Getty Images

10 à la suite : Utah, quelle métamorphose incroyable !

10 à la suite : Utah, quelle métamorphose incroyable !

Le 13/02/2018 à 07:10Mis à jour Le 13/02/2018 à 07:26

NBA – Le Jazz a remporté dans la nuit de lundi à mardi sa dixième victoire consécutive en renversant les Spurs dans le dernier quart temps. Zoom sur une équipe dirigée par un rookie qui régale et continue sa folle remontée au classement à l’Ouest.

Le match : Dix de suite pour Utah

Il y a trois semaines, Utah semblait promis à une saison délicate avec des hauts et des bas. De l’irrégularité chronique. Le signe même des équipes pas vraiment en reconstruction mais pas vraiment construire non plus, paradoxalement. Une franchise en transition après avoir perdu son seul All-Star (et son deuxième meilleur marqueur) l’été dernier. Puis, soudainement, le changement. L’explosion.

Le Jazz, qui affichait un bilan peu flatteur de 19 victoires et 28 défaites il y a moins d’un mois, a enchaîné dix succès de suite. Série en cours. C’est clairement la (très) belle histoire du moment. Dans la nuit de lundi à mardi, les joueurs de Quinn Snyder sont allés chercher leur dixième victoire de suite en battant les Spurs, certes privés de LaMarcus Aldridge (et Kawhi Leonard). Ils étaient pourtant menés de 13 points à un moment donné dans le quatrième quart-temps. Mais ils ont la force de caractère pour inverser la tendance.

97 points encaissés sur 100 possessions en 10 matches

Parce que ce groupe commence à prendre confiance en ses capacités. Aussi bien offensives que défensives. Mené par la tour de contrôle Rudy Gobert, dont le retour de blessure a une influence très importante dans cette série, le Jazz n’encaisse que 97 points sur 100 possessions depuis dix matches. Aucune équipe ne fait mieux sur la même période. Mais ce n’est pas comme si les coéquipiers du français avaient pour consigne de ne miser que sur la défense. Au contraire ! Ils cavalent ! Ils se passent la balle et dégainent dans tous les sens. Ils ont ainsi marqué 112 pions (toujours sur 100 possessions) sur ces mêmes dix rencontres. Soit un différentiel de +15, là encore le meilleur du moment.

L’équipe est pourtant dirigée par un rookie. C’est fou. Donovan Mitchell, 21 ans, est en passe de s’affirmer comme le meilleur débutant de la saison. Ses détracteurs lui reprochent son égoïsme – ça c’est sûr, il aime tirer – mais cet arrière déguisé dans le corps d’un meneur est une sacrée gâchette. Il a encore mis 25 points (avec 7 rebonds et 5 passes mais… à 9/28 aux tirs) cette nuit. C’est aussi lui qui a inscrit le panier pour repasser définitivement devant les Spurs à 39 secondes du buzzer.

Voilà donc une équipe sans vraie star, avec un jeune très prometteur et des vétérans de qualité, un excellent coach et un collectif soudé où chacun se dépasse pour l’autre. La recette originale du succès en NBA.

Le joueur : Anthony Davis continue de flamber

Anthony Davis avait un sacré challenge devant lui cette nuit. Alors qu’il est privé de sa tour jumelle DeMarcus Cousins, l’intérieur All-Star se présentait face à Blake Griffin et Andre Drummond, nouveau duo de grands qui cartonnent. Les Pistons restaient même sur quatre succès de suite sous l’impulsion de leur nouveau tandem avant de tomber. Ils voulaient se reprendre contre les Pelicans.

C’étaient sans compter sur Davis. La superstar de New Orleans a massacré ses adversaires en postant 38 points (à 14/24) et 10 rebonds. A l’image de ce qu’il fait en ce moment. Le géant a atteint ou dépasse la barre des 38 pions à quatre reprises au cours des six derniers matches. Si le Jazz est l’équipe du moment, le joueur, c’est lui.

Les Français : Evan Fournier encore productif

Nerveusement cette saison doit être particulièrement difficile à vivre pour un compétiteur comme Evan Fournier. Son équipe a du mal à aller chercher des victoires, même contre un adversaire à sa portée comme Chicago. Pourtant, l’arrière français du Magic fait le boulot. Il a inscrit 22 points et offert 5 passes décisives cette nuit. En vain.

Ni Timothée Luwawu-Cabarrot (7 minutes), ni Frank Ntilikina (21 minutes) n’ont marqué le moindre panier lors du duel entre les Sixers et les Knicks. Mais c’est l’équipe du premier qui l’a emporté. Rudy Gobert a lui posté son double-double habituel (10 points, 11 rebonds) lors de la victoire du Jazz.

Evan Fournier (Orlando Magic) NBA 2015

Evan Fournier (Orlando Magic) NBA 2015AFP

Tous les scores

Pistons – Pelicans : 103-118
Sixers – Knicks : 108-92
Nets – Clippers : 101-114
Bulls – Magic : 105-101
Jazz – Spurs : 101-99
Warriors – Suns : 129-83

0
0