On attendait les Américains, on aura eu une fusée bahaméenne. Un missile même. Couloir 4, Steven Gardiner a écrasé ce vendredi la finale du 400m messieurs pour s'offrir son premier titre mondial. Encore à hauteur de ses adversaires après 300m, l'athlète de 24 ans a passé la vitesse supérieure dans la dernière ligne droite pour signer le chrono canon de 43''48. Plus que suffisant pour devancer la surprise colombienne Anthony Zambrano (2e, en 44''15) et l'Américain Fred Kerley (3e, en 44''17), qui l'accompagnent sur le podium.

Sixième performeur de l'histoire

Mondiaux
Deux médailles, six finalistes : cote d'alerte pour les Bleus à dix mois des Jeux
06/10/2019 À 23:58

Cette fois, il n'y avait personne entre lui et le titre. Privé de la première place par Wayne Van Niekerk à Londres il y a deux ans, Steven Gardiner ne rêvait que d'or à Doha. Tranquillement qualifié pour la finale à l'inverse du meilleur performeur mondial de l'année, Michael Norman, sorti dès les demies, le Bahaméen aura réussi la course parfaite ce vendredi. Parti plutôt tranquillement lors des deux cents premiers mètres, il aura laissé espérer ses adversaires. Mais personne n'a pu lui suivre dans la dernière ligne droite.

Allongeant légèrement son élégante foulée, Gardiner s'est vite assuré l'or mais il tenait à y mettre la manière, comme Van Niekerk l'avait fait lors des JO de Rio en 2016. Pas de record du monde pour lui mais un record personnel explosé en 43''48, soit 39 centièmes de mieux que sa précédente marque et un statut de sixième meilleur performeur de l'histoire. Mais même son ancien record aurait suffi pour devancer la concurrence. Favori annoncé de la finale, Fred Kerley sauve le bilan américain de l'épreuve en accrochant de justesse la médaille de bronze, juste derrière le surprenant colombien Anthony Zambrano. Mais le roi du 400m, c'est bien Gardiner.

Steven Gardiner, champion du monde à Doha

Crédit: Getty Images

Mondiaux
L'Amérique plus que jamais triomphante
06/10/2019 À 22:41
Mondiaux
"On n'a pas préparé ces Mondiaux comme on aurait dû", déplore le président de la FFA
06/10/2019 À 21:46