L'Italie n'oubliera pas le quart d'heure de folie qu'elle a vécu sur le stade olympique de Tokyo, dimanche. Quelques minutes après le sacre de Gianmarco Tamberi à la hauteur, c'est l'improbable Lamont Marcell Jacobs qui a décroché la lune sur 100 mètres, en 9"80 (+0,1 m/s). Personne ne l'avait vu venir avant le week-end mais, de ses premières foulées samedi à sa marche triomphale dimanche, le sprinteur a réussi un sans faute et entre dans l'histoire du sprint. Il succède à l'ancien maître des lieux, Usain Bolt.
La retraite du patron avait laissé comme un vide, les absences des deux derniers champions du monde Justin Gatlin et Christian Coleman aussi, c'est Jacobs et non le grand favori Trayvon Bromell, éliminé en demie, qui l'a comblé.
Tokyo 2020
Après de décevants JO pour les Bleus, Rousseau quitte la fédération
15/09/2021 À 14:24

Comment Jacobs a succédé au Roi Bolt : la finale du 100 mètres en video

En 9"80, record d'Europe (qu'il avait déjà battu en demie en 9"84), Jacobs s'est offert le scalp de Fred Kerley et d'Andre de Grasse. L'Etatsunien et le Canadien ont signé leur meilleur temps en carrière, en 9"84 et 9"89, mais cela n'a pas suffi à stopper la bombe Jacobs. Lancé avec l'avant-dernier temps de réaction, Jacobs n'a pas pris les commandes de suite. Parti comme une balle, Fred Kerley semblait sur un boulevard, mais c'était sans compter sur Jacobs qui, du couloir 2, a pris l'autoroute du bonheur. A 26 ans, il décroche le titre d'une vie.
Entre samedi et dimanche, Jacobs a battu trois fois le meilleur chrono de sa carrière. Samedi au premier tour, en 9"94 (record d'Italie), ce dimanche en demie, en 9"84 (record d'Europe), et puis, donc, en finale en 9"80 (2e record d'Europe). Avant d'arriver au Japon, son meilleur chrono en carrière était de 9"95 et il l'avait réussi au mois de mai. Avant ça, il n'était jamais allé plus vite que 10"10 l'an passé.

Vitesse maximale précoce, décélération tardive : Caristan décrypte la course de Jacobs

La disette US

Un heureux et beaucoup de déçus, Américains en premier lieu. Si Fred Kerley a décroché l'argent, il ne met pas fin à la disette US sur la ligne droite. Pour la première fois de l'histoire, les Etats-Unis sont privés d'or sur 100 mètres lors de quatre éditions des Jeux Olympiques. Quant à De Grasse, il se poste une nouvelle fois sur le podium des Jeux, cinq ans après Rio. Mais rate possiblement l'occasion d'une vie.
Sensation des demi-finales, lors desquelles il avait battu le record d'Asie, Bingtian Su est passé à côté de sa finale. 9"83 en demie, 9"98 quand il fallait aller plus vite. Peut-être a-t-il cédé sous la pression. Lamont Marcell Jacobs, lui, ne s'est pas posé de question. Il a couru vite, et bien, tout au long du week-end. Le successeur de Bolt, dans les palmarès, c'est lui.

Jacobs : "Mon coach pensait que je pouvais courir aussi vite... mais pas moi"

Tokyo 2020
Le contrôle positif confirmé pour Ujah : Le relais britannique disqualifié par le TAS ?
14/09/2021 À 17:32
Tokyo 2020
Elle a vendu sa médaille olympique pour sauver une vie : le geste en or de Maria Andrejczyk
19/08/2021 À 12:33