ses relayeurs puis c'est l'Australie qui a été disqualifiée pour un faux-départ.

A l'heure du bilan, cette première journée laissera un goût amer aux Bleus. Parmi les cinq autres relais engagés samedi (4x100 hommes et dames, 4x400 m hommes et dames, 4x400 m mixte), seuls le 4x100 m masculin et le 4x400 m féminin, grâce à la disqualification de l'Ukraine, se sont hissés en finales, prévues dimanche. Les sprinteurs décrochent du même coup leurs tickets pour les Mondiaux de Doha (27 septembre-6 octobre), tout comme le 4x400 m mixte, qui a pourtant raté le coche de la finale au Japon. "Il manque quelque chose, il n'y a pas eu de feu d'artifice mais la journée n'a pas été si difficile", a réagi le Directeur technique national de l'athlétisme français Patrice Gergès. Il a en revanche regretté le loupé du 4x100 m dames, qui a lâché un bâton en séries et s'est compliqué la tâche en vue des Championnats du monde de Doha.

0
0