Quelques heures après la suspension de son coach Alberto Salazar, pour "organisation et incitation à une conduite dopante interdite", Donavan Brazier a dominé la finale du 800m des Mondiaux. L'Américain a tout raflé ou presque. Le titre mondial. Le record des Etats-Unis (1'42''34). Et le vieux record des championnats, qui avait été établi en 1987 par le Kényan Billy Konchellah. Rien de tel que pour alimenter un peu plus la polémique autour de son sulfureux entraîneur.
Vainqueur devant le Bosnien Amel Tuka (1'43''47) et le Kényan Ferguson Cheruiyot Rotich (1'43''82), Brazier s'offre à 22 ans son premier titre international. Il succède ainsi à Pierre-Ambroise Bosse, éliminé lors des demi-finales. "J'ai dit tout au long de la saison que mon but était de prendre l'or et de battre le record. C'est ce que j'ai fait, s'est d'abord réjoui Brazier, qui débarquait à Doha avec le statut de deuxième performeur de l'année. Devenir champion du monde à 22 ans, je n'y crois pas." Rester à savoir si le monde de l'athlétisme voudra bien y croire, lui.
Mondiaux
Deux médailles, six finalistes : cote d'alerte pour les Bleus à dix mois des Jeux
06/10/2019 À 23:58

Donavan Brazier, champion du monde du 800m à Doha 2019 et nouveau recordman des Mondiaux

Crédit: Getty Images

En conférence de presse, celui qui a rejoint l'Oregon Project (la stucture de Salazar financée par Nike) à l'été 2018, a ensuite balayé les soupçons de dopage le concernant. Il les qualifie même de "stupide" :
Ce serait vraiment idiot de m'associer à tout cela. Je crois que l'enquête a commencé alors que je n'étais encore qu'au lycée. Rien que de penser à m'associer à ça serait ignorant. Depuis le départ je n'ai été en contact qu'avec Pete Julian (un autre entraîneur au sein du groupe, ndlr). Je n'ai jamais été coaché par Alberto. Quand l'enquête a commencé je ne savais même pas que l'Oregon Project existait. J'ignorais tout de cette affaire. Je me suis juste réveillé ce matin et j'ai appris ça, ce qui m'a déçu.

Trois jours après le sacre de Hassan

Dans la nuit de lundi à mardi, au terme de six ans d'enquête, l'agence antidopage américaine (USADA) avait annoncé la suspension pour quatre ans de Salazar. L'ex-entraîneur controversé de la star britannique Mo Farah a été expulsé des Mondiaux, où sept athlètes de l'Oregon Project sont en course, dont deux ont déjà été titrés.
Trois jours avant le sacre de Brazier, c'est une autre protégée de Salazar, la Néerlandaise Sifan Hassan, qui avait ébloui Doha. Elle avait décroché l'or sur 10 000m. Et pense désormais au 5000m. Malgré le contexte nauséabond. "Je suis triste que cela se produise maintenant parce que cela vient perturber mes championnats, a-t-elle déclaré ce mardi après-midi. Mais je vais rester concentrée sur mon objectif, celui de remporter une deuxième médaille d'or mondiale."
Mondiaux
L'Amérique plus que jamais triomphante
06/10/2019 À 22:41
Mondiaux
"On n'a pas préparé ces Mondiaux comme on aurait dû", déplore le président de la FFA
06/10/2019 À 21:46