On attendait la Polonaise Ewa Swoboda, arrivée en Serbie avec le temps le plus rapide de l'année (6"99), ou comme toujours les Américaines ou les bolides venus de la Jamaïque. Mais c'est Mujinga Kambundji qui a coiffé tout le monde sur la ligne d'arrivée du 60 m, ce vendredi soir, au prix d'un départ supersonique et un chrono sensationnel (6"96). Le deux représentantes US, Mikiah Brisco (2e en 6"99) et Marybeth Sant-Price (3e en 7"04), et Swoboda, plantée dans les starting blocks et seulement 4e (6"99), n'y ont vu que du feu.
L'exploit est immense de la part de Kambundji, jusque-là abonnée aux accessits (3e sur la distance aux Championnats du monde en salle en 2018 et médaillée de bronze sur 200 m aux Mondiaux de Doha en 2019): personne n'avait couru aussi vite depuis mars 1999. Celle qui est originaire du canton de Berne devient ainsi à 29 ans la quatrième performeuse de tous les temps à égalité avec la Jamaïcaine Merlene Ottey et la Grecque Ekaterini Thanou. Une consécration inattendue dont elle a eu du mal à prendre la mesure, quelques minutes après la course.
Mondiaux en salle
Ingebrigtsen testé positif au Covid après les Mondiaux en salle
21/03/2022 À 17:45
"Je n'étais pas sûre du tout d'avoir gagné, a-t-elle déclaré. J'ai vu que la caméra se concentrait sur moi, alors j'ai pensé que peut-être je l'avais emporté. Ensuite, j'étais vraiment heureuse de voir que j'avais gagné. Je savais que l'or se jouerait sous les 7 secondes mais je me sentais capable de battre mon record personnel. Je n'aime pas trop partir du couloir 8 mais je suis restée concentrée sur moi-même."

La déception Pontvianne

Il n'y aura en revanche pas de surprise à attendre du 400 m où on se dirige tout droit vers un duel de très haut niveau samedi entre la double championne olympique Shaunae Miller-Uibo et la prodige néerlandaise Femke Bol (22 ans), spécialiste du 400 m haies (en bronze aux JO de Tokyo en 2021, 3e performeuse de l'histoire et détentrice du record d'Europe en 52"03).
Si Miller-Uibo s'est baladée en séries et en demi-finales (51"38), la coureuse batave s'est fait une petite frayeur en chutant à l'arrivée de sa demi-finale, conclue à la 2e place (51"28) derrière la Jamaïcaine Stephenie Ann Mcpherson (51"26). La logique a été également respectée à la longueur, largement dominée par le vainqueur des JO, Miltiadis Tentoglu. Le Grec s'est imposé en réussissant le meilleur saut de l'année (8,55 m).
Mondiaux en salle
6,20 m ! L'extraterrestre Duplantis a encore frappé
20/03/2022 À 19:33