Exceptionnel, hallucinant, incroyable, tonitruant. Choisissez celui que vous préférez. Mais c'est dans cette gamme de superlatifs qu'il faut aller piocher pour qualifier le sprint italien dans cette quinzaine olympique. C'était déjà le cas depuis le 1er août, date du sacre de Marcell Jacobs sur 100m à la surprise générale. Alors quand, vendredi, le relais 4x100m transalpin a devancé Britanniques et Canadiens pour succéder à la Jamaïque au palmarès, les mots ont commencé à manquer.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité sur Eurosport !
Il a fallu 37"50 à Lorenzo Patta, Lamont Marcell Jacobs, Eseosa Fostine Desalu et Filippo Tortu pour frapper un très grand coup, tant pour leur histoire que sur la tête des Britanniques, battus… d'un centième. Il leur faudra un peu plus de temps pour réaliser l'exploit qu'ils viennent d'accomplir. A commencer par l'homme du dernier relais, Filippo Tortu, deuxième au moment de récupérer le témoin mais devant Nethaneel Mitchell-Blake à l'arrivée, dans un scénario qui rendrait jaloux Jean de La Fontaine.
Tokyo 2020
"Courir en 9''80, c'était possible" : Bolt pense qu'il aurait pu remporter le 100 m à Tokyo
15/11/2021 À 09:11

Un finish à couper le souffle : revivez un 4x100 de légende

Une fois rentré dans ma chambre, je vais sûrement pleurer
"Je voulais juste courir le plus calmement possible, a-t-il soufflé à la RAI à l'issue de la course. A l'arrivée, je n'y croyais pas. J'ai demandé à Lorenzo : 'Mais c'est vrai ?' C'est un temps stratosphérique. C'est la plus belle émotion (...) Ce sera impossible de dormir ce soir." Et si les yeux de certains seront grand ouverts, d'autres seront humides.
"C'est fantastique. Un énorme travail de groupe. Nous sommes sur le toit du monde, a de son côté exulté Jacobs. Une fois dans ma chambre, je vais sûrement pleurer. Qui aurait pu imaginer ça ? Ce sont des JO incroyables pour l'Italie". S'il faudra effectivement bien chercher pour trouver trace d'un tel pronostic, les principaux concernés, eux, ont eu le mérite et surtout raison d'y croire.

Le finish de Tortu

Crédit: Getty Images

On voulait faire quelque chose d'incroyable
"Avant de rentrer sur la piste, on a décidé de ce qu'on voulait faire tous ensemble : gagner la médaille d'or. On s'est regardé dans les yeux, on voulait faire quelque chose d'incroyable", a poursuivi Jacobs, toujours sur la RAI. Gagné. Voilà l'Italie à 10 médailles d'or dans ces Jeux, pour 38 breloques en tout, soit un record et déjà 10 de plus qu'à Rio. La suite d'un été de rêve qui a débuté par le sacre de la Squadra Azzurra à l'Euro de football… et même un peu avant selon Jacobs.
"C'est l'année de l'Italie, on a gagné l'Eurovision, l'Euro de football, et maintenant cinq médailles d'or en athlétisme", a énuméré l'intéressé. "Je suis fier de toute la délégation, des athlètes, des techniciens et managers, et de cette merveilleuse équipe qui a donné à l'Italie un autre grand bonheur après les championnats d'Europe de football, donnant des émotions très fortes à notre pays et à tous les Italiens", a de son côté réagi Giovanni Malago, président du Comité olympique italien (CONI). Le Fratelli d'Italia n'a pas fini de résonner.
Tokyo 2020
World athletics ouvre une procédure dans l'affaire de la sprinteuse bélarusse
30/09/2021 À 09:02
Tokyo 2020
Après de décevants JO pour les Bleus, Rousseau quitte la fédération
15/09/2021 À 14:24