Guerschon Yabusele, ces retrouvailles avec l'ASVEL auront une saveur particulière pour vous ?
Guerschon Yabusele. : "Revenir jouer à l'Astroballe, ça me fait plaisir, forcément. J'ai encore beaucoup d'amis là-bas, je m'entends toujours super bien avec l'encadrement. J'ai absolument envie de gagner ces deux matches-là (aller et retour). On parlait déjà de ce match avant le début de saison. C'est le genre de dates que l'on retient, le genre de matches qu'on aime jouer, surtout contre des amis".
EuroLeague
Monaco y a longtemps cru mais le Real Madrid s'est imposé à l'expérience
IL Y A 11 HEURES
Pouvez-vous nous raconter les coulisses de votre signature au Real ?
G.Y. : "On avait des contacts avec certaines équipes, mais avec mon agent, on s'est dit que quand le Real te veut dans son équipe, c'est dur de refuser. C'est dur de leur dire non et d'aller dans un autre club. Pour moi, le Real est le meilleur club en Europe. Ça se confirme encore aujourd'hui (le Real est 3e d'Euroligue avec sept victoires et deux défaites). C'est celui qui se rapproche le plus de la NBA. Pour tout cela, cette offre était super alléchante. Et c'est pour cela que je suis heureux et reconnaissant de la saison qu'on a faite avec l'ASVEL. Et de l'opportunité, ensuite, que j'ai eue de venir au Real. C'est juste énorme".
Y a-t-il des choses qui vous ont surpris en arrivant au Real Madrid ?
G.Y. : "J'étais déjà venu dans cette grande salle, je la connaissais, même si elle reste impressionnante. C'est une salle historique. Mais en venant ici, au centre d'entraînement, c'est juste énorme. On est mélangé avec d'autres sports, mais nous, au basket, on a notre partie à nous, avec plusieurs terrains, des structures pour les soins, on a quatre kinés. Il y a beaucoup de petits plus. C'est un club professionnel depuis longtemps. Venir ici, pour moi, ça a été la meilleure décision".
On a obtenu la deuxième place aux JO cet été. Mais maintenant, je veux faire partie du groupe de manière durable, faire d'autres campagnes, gagner des titres
Vous n'avez presque pas eu besoin de temps d'adaptation, vous avez été performant immédiatement...
G.Y. : "Je savais qu'avec Trey Thompkins et Anthony Randolph blessés, j'allais devoir m'adapter très vite. En arrivant, j'ai essayé de me fondre dans l'équipe pour l'aider à gagner le plus vite possible. Ce qui a fait que ça a été facile, aussi, c'est l'équipe de France (aux JO, cet été). Je suis arrivé en forme et prêt".
Cette saison, le Real Madrid aligne quatre Français, avec Fabien Causeur, Thomas Heurtel, Vincent Poirier et vous-même. Peut-on parler de connexion tricolore ?
G.Y. : "On était trois en équipe de France cet été (Poirier, Heurtel et lui-même). L'année dernière, j'étais à l'ASVEL avec Thomas. Donc notre connexion s'est faite assez facilement. Avoir des Français au quotidien, avoir Fabien (Causeur) qui est là depuis plusieurs années, ça aide. On a croisé les Français du foot en allant manger, une fois. Et j'essaie d'aller voir leurs matches assez souvent au stade, dès que je peux en fait!".
Vous attendiez-vous à trouver votre place aussi rapidement ?
G.Y. : "Pas spécialement. Mais je suis quelqu'un qui crois beaucoup en moi, j'essaie toujours de donner le meilleur".
On vous sent très libre sur le parquet. Vous partagez ce ressenti ?
G.Y. : "Tout à fait. Notre coach, Pablo Laso, a une expérience incroyable. Il a un immense palmarès. C'est quelqu'un qui comprend son équipe, qui nous laisse beaucoup de libertés. On peut s'exprimer comme on veut sur le terrain".
Vous enchaînez les performances en club. Cela vous laisse espérer le meilleur avec l'équipe de France ?
G.Y. : "Ça a toujours été un objectif pour moi. On a obtenu la deuxième place aux JO cet été. Mais maintenant, je veux faire partie du groupe de manière durable, faire d'autres campagnes, gagner des titres. Cet été, ça a été quelques chose d'extraordinaire, qui va nous marquer à vie. C'est important pour le basket français, les gens nous félicitent encore".
EuroLeague
Pas de miracle pour l'ASVEL à Barcelone
HIER À 22:12
EuroLeague
L'Asvel n'a pas fait le poids face au Bayern
25/01/2022 À 22:14