Vingt et un ans que la NBA attendait ça. Mais, les fans de Boston ne doivent pas être déçus d'avoir été si patients. Ce n'était que le premier match d'une finale rêvée qui s'annonce indécise. Et pourtant, on attend déjà la deuxième rencontre avec l'eau à la bouche. Pour ce premier volet, les spectateurs du Garden ont été gâtés. Ils ont presque tout eu. De l'émotion, un scénario digne d'un film hollywoodien, du suspense avec un chassé-croisé entre les deux formations presque permanent. Et bien sûr, une victoire de leur équipe favorite qui est venue à bout des Lakers en s'appuyant sur leurs forces : la défense et le trio Garnett-Allen-Pierce.

Les livres sur les duels entre les Lakers et les Celtics ont d'ailleurs déjà un chapitre à ajouter. Car ce premier match restera marqué par un joueur qui a grandi à Los Angeles. Un joueur qui évolue désormais à Boston, l'équipe qu'il détestait lors de sa jeunesse. Un joueur qui n'est autre que Paul Pierce. The Truth a bien failli être le héros malheureux de ce premier match. Il en a finalement été le héros tout court. Obligé de sortir sur blessure après un choc avec son pivot Perkins lors du troisième quart-temps, l'arrière de la Green Team a frigorifié toute la salle. Porté par trois personnes dans les vestiaires avant de s'assoir dans un fauteuil roulant, P² semblait terminé pour la rencontre. Et peut-être pour la finale. Mais voilà, la NBA aura encore une histoire à passer en boucle.

NBA
Nowitzki out au moins six semaines
19/10/2012 À 17:19

La belle histoire de Pierce

Dans une salle bouillante, Pierce est revenu sous une ovation du public. Et Boston a pris la direction des opérations. "U ne fois derrière, j'ai essayé de me tenir debout et en mettant mon poids sur l'articulation, j'ai eu l'impression que cela allait. Je devais aider le club. Il fallait que je revienne", a raconté Pierce, dont le retour a galvanisé le public et ses coéquipiers Tout juste rentré sur le parquet, le numéro 34, qui avait déjà commencé le troisième quart-temps en mettant 8 points de suite pour permettre aux Celtics de revenir, a planté deux tirs primés en 22 secondes. La Green Team est alors passée devant (75-71). A partir de ce moment, la messe était dite. Malgré une belle résistance de Kobe Bryant, auteur de 24 points mais à 9 sur 26 aux tirs, les joueurs de Phil Jackson savaient sûrement inconsciemment que le scénario était écrit d'avance. Pierce et Boston ne pouvaient plus perdre.

Et pourtant, les Lakers auront sûrement des regrets. Adroits de loin malgré une défense physique des Celtics qui les a poussés hors de la raquette, les Californiens ont récité une belle partition en première mi-temps. Emmenés par Pau Gasol, un très bon Derek Fisker (13 de ses 15 points à la pause) et un Kobe Bryant altruiste, les Violine et Or ont rejoint les vestiaires avec un petit matelas (46-51). Mais ensuite, les Celtics, qui étaient jusqu'à ce moment portés par un grand Kevin Garnett (24 pts, 13 rbds, 3 pds), se sont réveillés. Paul Pierce a donc sonné la charge. Ray Allen a retrouvé son jeu. Et Boston a eu un net regain d'adresse (1 sur 9 à trois points à la pause, 6 sur 19 au final) pour creuser l'écart (86-78 à 8 min 40 de la fin).

Les Los Angeles Lakers ont perdu une bataille. Mais pas la guerre. Ils devront toutefois retrouver leur banc pour espérer s'offrir un match au Garden. Car si Ronny Turiaf a apporté ce qu'on attend de lui (5 points et 2 rebonds en 12 minutes), les autres remplaçants n'ont pas été au rendez-vous (Vujacic 8 pts à 2 sur 7, Farmar 5 pts et Walton 0). Et pourtant, Kobe Bryant, bien pris par Ray Allen et Paul Pierce en défense, aura bien besoin d'eux. Vivement dimanche pour le match 2.

BOSTON CELTICS - LOS ANGELES LAKERS : 98-88

Boston : 32 paniers (dont 6 sur 19 à trois points) sur 76 tirs (42%) - 28 LF 35 sur tentés - 46 rebonds (Garnett 13) - 20 passes décisives (Rondo 7) - 13 balles perdues - 22 fautes personnelles

Les stats : R. Allen (17 pts, 8 rbds, 5 pds), R. Rondo (15 pts, 5 rbds, 7 pds), K. Perkins (1 pts, 4 rbds), K. Garnett (22 pts, 13 rbds, 3 pds), P. Pierce (22 pts, 4 rbds, 2 pds) puis P.J. Brown (2 pts, 6 rbd, 2 pds), S. Cassell (8 pts, 1 pd), G. Davis, E. House, J. Posey (3 pts, 2 rbds), L. Powe (4 pts, 4 rbds).

Los Angeles Lakers : 32 paniers (dont 3 sur 14 à trois points) sur 77 tirs (42%) - 21 LF sur 28 tentés - 33 rebonds (Gasol 8) - 21 passes décisives (Bryant et Fischer 6) - 8 balles perdues - 29 fautes personnelles

Les stats : K. Bryant (23 pts, 3 rbds, 6 pds), D. Fisher (15 pts, 4 rbds, 6 pds), P. Gasol (15 pts, 8 rbds, 4 pds), L. Odom (14 pts, 6 rbds, 1 pd), V. Radmanovic (5 pts, 3 rbds, 2 pds) puis T. Ariza, J. Farmar (2 pts, 1 rbd), D. Mbenga, C. Mihm, R. Turiaf (5 pts, 2 rbds), S. Vujacic (8 pts, 2 rbds, 1 pd), L. Walton (2 rbds, 1 pd)

NBA
Le message des Lakers
28/04/2010 À 05:14
NBA
Cleveland sort Chicago
28/04/2010 À 05:11