Benoît Tréluyer (Audi R18 n°2, vainqueur) : "Nous avons gagné une course incroyable. Ce que je ressens est fantastique. C'est clairement une victoire d'équipe. Nous n'avons fait que conduire. Le plus gros du travail était la préparation. Nous ne pouvions pas gagner sans une voiture fiable et rapide. J'aimerais également mentionner Marco (Bonanomi) qui nous a beaucoup aidés. La victoire appartient à une équipe soudée qui a uni ses forces. Nous avons fréquenté la même école de pilotes, ici au Mans, Marcel (Fässler), Sébastien (Bourdais) et moi. Cela donne encore plus de saveur au fait que nous nous retrouvions sur le podium."

Farcel Fässler (Audi R18 n°2, vainqueur) : "Les six dernières heures ont été incroyables. Elles paraissaient interminables. Comme si ma montre s'était arrêtée. On sentait le rêve devenir de plus en plus proche. Et il y a eu des moments où tout devenait incroyablement difficile. Nous avons subi une crevaison lente juste avant la fin quand André [Lotterer] conduisait. Dans ce cas, on recommence à trembler et à se demander si le rêve va pouvoir se réaliser. Et enfin, il se concrétise. C'est fantastique. Nous avons travaillé dur tout l'hiver. Le Mans est la course la plus importante. Je suis particulièrement heureux d'être le premier Suisse à gagner cette épreuve."

24 Heures du Mans
Audi résiste à tout
12/06/2011 À 12:20

André Lotterer (Audi R18 n°2, vainqueur) : "J'ai poussé comme un fou de la première à la dernière minute. Je ne me suis jamais 'ennuyé' dans la voiture, je n'en avais certainement pas le temps ! Je suis heureux que nous ayons gagné tous ensemble. Les mécaniciens et toute l'équipe ont travaillé tellement dur pour préparer la voiture. C'est une belle récompense. La journée d'hier a été difficile pour Audi Sport après les deux accidents. Je suis très heureux qu'Allan et Rocky soient OK et que malgré leurs accidents, nous ayons une bonne raison d'être joyeux."

Crédit: Audi Motorsport

Romain Dumas (Audi R18 n°1, abandon - accident) : "C'est clair qu'il y a une petite amertume car il y a un an on était sur la plus haute marche, mais c'est tellement d'efforts pour gagner une course de 15 secondes sur 24 heures, c'est normal de partager la joie avec tout le monde. C'est une grande joie, après une victoire c'est un mois de joie et 11 de préparation pour l'année prochaine. Je suis très content que ce soit mes équipiers car on partage tous le travail dans l'année, même si je déteste perdre. Sur ce coup-là, c'est ça une équipe. Félicitations à eux. Pour gagner cette année, c'est comme l'an dernier, il ne fallait faire aucune erreur. On est passé deux fois très près de la vraie correctionnelle, il ne faut pas l'oublier. Quand vous ne savez pas si vous êtes encore avec votre coéquipier... On a eu des moments de vraie angoisse. C'est très lourd, on a cru le pire, on gagne 24 heures plus tard. C'est bien mais il faudra en tirer les conséquences pour la sécurité pour le futur."

Mike Rockenfeller (Audi R18 n°1, abandon - accident) : "J'accomplissais mon quatrième relais. Trois ou quatre tours de plus et mon réservoir était vide. Après le virage de Mulsanne, j'étais dans la ligne droite précédant Indianapolis. Une voiture GT était devant moi. Elle roulait sur le côté gauche de la piste. Je lui ai fait des appels de phare. Pour moi, il était clair qu'elle allait rester sur le côté gauche. On double souvent de cette façon à cet endroit. Mais la voiture s'est soudainement dirigée vers la droite. J'ai essayé de l'éviter en mordant dans l'herbe. Mais elle m'a probablement touché un peu à l'arrière. Je suis immédiatement parti vers la gauche. Ce fut un accident très dur. Mais l'essentiel est que je sois globalement Ok. Les standards de sécurité sont simplement énormes, ils m'ont sauvé la vie. Je n'avais jamais subi un tel accident. Je suis désolé car nous avions une bonne chance de nous battre pour la victoire. Mais je pense que ma manœuvre de dépassement était normale. Il faudrait penser à de nouvelles solutions pour les pilotes amateurs. C'est trop dangereux."

Allan McNish (Audi R18 n°3, abandon - accident) : " André (Lotterer) a conduit superbement de même que Marcel (Fässler) et Ben (Tréluyer). C'est un superbe résultat pour l'équipe Audi. Les larmes dans le garage ont montré toute la pression qui régnait dans cette course. En ce qui concerne mon accident, je me suis porté à la hauteur d'une Ferrari GT sur le côté intérieur. Quand je l'ai passée, j'ai réalisé c'est je partais en tête-à-queue vers le mur. J'ai compris après qu'il avait touché l'arrière de ma voiture. Ce fut un très gros accident. Je dois dire un énorme merci aux designers Audi qui ont conçu une voiture qui puisse résister à un impact aussi puissant et permettre à son pilote de sortir indemne en ouvrant la porte."

Wolfgang Ullrich (Audi Motorsport, directeur) : "2011 est sans aucun doute l'édition la plus dure que nous avons vécue. Placés dans une situation difficile, nous avons quand même réussi à battre nos adversaires très solides de l'équipe Peugeot. Après huit heures de course, nous avons perdu deux de nos trois voitures et savions que notre situation était devenue extrêmement difficile. Toute l'équipe a fait le maximum autour de cette voiture. Et nos pilotes ont accompli un travail fantastique, alors qu'ils formaient notre équipage le moins expérimenté au Mans. Il est très important qu'Allan (McNish) et Mike (Rockenfeller) se soient sortis indemnes de leurs très durs accidents."

Olivier Quesnel (Peugeot Sport, directeur) : "Nous étions venus pour gagner et nous sommes deuxièmes. Mon premier sentiment ne peut donc être que la déception. Toutefois, l’équipe peut être fière d’avoir aligné trois voitures parfaitement fiables et d’avoir effectué un sans-faute sur le plan technique. Nos pilotes n’ont rien lâché, à l’image de Simon Pagenaud qui ne concédait qu’une dizaine de secondes au leader à un quart d’heure de la fin. Sur ce sprint de 24 heures, il ne nous a manqué qu’un peu de performance pour que l’issue de la course soit différente. Je tiens à féliciter notre adversaire pour cette victoire. Notre bagarre s’est déroulée dans la plus grande sportivité, avec beaucoup de respect mutuel."

24 Heures du Mans
Des billets dégradés par la lumière et la chaleur
10/06/2012 À 15:51
24 Heures du Mans
Joubin : "Avoir l'hybride en position de gagner est génial"
07/06/2012 À 14:26