Ian Mahinmi n'est pas descendu de son nuage. Pas encore. Deux semaines se sont écoulées depuis son sacre NBA avec les Dallas Mavericks. Mais l'intérieur tricolore vit toujours la tête dans les étoiles. "Cela fait deux semaines que l'on fête bien ça. Je commence tout juste à descendre de mon nuage", reconnait le Français lors d'une conférence de presse organisée à l'hôtel Royal Monceau. Depuis le 13 juin, il n'a pas perdu son éternel sourire. Car il a vécu des moments inoubliables : "La parade à Dallas, c'est un des plus beaux moments de ma vie. C'est des jours de bonheur. Ca va rester gravé dans mon coeur." Et il attend la suite avec impatience.
Sa situation a forcément évolué même si son temps de jeu n'a été pas été énorme. Les regards ont changé. En France où il sent déjà l'engouement depuis son retour dans l'Hexagone ("Cela fait chaud au coeur", glisse-t-il). Mais il espère aussi avoir changé de statut en NBA. "Le fait d'avoir produit pendant les Finals NBA a mis mon nom là-haut. Cela peut changer des choses pour mon avenir", espère-t-il. Si la rotation à l'intérieur est toujours aussi dense aux Mavs pour le moment (avec Tyson Chandler et Brendaon Haywood, ndlr), il croise les doigts pour continuer chez les Texans où le staff croit en lui. "J'espère rester avec Dallas le plus longtemps possible. J'ai un gros capital confiance avec eux", confirme l'ancien Havrais, qui organise un camp début juillet à Lille.
Il accepte et comprend le choix de Collet
NBA
Quand Cuban fait la fête..
27/06/2011 À 11:22
Il n'a toutefois pas encore parlé de son avenir avec le staff texan. En pleine célébration, ils avaient d'autres choses en tête. Et il est reparti en France sans avoir eu le temps d'évoquer les axes de travail pour cet été avec son entraîneur Rick Carlisle. La tête sur les épaules et toujours aussi posé, le garçon passé par Pau-Orthez ne compte toutefois pas se reposer sur ses lauriers. "La barre de mes attentes est montée. Le fait que je ne sois pas en équipe de France, ça va me donner l'opportunité de travailler énormément sur le plan personnel."
Sa non-sélection en équipe de France n'a d'ailleurs pas gâchée la fête. Il en faudrait beaucoup plus pour lui enlever son sourire. Surtout, il comprend le choix de Vincent Collet. "C'est une surprise sans être une surprise. Si Jo (ndlr : Noah) et Ronny (Turiaf) y vont, ça ne me laisse pas beaucoup de temps de jeu. Connaissant la philosophie du coach, ça ne donne pas beaucoup d'espace", explique-t-il avec modestie et intelligence. "Je ne ferme pas les portes à l'équipe de France. Je suis sûr que l'on va se retrouver. Je suis encore jeune et je pense aux Jeux." Réfléchi, il ne s'emballe pas à propos d'un éventuel retour en France en cas de lock out : "Que va-t-il se passer si je me blesse avec mon contrat NBA ? Je ne vais pas remettre en jeu mon contrat pour jouer en Espagne ou en France. Il y a une possibilité mais il faudra évaluer le risque", conclut-il tout en évoquant ses "choix de coeur comme Rouen, Le Havre ou Lille". En attendant, il va continuer de savourer.
NBA
Beaubois opéré de nouveau
27/06/2011 À 09:45
NBA
Irving, l'élu de Cleveland
24/06/2011 À 05:12