AFP

Procès Pistorius : "Le témoin semble solide comme un roc"

Procès Pistorius : les dix phrases-clefs de l'audience de mardi

Le 04/03/2014 à 20:20

Le procès du champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, a débuté lundi à Pretoria. Chaque jour, retrouvez les phrases-clefs de ce dossier complexe.

" Quand je suis sous la douche, je revis ses cris!"

Michelle Burger, une voisine, dont la chambre à coucher se trouve précisément à 177 mètres de chez Pistorius, est appelée à témoigner au procès. Elle a affirmé avoir entendu une femme crier au secours à l'heure où le champion paralympique a abattu sa compagne dans la nuit du 14 février 2013.

" Des hurlements de femme absolument pétrifiants. Les événements de cette soirée ont été extrêmement traumatisants pour moi. J'ai entendu la terreur dans la voix de cette femme"

Michelle Burger, une universitaire a décrit et répété à maintes reprises à la barre, en anglais comme en afrikaans, les hurlements de femme entendus la nuit du drame avant les quatre coups de feu.

Oscar Pistorius murder trial day 2

Oscar Pistorius murder trial day 2Reuters

" Vous savez, si M. Pistorius est très angoissé, il crie comme avec une voix de femme"

Révélation de Barry Roux l’avocat de Pistorius. Face à lui, Michelle Burger est restée stoïque, presque jusqu'au bout, l’homme de loi cherchant des incohérences dans sa version, la poussant à se contredire.

"  Vous refusez toute concession qui pourrait bénéficier à l'accusé"

Barry Roux accuse le témoin d'être partial. Agressif l'avocat a reposé maintes fois les mêmes questions, au point d'impatienter le parquet et même la juge Thokozile Masipa qui l'a rappelé à l'ordre après un commentaire sarcastique déplacé.

Oscar Pistorius muss sich vor Gericht verantworten

Oscar Pistorius muss sich vor Gericht verantwortenEurosport

" Je n'ai que ma version à offrir"

L'avocat de la défense Barry Roux, un ténor du barreau sud-africain, a mis son témoignage en doute, insistant lourdement pour savoir pourquoi elle était aussi certaine d'avoir entendu quatre coups de feu alors que son mari en aurait entendu quatre, cinq, ou peut-être six. Il a également suggéré que ces présumés coups de feu étaient en fait le bruit de la batte de cricket utilisée par Pistorius pour défoncer la porte des toilettes quand il aurait réalisé qu'il avait tiré sur Reeva.

" Vous avez entendu un homme crier à l'aide (...) Cela n'a pas de sens qu'un homme sur le point de tuer sa petite amie se mette à crier ainsi"

En ce 14 février 2013, en plein été austral, Michelle Burger avait gardé les "fenêtres ouvertes" dans sa chambre à coucher. Il n'y avait "aucun bâtiment" entre son domicile et celui de son illustre voisin qu'elle ne connaissait pas et "le quartier est particulièrement calme, voisin d'une réserve naturelle".

Oscar Pistorius 2014

Oscar Pistorius 2014Eurosport

" C'est un fait, vous pouvez crier aussi fort que possible, faites 177 m et dites-nous si vous pouvez entendre ce cri"

Barry Roux, avocat de Pistorius a remis fortement en doute la véracité des propos de Michelle Burger. Il prétend vouloir attendre les résultats des experts concernant ce point. Il s'est aussi demandé comment cette voisine avait pu entendre ces cris alors que Reeva était enfermée dans des toilettes donnant sur une salle de bains dont la fenêtre était fermée.

" Le témoin semble solide comme un roc"

L'avocat de la partie civile, Dave Smith, comprend qu’il est important pour la défense de mettre en difficulté le témoin, tout en précisant : "mais je ne crois pas qu'il y parvienne".

Olympic and Paralympic track star Oscar Pistorius (2nd L) arrives ahead of his trial at the North Gauteng High Court in Pretoria March 4, 2014. (Reuters)

Olympic and Paralympic track star Oscar Pistorius (2nd L) arrives ahead of his trial at the North Gauteng High Court in Pretoria March 4, 2014. (Reuters)Reuters

" Ça a duré environ une heure, des gens parlaient fort, trop loin pour comprendre la conversation ou la langue utilisée mais suffisamment fort pour me mettre un oreiller sur la tête et m'inquiéter que cela ne réveille mon fils qui avait un contrôle le lendemain à l'école "

Barry Roux s'est ensuite attaqué au deuxième témoin, une autre voisine, Estelle van der Merwe, tirée du lit elle aussi par du bruit la nuit du drame. Elle a certifié que les voix étaient bien celles de personnes "en colère" ou "fâchées".

" Je prends ça très au sérieux"

Propos de la juge Thokozile Masipa, avertie qu'une chaîne de télé avait montré une photo du premier témoin, Michelle Burger, alors que celle-ci a refusé d'être filmée ou photographiée. La juge a donc suspendu provisoirement le procès peu après la reprise de l'audience. "C'est tout à fait dérangeant, a-t-elle ajouté. Les médias sont prévenus. S'ils ne se tiennent pas correctement, nous ne les traiterons pas avec des gants de velours".

0
0