Leur devoir était d'y croire. Leur force aura été de l'avoir fait. Mercredi, la France a réussi un exploit monumental en éliminant les Etats-Unis en quart de finale de la Coupe du monde (89-79). Alors oui, vous entendrez dire que ce Team USA était privé de ses meilleurs éléments, restés au pays pour passer un été peinard. Il n'empêche, les douze d'en face étaient tout sauf des peintres et les Bleus, armés aux deux extrémités du terrain par les bombardiers Fournier (22 points) – De Colo (18) et par le mur Gobert (21 points, 16 rebonds), ont réussi ce que personne n'avait fait depuis 2006. Les Français, qualifiés pour les Jeux olympiques, joueront les demi-finales d’un Mondial qui a vu la Serbie et le Team USA quitter la scène plus tôt que prévu. Vendredi, les Bleus défieront l’Argentine avec le devoir d’y croire. Et la force, on l’espère, de le faire.

Coupe du Monde
L'antisèche : Même bronzé, Fournier a le droit d'être frustré
15/09/2019 À 11:22

Treize ans. Cela faisait treize ans que les Américains n'avaient plus perdu en compétition officielle. Depuis une défaite contre la Grèce en demi-finale du Mondial 2006 qui avait alors fait grand bruit outre-Atlantique. Pour la France, c'est même une première. Jamais les Bleus n'avaient vaincu le Team USA en compétitions officielles jusqu'alors. C'est dire la portée de l'exploit qu'ont réalisé les Français en sortant les doubles champions du monde et triples champions olympiques en titre en quarts de finale de la Coupe du monde.

Défense de fer et force collective : comment les Bleus ont signé l'exploit face au Team USA

Gobert a justifié son statut

Et pourtant cet "exploit", car cette victoire en est un, est paru logique au fur et à mesure de la rencontre. Les hommes de Vincent Collet ont joué les yeux dans les yeux avec les Américains dès le début du match emmenés par un Rudy Gobert qui a plus que justifié son statut de double meilleur défenseur de l'année NBA. A la mi-temps, le pivot français avait déjà provoqué la bagatelle de 7 fautes et transformé 9 de ses 10 lancers francs.

Il finira la rencontre avec 21 points, 16 rebonds dont 7 offensifs, 2 passes décisives et 3 contres en laissant ses homologues américains Myles Turner et Brook Lopez à 2 points cumulés. Surtout, la dissuasion défensive du joueur du Jazz aura contribué à maintenir les Américains à 13 petits points dans le dernier quart. Cette prestation défensive aura été la clef de la victoire avec l'aspect mental. Rejoints au score et même menés de trois points à la fin du troisième quart par des Américains emmenés par un Donovan Mitchell qui aura longtemps été inarrêtable (29 points à 52% aux tirs) et ce alors qu'ils menaient de 10 points, les Bleus n'ont rien lâché. Comme un symbole c'est Rudy Gobert qui est venu mettre un terme au festival de son coéquipier au Jazz de l'Utah d'un contre rageur à moins d'une minute du terme de la rencontre.

Rudy Gobert

Crédit: Getty Images

Ntilikina joker de luxe

Dans le même temps, le duo Fournier-De Colo aura une fois de plus porté la France offensivement, notamment pendant le temps fort des Américains qui n'auront compté au maximum que 7 points d'avance. L'arrière du Magic d'Orlando et celui de Fenerbahçe ont cumulé 40 points à eux deux à 55% aux tirs et quand aucun des deux n'a pu faire de différence, c'est Franck Ntilikina qui a permis aux Bleus de rester dans le match en inscrivant 7 points dans le dernier quart notamment pour ramener la France de cinq à trois points de retard puis pour égaliser et enfin pour donner six longueurs d'avance à deux minutes du coup de sifflet final.

Cette deuxième qualification de suite en demi-finales de Coupe du monde rapproche un peu plus les Bleus des Jeux Olympiques de Tokyo. Avec la défaite des Tchèques face à l'Australie dans le dernier quart de finale, la France a validé son billet pour le Japon (en finissant dans le top 2 des nations européennes du tournoi). Les Bleus affronteront l'Argentine en demi-finales vendredi à 14h à Pékin pour une place en finale qui pourrait les voir jouer leurs meilleurs ennemis espagnols.

France bat Etats-Unis 89 à 79 (18-18, 27-21, 18-27, 26-13)

Etats-Unis : 29 paniers (dont 7 sur 20 à 3 points) sur 65 tirs - 14 lancers francs sur 21 - 28 rebonds - 17 passes décisives - 11 balles perdues (Walker 4) - 24 fautes

Marqueurs: White (4), Mitchell (29), Harris (5), Smart (11), Barnes (4), Brown (9), Plumlee (0), Turner (2), Lopez (0), Middleton (5), Walker (10)

France : 30 paniers (dont 8 sur 23 à 3 points) sur 63 tirs - 21 lancers francs sur 25 - 44 rebonds (Gobert 16) - 14 passes décisives - 12 balles perdues - 17 fautes

Marqueurs: Ntilikina (11), M'Baye (2), Batum (6), Fournier (22), De Colo (18), Albicy (5), Labeyrie (0), Lessort (3), Gobert (21), Toupane (1)

Evan Fournier, Francia-Stati Uniti

Crédit: Getty Images

Coupe du Monde
Comme en 2014, la France se console avec du bronze
15/09/2019 À 09:44
Coupe du Monde
"Une médaille, ça peut n'arriver qu'une fois"
14/09/2019 À 15:06