La France a bel et bien lancé ses Mondiaux. Un quart d'heure après l'argent de Quentin Bigot au marteau, Pascal Martinot-Lagarde est allé chercher le bronze au 110m haies ce mercredi. Une médaille décrochée en 13''18, au terme d'une course haletante qui a vu le favori Omar McLeod chuter à la dernière haie. Une mésaventure dont a profité le Français pour décrocher à, 28 ans, son tout premier podium aux Mondiaux en plein air. Le titre est revenu à l'Américain Grand Holloway (13''10), devant le Russe Sergey Shubenkov (13''15), qui court sous bannière neutre.
Il la tient. Quatrième aux Mondiaux de Pékin en 2015 puis aux JO de Rio en 2016, Martinot-Lagarde goûte enfin à sa première médaille sur la scène mondiale. Il ne se voyait pas rester une nouvelle fois au pied du podium. Mission accomplie. Pourtant, sur le papier, ce n'était vraiment pas gagné. Perturbé dans sa préparation par une blessure aux adducteurs puis un début de mononucléose, le Tricolore aux grands compas et à la longue chevelure ne débarquait pas à Doha avec les meilleurs références. Il n'avait pas couru sous les 13''24 jusque-là. Mais à qui voulait bien l'entendre, il clamait que tous les compteurs seraient remis à zéro au Qatar. Et qu'il fallait compter sur lui pour la boîte. Il avait raison.
Mondiaux
Deux médailles, six finalistes : cote d'alerte pour les Bleus à dix mois des Jeux
06/10/2019 À 23:58

Ses deux meilleurs chronos de la saison, coup sur coup

Poussif en séries lundi (13''45), il a su retrouver son meilleur niveau pile-poil quand il le fallait. On lui a longtemps reproché de ne pas savoir répondre présent le jour J. Il sait désormais y faire, comme il l'avait déjà montré l'an dernier, à Berlin, où il avait décroché son premier titre de champion d'Europe. En demies, Martinot-Lagarde a ainsi abaissé son meilleur temps de la saison de douze centièmes pour prendre la deuxième place de sa course (13''12) et un ticket direct pour la finale. De quoi marquer les esprits. Et se repositionner alors comme un prétendant crédible.
En finale, son départ a été moins réussi. Si bien qu'à mi-course, les carottes semblaient cuites. Mais un formidable retour, conjugué à la chute du Jamaïquain McLeod (meilleur temps des demies en 13''08) à la dernière haie, lui a ouvert la route du podium. C'était sa soirée. Enfin. Et ce n'est pas l'équipe de France, qui s'offre avec Bigot deux médailles coup sur coup après cinq premières soirées de disette, qui va s'en plaindre. Ce n'est que la deuxième médaille d'un Français sur un 110m haies des Mondiaux. Ladji Doucouré, sacré en 2005, était jusque-là seul dans son royaume.

Pascal Martinot-Lagarde

Crédit: Getty Images

Mondiaux
L'Amérique plus que jamais triomphante
06/10/2019 À 22:41
Mondiaux
"On n'a pas préparé ces Mondiaux comme on aurait dû", déplore le président de la FFA
06/10/2019 À 21:46