Imago

Les Bleus pas vernis

Les Bleus pas vernis
Par Eurosport

Le 09/03/2008 à 11:00Mis à jour

Jérôme Clavier (perche) et Eloyse Lesueur (longueur) ont échoué au pied du podium des Mondiaux en salle de Valence. Quant à Bouchra Ghezielle, elle a pris la 7e place de la finale du 1500m durant laquelle la Russe Yelena Soboleva a battu le record du mond

L'équipe de France, venue avec une équipe réduite et sans vedettes, est repartie des Mondiaux en salle de Valence avec le pire bilan de son histoire, malgré les 4e places dimanche d'Eloyse Lesueur et Jérôme Clavier, deux seuls finalistes de la délégation. Comme en 1989 à Budapest et en 2006 à Moscou, elle a réussi un zéro pointé, mais en Hongrie et en Russie, elle avait obtenu davantage de places de finalistes (dans les six premiers en salle), respectivement 5 et 6. Loin devant, les Etats-Unis ont repris à la Russie la 1re place au tableau des médailles (13, dont 5 en or, 5 en argent et 3 en bronze) pour une breloque en argent, malgré la belle dernière journée des athlètes du géant de l'Est.

Olesya Zykina (400 m féminin), Evgeniy Lukyanenko (perche masculine), le relais 4x400 m féminin et surtout Yelena Soboleva ont remporté quatre titres, cette dernière améliorant même au passage son record du monde du 1500 m (3:57.71). La Française Bouchra Ghezielle n'a pas pu suivre le rythme et a dû se contenter d'une 7e place, à un rang du statut de finaliste. Un peu à l'image des deux principales déceptions françaises: les éliminations dès les qualifications vendredi de Salim Sdiri (longueur) et Teresa Nzola Meso (triple saut) pour une poignée de centimètres. Le premier ne disputait toutefois que sa deuxième compétition, huit mois après avoir été grièvement blessé par un javelot à Rome.

"On fera le bilan après Pékin"

La seconde, elle, promettait beaucoup, après avoir battu son record de France en salle, le mois dernier à Athènes (14,53 m). Elle a eu le droit à un débriefing du directeur technique national, qui tentait dimanche soir de justifier ce bilan catastrophique, seulement rehaussé par les prometteuses quatrièmes places des jeunes Eloyse Lesueur, à la longueur (6,60 m) et Jérôme Clavier, à la perche (5,75 m). "Nous sommes arrivés avec une équipe expérimentale, une petite équipe (12 athlètes) composée de beaucoup de jeunes, donc on savait que ce serait compliqué, a souligné Franck Chevallier. On espérait quatre finalistes et parmi eux une ou deux médailles, on a deux quatrièmes places: on n'est pas si loin."

Sans ses ténors qui ont renoncé pour raisons physiques (Doucouré, Arron, Barber) ou simplement par choix stratégique (Mesnil, Baala, Tahri, Djhone, Raquil, Boslak), l'équipe de France n'avait pas les moyens de faire mieux. "On ne peut pas fixer comme objectif majeur les jeux Olympiques de Pékin et inciter les athlètes à faire de la salle, s'est défendu le DTN. On fera le bilan après Pékin." En vue des jeux Olympiques, organisés dans cinq mois, l'équipe de France pourra se consoler avec le zéro pointé de l'Allemagne, mais un autre ténor européen, la Grande-Bretagne, a tenu son rang. Elle finit 4e au tableau des médailles (5 dont 1 en or), grâce à la victoire au triple saut de Phillips Idowu, auteur de la 6e performance en salle de l'histoire (17,75 m). L'Ethiopie confirme, elle, son rôle de trouble-fête. Le succès sur 3000 m du petit frère de Kenenisa Bekele, Tariku Bekele, lui permet de grimper au 3e rang (6 médailles dont 3 en or), derrière les géants américain et russe.

0
0