Resmi Siteden Alınmıştır

Pas de panique, les Cavaliers seront là quand ça comptera

Pas de panique, les Cavaliers seront là quand ça comptera

Le 29/03/2017 à 12:20

Une défense en pièces, une première place de la conférence Est perdue, LeBron James qui ronchonne toujours... Ça ne va pas bien à Cleveland ces dernières semaines. Pourtant, il n'y a pas vraiment de raisons de s'inquiéter. Les Cavaliers devraient être à leur place en juin.

Doit-on vraiment croire que les Cavaliers sont en danger de perdre une série en sept matches contre les Celtics, les Raptors ou les Wizards ? Désolé, mais non. Les faits ont de quoi inquiéter. Les Celtics occupent désormais la première place à l’Est, et le Garden sera assurément bouillant en cas de finale de conférence.

La défense des Cavaliers est 24e sur les points autorisés depuis le All-Star break. Elle est même 29e sur l’évaluation défensive de nos confrères d’ESPN, avec les Lakers qui sont les seuls à faire pire. LeBron James et ses coéquipiers n’ont gagné que deux de leurs six derniers matches. Et pourtant, il n’y a pas forcément à s’en faire.

Un effectif toujours supérieur

Avec tout le respect qu’on peut avoir pour Boston, Toronto et Washington, ces trois équipes n’ont toujours pas de quoi renverser LeBron James sur une série de playoffs. Isaiah Thomas fait une belle saison, mais il va bien devoir défendre sur quelqu’un lors des phases finales. Et la défense sur lui va se resserrer. À ce moment-là, qui pourra prendre le relais du côté de Boston ?

John Wall, Bradley Beal et les Wizards sont peut-être plus complets, mais peuvent-ils tenir sur sept matches face à un Big Three encore plus puissant ? Du côté de Toronto, on attend le retour de Kyle Lowry, et l’équipe ne semble pas beaucoup plus forte que l’an dernier.

Si les Cavs galèrent en ce moment, ils gardent donc toujours l’avantage sur le papier. La seule ombre au tableau ? Il manque quelqu’un pour relayer un peu Tristan Thompson dans la peinture.

Du déjà vu dans l’histoire

Les Cavaliers ont toujours les mêmes joueurs que lorsqu’ils ont limité les Warriors à 39,5% d’adresse sur les cinq derniers matches des Finales 2016. Ce groupe sait se donner du mal quand il le faut.

Une question de motivation

Il ne faut pas se mentir : quand vous avez joué les deux dernières finales sur le plan collectif, et les six dernières pour LeBron James, il ne doit pas être facile tous les jours de se motiver pour une saison régulière qui dure une petite éternité.

"Une fois que les playoffs vont arriver, ils seront toujours les champions en titre, ils auront toujours un des meilleurs joueurs de l’histoire, et ils seront toujours là à la fin”, comprend d’ailleurs très bien Scott Brooks, le coach des Wizards."

Est-ce que les Cavaliers peuvent battre les Warriors si Kevin Durant revient en forme à temps ? C’est une autre histoire. Mais ils ne sont pas en danger immédiat dans leur conférence. Et ils seront là pour tenter de défendre leur titre face à la Dream Team de Golden State. Le contraire serait un sacré cataclysme.

0
0