Panoramic

Supporters des Knicks, soyez raisonnables, laissez tomber

Supporters des Knicks, soyez raisonnables, laissez tomber

Le 08/02/2017 à 11:30

NBA - Il va falloir finir par vous l'avouer : cette relation avec la franchise de New York ne va nulle part. Vous ne serez jamais heureux, et il est temps d'aller voir ailleurs.

Phil Jackson, c’est un échec aussi

En 2014, James Dolan, le propriétaire, a tenté de remettre un peu de piment dans votre relation avec la venue de Phil Jackson, un ex de la franchise. Le problème, c’est qu’il est souvent préférable de ne pas remettre le couvert et de rester sur des bons souvenirs. Bientôt trois ans après, il ne reste plus grand chose de la joie des retrouvailles. Le nouveau président n’a pas vraiment fait le ménage dans la franchise. Il a surpayé des vétérans rincés (Joakim Noah, Derrick Rose) pour un nouvel espoir trop vite envolé, et il n’a surtout pas pris la mesure de son rôle.

Il reste coincé avec des gros contrats et un joueur qui ne correspond pas à sa vision du basket. Et comme un ado (ou un président des États-Unis), c’est sur Twitter qu’il se plaint par des messages à peine voilés. La grande classe.

"Ding, du Bleacher Report, a presque bon. Mais j’ai appris qu’on ne peut pas changer le naturel avec Michael Graham, lors de mon passage en CBA."

La fuite ou la souffrance

Non, il ne fait pas bon être un supporter des Knicks. Pas hier, pas aujourd’hui et toujours pas demain. Aucune franchise NBA n’est dans un plus mauvais état. L’herbe est plus verte ailleurs. Même chez les Sixers, avec l’excellent Joel Embiid, qui réussit le tour de force d’offrir plus d’espoir avec moins de victoires ! Si vous préférez migrer à l’Ouest, pour ne pas supporter un rival, les Grizzlies proposent un basket rugueux et intelligent qui vous rappellera les belles années. Mike D’Antoni vous manque ? Il y a Houston. Il y a plein d’équipes sympathiques et structurées sereinement à supporter. Faites une faveur à votre santé, allez voir ailleurs. Sinon, un grand respect à vous et bon courage. Il en faudra encore beaucoup.

0
0